jeudi 2 février 2023

Tarte rustique champignons-curry

Tarte rustique champignons-curry vegan
Vous commencez à connaitre mon amour (que dis-je ma passion, voir mon obsession) pour les tartes salées... En ce moment, je tourne un peu en rond avec les légumes de saison, alors, une fois n'est pas coutume, je me suis rabattue sur des produits surgelés... L'association champignon-curry n'est pas forcément des plus évidentes, mais j'avais vu ce mélange je ne sais plus où, et j'ai eu envie d'essayer. Idem, les champignons, ce ne sont pas les premières choses que l'on pense à cuisiner en tarte, mais là encore, j'avais vu cette idée quelque part (sur Instagram ou Pinterest, certainement...), et j'ai eu envie de tenter. Et autant faire d'une pierre deux coup, j'ai donc tenté une tarte aux champignons au curry ! J'ai opté ici pour des bolets surgelés, à la texture bien fondante, mais la recette est tout à fait réalisable avec des champignons moins "nobles", type champignons de Paris, ou encore un mélange avec des pleurotes. Pour apporter une petite touche rustique en plus, j'ai incorporé un peu de farine de noix dans la pâte, mais vous pouvez très bien l'omettre ou encore la remplacer par de la farine de sarrasin.
Tarte rustique champignons-curry vegan
Pour la pâte : 
  • 150 g de farine de blé ou d'épeautre
  • 50 g de farine de noix (facultatif - à remplacer par plus de farine de blé/épeautre)
  • 4 c. à s. d'huile d'olive peu fruitée
  • 1 belle pincée de sel
Pour la garniture :
  • 100 g de tofu lactofermenté (à défaut, tofu nature)
  • 1 à 2 c. à c. de curry (à ajuster selon la puissance de votre curry)
  • 1/2 c. à c. de curcuma en poudre
  • 1 c. à c. de graines de cumin
  • 1 pincée de sel (ici Kalak namak)
  • env. 10 cl d'eau
  • 3 échalotes
  • 750 g de champignons (bolets) - ici surgelés
Tarte rustique champignons-curry vegan
Préparer la pâte : Dans un saladier, mélanger les deux farines avec le sel. Ajouter l'huile d'olive et sabler avec les doigts. Ajouter un peu d'eau cuillérées par cuillérées pour former une boule de pâte. Envelopper dans un linge et réserver au frais au moins 30 min. 
Préparer la garniture : Eplucher les échalotes et les émincer finement. Faire chauffer un peu d'huile dans une poêle et y faire revenir les échalotes. Lorsqu'elles sont translucides, ajouter les champignons en gros morceaux (pas forcément décongelés).  Maintenir le feu vif, jusqu'à ce que les champignons soient fondants (ils vont sûrement rendre pas mal d'eau). Les égoutter s'il reste de l'eau de végétation, saler légèrement et réserver. 
Emietter le tofu lactofermenté, ajouter 2-3 c. à s. d'eau et mixer par à-coups pour obtenir une crème granuleuse. Ajouter les épices et le sel, bien mélanger. 
Monter la tarte : Etaler la pâte en rond (ou ovale) sur une feuille anti-adhésive sur une épaisseur d'environ 3-4 mm d'épaisseur. Répartir dessus la crème au curry en laissant quelques centimètres de libre. Répartir dessus la poêlée de champignons. Rabattre les bords de pâte sur les champignons. 
Enfourner à four chaud pour 30 min de cuisson. 
Laisser refroidir quelques minutes avant de servir.
Tarte rustique champignons-curry vegan

