dimanche 4 octobre 2015

Pour manger végétal mais pas banal

https://cuillereetsaladier.blogspot.com/2015/10/pour-manger-vegetal-mais-pas-banal.html
Le titre, vous l'aurez compris, c'est pour la rime, mais cela part d'une réflexion qui revient souvent lorsque l'on parle de la cuisine végé : la peur de se lasser, de manger toujours la même chose ("moi, manger tout le temps de la salade, je pourrais pas!"). Comme si manger de la viande à tous les repas préservait de la monotonie! Finalement, ces petits conseils peuvent s'adapter à tous ceux qui, comme moi, n'aiment pas manger toujours la même chose (après tout, j'en connais qui pourraient se nourrir de pommes de terre sautées-jambon pendant des jours sans broncher!).

  • Oser le sucré en salé et le salé en sucré 
Bousculer vos habitudes, ne cantonnez plus les fruits au dessert mais invitez-les dans le plat principal : glissez des dés de mangue, de pomme ou des grains de raisins frais dans vos salades, des fruits séchés dans vos poêlées,... Tentez le coing rôti pour accompagner un sauté de tofu, le ragoût de bananes plantain...
Tartines printanières de fraises au balsamique
Inversement, n'hésitez pas à bousculer vos a priori et cuisiner les légumes en sucré : carottes, panais mais aussi patate douce ou avocat, voir courgettes ou aubergines se prêtent bien à ces exercices de détournement (et en plus, ni vu ni connu, vous faites manger des légumes aux plus réticents). On connait tous le carrot cake, mais on peut aussi tenter la mousse à l'avocat, le fondant à la patate douce, ou encore plus intriguant, la semoule de céleri rave à l'amande, orange et noix de coco (à réserver aux palais aventureux).

Pensez aussi à ajouter une touche salée à vos desserts : une larme de vinaigre balsamique dans les fraises, un peu de miso dans les cookies,....
  • Cuisez le cru et "crudisez" le cuit 
Si je vous dit quiche à la salade ou carpaccio de navet, vous aurez sûrement un moment d'hésitation. Il y a comme ça des aliments qui nous semblent cantonnés au cru. Ainsi, pendant longtemps, il ne m'aurai même pas traversé l'esprit de faire cuire du chou rouge. Pour moi c'était en salade et point barre. Du coup, je mettais toujours des jours et des jours à en venir à bout à ce satané chou, et je finissais complètement écœurée. Lorsque j'ai découvert que c'était aussi très bon braisé, un monde nouveau c'est ouvert (j'exagère à peine). Alors n'hésitez pas à bousculer vos habitudes : essayez de glisser des bâtonnets de radis (noir ou roses) dans vos poêlées, du concombre dans vos sautés (les Chinois le font bien eux),...
Source image : La Rue Vibre
Et dans l'autre sens, tester les légumes crus, même les plus improbables. Si les carottes râpées, le taboulé de chou-fleur et les bâtonnets de céleri crus sont entrés dans les mœurs, il n'en va pas de même du panais, topinambour, brocolis, asperges et autres patate douce, qui sont pourtant délicieux râpés, en bâtonnets ou à la croque. Et c'est pareil pour pratiquement tous les légumes, à l'exception des pommes de terre, toxiques lorsqu'elles sont crues.
Rouleaux crus mangue-patate douce
Et si le cru vous rebute vraiment, tester aussi les "cuissons" à l'acide (vinaigre ou citron), principe des ceviches ou encore la lactofermentation (mais si, vous connaissez, c'est comme la choucroute).
On découvre ainsi de nouvelles saveurs et textures. Sans devenir pour autant crudivore, les sites et blogs de "crusine" est une bonne source d'inspiration.
Salade de coings et carottes râpées, chez  Green me up  : deux en un, du coing cru ET salé

  • Variez les formes  
Le sarrasin tout le monde le connait en farine dans les fameuses galettes bretonnes, mais quid des grains entiers ou des flocons? De même, n'oublions pas que le blé ne se mange pas qu'en farine, mais aussi en grains, qu'à l'inverse les pois-chiche ou les lentilles peuvent se transformer en farine (comme la plupart des légumineuses d'ailleurs).... Et d'ailleurs, nul besoin d'encombrer ses placards : un moulin à café ou un bon mixer vous permettent de faire vous même vos farines, en partant des grains entiers ou encore plus facilement des flocons.
Cake à la farine de pois chiche, tomates confites et cours d'artichauts
Pour plus d'inspiration, n'hésitez pas à naviguer sur les blogs de cuisine sans gluten, qui fourmillent d'idées créatives pour changer de la farine de blé.

  • Testez de nouvelles cuissons  
Vous conviendrez qu'un pilaf de riz est bien différent d'un risotto. Pourtant, l'ingrédient de base est le même, c'est le mode de cuisson qui change tout! J'en connais qui détestent le brocolis vapeur et en raffolent sauté au wok. La texture, le goût varie selon la technique de cuisson utilisée, alors n'hésitez pas à varier : au four, à l'étouffé, rôti, sauté, mijoté, rissolé,...

On peut aussi s'amuser à bousculer ses classiques en appliquant associée à un plat en particulier à d'autres ingrédients de la même famille : remplacer le riz du risotto par de l'épeautre, de l'orge ou même des coquillettes, troquer le riz ou la semoule au lait par du quinoa ou de la polenta ...
Risotto d'avoine à la betterave et mozzarella, chez Epices et moi
Et si malgré tout, vous êtes encore en panne d'inspiration, vous pouvez vous rendre sur des agrégateurs de recettes : vous en avez plusieurs totalement dédiés à la cuisine végé, comme Végémiam ou Cuisinevg
mais les agrégateurs plus "classiques" comme Recettes.de ou Chef Simon renferment aussi des trésors. Il suffit de taper le nom de l'ingrédient à utiliser dans la barre de recherche pour découvrir plein de possibilités auxquelles vous n'auriez jamais pensé.
Et puis bien sûr il y a l'incroyable Pinterest, source d'inspiration incroyable (d'ailleurs vous pouvez m'y rejoindre ici). Au choix, ou je me laisse guider par les recettes présentes sur la page d’accueil, ou je tape dans la barre de recherche le nom de l'ingrédient que je souhaite "revisiter" en français puis en anglais, pour démultiplier mes chances. Après, le plus dur est parfois de choisir entre toutes les recettes qui me tentent !!!

Et vous, quelles sont vos astuces pour cuisiner varié?
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 7 septembre 2015

Pour des sandwichs vegan qui dépotent

https://cuillereetsaladier.blogspot.com/2015/09/pour-des-sandwichs-vegan-qui-depotent.html
 Sandwich tout vert : avocat écrasé avec un filet de jus de citron, ciboulette, haricots de mer frais, concombre et salade sur pain de seigle


Le sandwich, c'est typiquement le genre de plat qu'il faut repenser quand on mange végé. Bah oui, parce que la version végé du jambon-beurre c'est quoi? margarine-tofu fumé? pas sûr que ce soit super super...et puis un peu lassant si on doit en manger souvent. Quelques idées donc pour ne pas se retrouver désemparé devant son frigo.
Attention, je précise qu'on parle pas du super burger/sandwich club/panini que l'on aura mis la matinée à cuisiner pour le déguster voluptueusement bien civilement assis à table avec des couverts. Non, on parle bien ici du sandwich prêt en 10 minutes, préparé à l'arrache sur un coin de table le matin avant de partir (ou la veille à 11h du soir avant de se coucher), à manger dehors sur ses genoux ou dans le fond d'un amphi...
Il faut donc que THE sandwich présente les caractéristiques suivantes :
  • être rapide à préparer (15 minutes, emballage compris)
  • être transportable
  • être facile à manger
  • être bon (bah oui, quand même!) et si il est beau en plus, c'est du bonus

Voici donc la composition du sandwich idéal (mise au point grâce à ma longue, longue expérience)

1) La base de la base : du bon pain. De préférence de grandes tranches de pain complet au levain, à la mie dense qui se tient bien. Au grès des envies, on peut aussi opter pour un pain aux céréales, aux graines, voir pour des tranches de pain allemand type Vollkornbrot ou Pumpernickel (mais à ce moment-là, préférer multiplier les petits sandwichs car ce pain se casse facilement).
Pour une version sans gluten, ce pain est parfait.
L'idéal, surtout si vous préparez votre casse-croûte le soir, est de toaster légèrement votre pain, afin d'éviter que la garniture ne le détrempe.
Sandwich exotique : tranches de patates douces rôties aux épices tandoori (reste), purée de cacahuète, canneberges séchées et salade sur pain de campagne
2) Une base à tartiner : n'importe quelle type de tartinade est la bienvenue. Il s'agit d'éviter là l'écueil du sandwich tout sec (deuxième sur la liste avec l'écueil du sandwich tout détrempé).
Là, laissez parler vos envies et le contenu de votre réfrigérateur : cela peut aller du classique houmous (de pois-chiche ou non), guacamole ou autre tartinade de votre invention au pesto en passant par du Sojami, du pâté végétal, du tartare d'algue, du chutney ou si le réfrigérateur est vide de la purée d'oléagineux (la cacahuète n'est pas mal du tout) voir, en cas de disette totale, de la simple moutarde, éventuellement allongée d'un peu de yaourt de soja si elle est très forte.
Sandwich fond de frigo : houmous de petits pois, tomates séchées et radis roses sur pain de campagne aux noix
3) Un ou plusieurs "topping", qui vont apporter un peu de goût et/ou de texture à votre sandwich :
                  des fruits secs (abricots, figues et pruneaux sont un must, mais aussi canneberges, mangue...) pour un coté sucré-salé
                  des oléagineux (les noix sont un grand classique mais ça marche aussi avec les noisettes, les amandes, les cacahuètes,...)
                  des herbes fraîches (persil, ciboulette émincée, coriandre...)
                  des épices (cumin, zaatar, piment...)
                  des condiments (flocons de levure maltée, paillettes d'algues...)
                  des tomates séchées, des olives, des câpres, des cornichons...
                  des similis carné (lamelles de tofu fumé ou de tempeh, rondelles de saucisses végétales...)

4) Un peu (beaucoup) de légumes : pour aller un peu plus loin que les incontournables feuilles de laitue défraichies autres rondelles de tomate on peut opter pour :
                  de la verdure : de la roquette, des jeunes pousses, des feuilles d'épinards, des graines germées
                  des légumes râpés/émincés : carottes, betteraves, chou (rouge ou blanc), patate douce, radis, panais...
mais aussi des rondelles de courgette crue, des tranches d'avocat
On pense aussi aux rondelles d'aubergines grillées, aux poivrons marinés, oignons caramélisés... On peut même y glisser ses restes de ratatouille ou de légumes rôtis au four.
Pour les plus téméraires, on peut aussi oser les fruits : tranches de pommes, poires, mangues, figues en saison...
Sandwich express : chutney de betteraves rouges, lamelles de tofu fumé et graines germées sur pain de campagne

Finalement, le sandwich, c'est aussi pratique qu'une salade pour y fourrer tous les petits restes!! Les légumineuses ou les légumes natures mélangés à un peu de purée d'oléagineux se transforment en tartinade et on peut y fourrer la dernière cuillère de poêlée de légumes ou les trois champignons qui se battent en duel dans le fond du frigo...
Parce que pour moi un repas sans sa (grosse) dose de légumes n'est pas un vrai repas, j'aime accompagner mes sandwichs d'une portion de légumes crus à grignoter à côté. Les tomates cerises sont bien sûr l'idéal, mais le bâtonnets de concombre, de carottes ou de céleri conviennent très bien aussi!

Bon c'est bien beau tout ça, mais comment on le transporte notre beau sandwich?
A chiner ici ou




Bien emballé dans un sac en papier, dans sa lunch box si on a la place, dans un torchon fin ou dans ces supers emballages réutilisables :



 Je pense aussi tester le tissu ciré, dès que j'aurais trouvé le temps de le faire à la maison.




Et vous, c'est quoi votre sandwich préféré?


Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 4 juin 2015

Poêlée d'asperges aux protéines de soja texturées et cajou

https://cuillereetsaladier.blogspot.com/2015/06/poelee-dasperges-aux-proteines-de-soja.html
Avec cette recette j'inaugure dans ma cuisine les protéines de soja texturées (PST de leur petit nom). J'aurais mis le temps avant de tester cet ingrédient pourtant emblématique de la cuisine végé... Allez savoir pourquoi, même si cela faisait un moment que ça me démangeait, je n'avais encore jamais sauté le pas! Sans doute avais-je un peu peur de la "préparation" (certes minime) que cela demande. Et puis, je crois surtout que c'est parce que les PST sont essentiellement utilisée pour "remplacer" la viande dans des plats traditionnellement carnés, comme le bœuf bourguignon, la blanquette,... Or pour moi, si l'on choisit de ne pas manger de viande, ce n'est pas pour ensuite essayer de retrouver sa texture ou son goût car s'est un combat perdu d'avance. En clair, j'ai un peu de mal avec le concept de simili-carné (et encore plus quand leur composition renferme dix mille additifs, arômes de synthèse et exhausteurs de goût pour tenter de leur donner la saveur/texture des produits carnés, mais c'est un autre débat!!). Bref, tout ça pour dire que les PST n'étaient pas encore entrées dans ma cuisine. Mais finalement, ma curiosité et mon envie de découverte ont été les plus fortes, et quand j'en ai vu en vrac dans mon magasin bio, je me suis dit que c'était l'occasion rêvée pour me lancer. J'en ai acheté un petit (petit) sachet, afin de ne pas me retrouver avec un gros paquet à finir au cas où cela ne me plairait pas (mon éternel problème d'encombrement des placards!).
Je dois dire que si je n'ai pas trouvé que c'était le produit du siècle (personnellement, j'aurais plus tendance à m'extasier sur un fruit ou un légume inconnu), c'est vrai que c'était pas mal du tout....et finalement pas si compliqué que ça à cuisiner, à vrai dire pas du tout même! Je ne dit pas que j'en ferais la base de mon alimentation, mais il faut avouer que c'est bien pratique et assez drôle à cuisiner. Alors premier essai oui, mais certainement pas dernier.
Pour 1 personne :
  • 1/2 botte d'asperges
  • 40 g de protéines de soja texturées moyennes
  • 1 poignée de noix de cajou
  • 1 c. à s. de sauce soja ou tamari (de préférence à teneur réduite en sel)
  • 1 c.à c. de bouillon de légumes en poudre (à teneur réduite en sel) 
Mettre les protéines de soja dans un bol avec le tamari. Ajouter le bouillon de légumes et couvrir d'eau bouillante (environ 15 cl). Mélanger pour dissoudre le bouillon et laisser tremper au moins 30 minutes.
Faire griller les noix de cajou à sec dans une poêle. Réserver
Pendant ce temps, rincer les asperges. Réserver les pointes et couper les queues en rondelles, en enlevant le pied si il est dur.
Faire chauffer un peu d'huile (idéalement de coco) dans la poêle et y faire revenir quelques minutes les rondelles d'asperge. Lorsqu'elles commencent à s'attendrir, ajouter les protéines de soja, sans la marinade. Faire sauter encore quelques minutes. Déposer les pointes d'asperges sur le dessus de la poêle, déglacer avec un peu de marinade. Couvrir et laisser cuire les pointes 2 minutes.
Répartir les noix de cajou et servir aussitôt.

Et vous, les PST, vous les utilisez ou pas? et pour quoi faire?
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 27 mai 2015

Des huiles essentielles en cuisine

https://cuillereetsaladier.blogspot.com/2015/05/des-huiles-essentielles-en-cuisine.html
Les huiles essentielles en cuisine, cela fait un moment que j'avais envie de tester, mais allez savoir pourquoi, je n'avais encore jamais osé sauter le pas. Il faut dire qu'on m'a tellement répété qu'avec les huiles essentielles, il faut faire attention, ça peut être toxique et blablabla et blablabla que cela me faisait un peu peur.... Mais quand Marie Bulle m'a proposé de faire une petite séance découverte ensemble, j'ai sauté sur l'occasion (de toute manière, je saute toujours sur une occasion de cuisiner et de faire des expériences en cuisine!). On avait pourtant fait ça bien, potassé nos (ses) livres sur la cuisine aux huiles essentielles, écumé le web pour trouver des recettes, histoire de ne pas se lancer dans l'improvisation totale (parce que les huiles essentielles quand même, il faut faire attention ect ect).... mais finalement, comme (presque) toujours avec moi, on s'est retrouvées à sniffer tous les flacons d'huiles essentielles pour cuisine, à bricoler des petites recettes et à doser goutte après goutte, à bidouiller quoi!
Petit aperçu des échanges en cuisine : Mmmh, ça sent pas trop la mandarine là...on en rajoute une goutte? ...allez, on dit 6 gouttes et ça devrait être bon....oui pas mal, mais tu ne trouves pas que le miel est un peu trop présent là, on remet encore un peu de mandarine non?....et l'huile essentielle, on la met direct dans les légumes ou non?....du citron dans la sauce? .... bref, les hésitations de la création dans toute sa splendeur, multipliées par deux (bah oui, d'habitude, je fais ce genre de chose en monologue dans ma tête et je n'ai que moi pour trancher- et parfois un gentil goûteur(se), rétablissons la vérité historique-).
C'est bien beau tout ça me direz-vous, mais finalement, qu'est-ce qu'on a fait?
- des pâtes accompagnées d'une poêlée de légumes d'été aux huiles essentielles de thym et de romarin et d'une sauce au tahin et à l'huile essentielle de citron
- des petites crèmes à l'huile essentielle de mandarine rouge
- des petites crèmes à l'huile essentielle de ylang ylang
Making-of des petites crèmes
Verdict 
Finalement, la cuisine aux huiles essentielles, c'est pas si compliqué que ça! En salé, c'est super pour remplacer les aromates frais lorsque ce n'est plus la saison ou qu'on en a plus sous la main. On a particulièrement été conquises par l'huile essentielle de thym, qui embaumait la cuisine... Ceci dit, c'est vrai qu'on avait pas pris beaucoup de risques en associant courgettes et tomates au thym et au romarin.
Coté sucré, ça a été (un peu) plus chaotique. C'est surtout là qu'on a eu des états-d'âme sur le dosage. Au final, la crème à la mandarine a été très appréciée par notre goûteur impartial (cher et tendre de Marie)...celle au ylang-ylang a moins fait l'unanimité. Si pour certains "on a l'impression de manger du savon" (apparemment, il y en a qui ont une longue expérience de dégustation de savon au petit-déjeuner....), j'ai personnellement trouvé le goût marrant et déroutant (sans être transcendant) : une vrai expérience culinaire comme je les aime en somme!
Bon, avant de passer coté recette, je me sentirai coupable si je ne vous indiquais pas les précautions à prendre quand on décide de cuisiner avec les huiles essentielles (parce que il faut faire attention quand même ect ect).
Making-of des pâtes aux légumes
D'abord, une huile essentielle, qu'est-ce que c'est? Il s’agit de l’essence sécrétée naturellement par la plante, obtenue par distillation ou récupérée par expression à froid (pour les citrus type citron, orange, mandarine,...). Véritables concentrés de principes actifs, elles sont donc à manier avec précaution, à l'instar d'un médicament.
-les femmes enceintes et allaitantes, bébés et jeunes enfants ne doivent pas consommer d'huile essentielle. En cas d'allergie alimentaire, renseignez-vous au préalable, car certaines peuvent être contre-indiquées.
-éviter tout contact avec les yeux et les muqueuses : en cas de projection, de contact direct ou indirect (torchon, main passée sur l’œil,...), rincer à l'huile végétale.
-n'utiliser que des huiles essentielles certifiées bio : comme ce sont des concentrés de plantes, si celles-ci sont traitées, vous vous retrouvez avec du concentré de pesticides dans votre assiette!
-n'utiliser que des huiles essentielles culinaires : toutes les huiles essentielles ne sont pas ingérables! le plus souvent, c'est écrit sur l'étiquette "convient à un usage alimentaire", mais dans le doute, vérifiez toujours au préalable (dans un livre ou sur internet).
-ne jamais utiliser les huiles essentielles pures : toujours les diluer au préalable dans un corps gras (huile, purée d'oléagineux,...) ou sirupeux (miel, sirop d'agave, sirop de riz,...) car elles ne sont pas solubles dans l'eau. Seule exception : vous pouvez les incorporer telles quelles dans une pâte à gâteau qui contient forcément du gras et/ou du sucre.
- concentrées, les huiles essentielles ont donc un parfum très puissant, qui peut même varier un peu selon les qualités : lorsque vous en utilisez, allez-y doucement, et ajouter goutte après goutte, en gouttant régulièrement. Pour certaines huiles (thym, basilic, cannelle, menthe poivrée...) une seule goutte peut suffire à parfumer tout un plat!
-incorporer les huiles essentielles au dernier moment, et, dans la mesure du possible, éviter de les faire cuire, car cela atténue leur pouvoir olfactif : les ajouter aux poêlées, purées et soupes à la fin de la cuisson, aux confitures juste avant leur mise en pots,...

Et maintenant, voici venu l'instant que vous attendiez tous : celui des recettes!

Pâtes aux légumes d'été, sauce tahin-citron

Pour 4 personnes :
Pour les pâtes :
  • 300 à 400 g de spaghettis complètes
Pour les légumes :
  • 2 belles courgettes
  • 2 grosses tomates
  • 1 goutte d'huile essentielle de thym à linalol
  • 1 goutte d'huile essentielle de romarin à cinéole
  • huile d'olive
Pour la sauce :
  • 3 c. à s. tahin
  • 1 c. à s. sauce soja
  • 2 gouttes d'essence de citron
Préparer la sauce : Mixer le tahin, la sauce soja et l'huile essentielle de citron. Ajouter assez d'eau pour obtenir une consistance sirupeuse et réserver.
Préparer les légumes : Couper les courgettes en petits dés. Faire chauffer un peu d'huile dans un sauteuse et y faire revenir les courgettes. Pendant ce temps, couper les tomates en petits dés puis les ajouter aux courgettes lorsque celles-ci sont dorées. Bien remuer, saler et laisser cuire à feu moyen une dizaine de minutes, en ajoutant si besoin un peu d'eau pour éviter que la poêlée n'attache.
Dans un petit bol, mélanger l'huile essentielle de thym et de romarin à 1 c. à s. d'huile d'olive.
Une fois les courgettes cuites mais encore légèrement croquantes, couper le feu et ajouter l'huile parfumée. Bien mélanger.
Faire cuire les pâtes al dente.
Servir les pâtes avec les légumes et la sauce, séparément ou non...

Petites crèmes à la mandarine*
Petites crèmes aux huiles essentielles : en haut crème à l'huile essentielle d'ylang-ylang, en bas à l'huile essentielle de mandarine
Pour 2 crèmes :
  • 200 g de tofu soyeux
  • 1 c. à s. de miel (ici de ronce)
  • 1 c. à s. de purée d'amandes blanches
  • 1 c. à s. de farine de riz
  • 8 gouttes d'huile essentielle de mandarine rouge
  • quelques amandes

Mixer ensemble le tofu soyeux avec le miel, la purée d'amandes, la farine de riz et l'huile essentielle de mandarine.
Verser dans deux ramequins.
Concasser les amandes et les répartir sur le dessus des crèmes.
Enfourner à 180°C pour 15 minutes.

Petites crèmes au ylang-ylang*
Pour 2 crèmes :
  • 200 g de tofu soyeux
  • 1 c. à s. de sirop d'agave
  • 1 c. à s. de purée d'amandes blanches
  • 1 c.à s. de farine de riz
  • 4 gouttes d'huile essentielle d'ylang-ylang
  • un peu de sucre complet
Mixer ensemble le tofu soyeux avec le miel, la purée d'amandes, la farine de riz et l'huile essentielle d'ylang-ylang.
Verser dans deux ramequins.
Enfourner à 180°C pour 15 minutes. Saupoudrer alors d'un peu de sucre complet et passer quelques minutes au grill du four pour caraméliser (ou plus efficace au chalumeau).

Note : On peut aussi glisser quelques morceaux de fruits sous la couche de crème (framboises, abricots,...) pour une version plus vitaminée.

*Pour les petites crèmes, nous nous sommes inspirées d'une recette de clafoutis de Clémence Catz.trouvée dans son livre "Tofu soyeux".
Les petites crèmes avant cuisson (à droite à l'ylang-ylang, à gauche à la mandarine)
Bref, on s'est amusées comme des petites folles et je suis définitivement conquise par l'utilisation des huiles essentielles en cuisine. Et comme, en plus, La Comba Aromatica m'a proposé un partenariat, vous allez en entendre parler de nouveau, soyez-en sûr!
Rendez-vous sur Hellocoton !