vendredi 27 janvier 2023

Granola banane, chocolat, cacahuète

Granola banane, chocolat, cacahuète vegan sans sucres ajoutés
Si vous me suivez depuis un peu de temps, je pense que vous aurez compris mon amour pour le granola (d'ailleurs, y a-t-il vraiment des gens qui n'aiment pas ça ???), amour qui est devenu d'autant plus grand depuis que je suis l'heureuse propriétaire d'un déshydrateur, qui me permet d'en faire de grosses quantités à la fois, et qui donne, je trouve, une texture ENCORE plus addictive à ces pépites croustillantes. Et si vous me suivez depuis longtemps, vous connaissez aussi ma passion pour la cuisine anti-gaspi... Il était donc logique que mes deux marottes se rencontrent un jour ! 
Cuillère et saladier : Granola banane, chocolat, cacahuète vegan sans sucres ajoutés
A vrai dire, je ne suis pas totalement à l'origine de cette recette, puisqu'elle s'inspire fortement d'une recette que j'ai retrouvé chez moi, griffonnée sur un bout de papier. Comme j'ai la mauvaise habitude de ne pas accompagner mes grabouillis de l'endroit où j'ai trouvé la recette (en me disant que je m'en souviendrai bien), je m'excuse par avance auprès de la véritable créatrice de ne pas pouvoir la créditer. Ceci étant dit, comme toujours, j'ai un peu changé la recette initiale, qui était, il me semble, au chocolat et aux noisettes. Mais c'était un peu trop attendu pour moi... Et je dois dire que je suis assez fière de cette association banane-chocolat-cacahuète, qui rend ce granola totalement additif... C'est bien simple, moi qui ne suis d'habitude pas vraiment un bec sucré, une fois que j'ai plongé dedans, je n'arrête pas d'y revenir... je crois que ces derniers jours, si j'avais pu en manger matin, midi, goûter et soir, je l'aurai fait ! Il faut dire que ce contraste entre le sucré de la banane et le salé des cacahuètes, adouci par une pointe de chocolat à un goût de reviens-y auquel je ne résiste pas... Et vous, saurez-vous y résister ?
Cuillère et saladier : Granola banane, chocolat, cacahuète vegan sans sucres ajoutés
Pour un gros bocal :
  • 2 bananes bien mûres
  • 60 g de cacahuètes (salées)
  • 125 g de flocons d'avoine
  • 25 g de farine de pois chiche
  • 25 g de farine de cacahuète (ou de lupin - ou davantage de farine de pois chiche)
  • 50 g de son d'avoine
  • 60 g de chocolat à 70% minimum
  • 30 g d'huile de coco
Cuillère et saladier : Granola banane, chocolat, cacahuète vegan sans sucres ajoutés 
Faire fondre l'huile de coco. 
Eplucher les bananes et les mixer avec l'huile de coco.
Dans un saladier, mélanger les flocons d'avoine, les farines et le son d'avoine. 
Hacher grossièrement le chocolat et la moitié des cacahuètes. 
Réunir l'ensemble des ingrédients et bien mélanger. 
Répartir la préparation sur une plaque et déshydrater environ 12h à 50°C, en tournant à mi cuisson.
A défaut de déshydrateur, vous pouvez réaliser le granola au four, en le faisant cuire une trentaine de minutes à 180°C (ou jusqu'à ce qu'il soit croquant), en remuant à mi-cuisson. 
Laisser refroidir, concasser grossièrement avant de transférer dans un bocal ou une boite en fer pour la conservation.
Cuillère et saladier : Granola banane, chocolat, cacahuète vegan sans sucres ajoutés

jeudi 19 janvier 2023

Cookies chocolat-gingembre confit

Cuillère et saladier : Cookies chocolat-gingembre confit vegan
C’est devenu une tradition dans notre famille : chaque année, ma sœur et moi (enfin, ces derniers temps, surtout moi !) offrons une boite de chocolats maison aux membres de notre famille pour les fêtes. Habituellement, je les prépare directement chez mes parents, d’où nous fêtons Noël. Mais cette année, j’ai voulu anticiper et en préparer quelques fournées chez moi pour m’avancer… (d’autant que comme j’aime bien avoir un bel assortiment, alors ça demande un peu de temps de confection !). Bon, c’était un peu la fausse bonne idée : j’ai eu beau bien les emballer dans une boite, la plupart sont arrivés complètement « crabouillés »… Du coup, je me suis retrouvée avec tout une série de chocolats pas vraiment présentables à écouler. Et comme ni moi ni mes parents ne sommes de très grands consommateurs de bouchées chocolatées, il me fallait bien un moyen de les recycler. D’où ces cookies, qui sont donc des cookies « de récup ».
Cuillère et saladier : Cookies chocolat-gingembre confit vegan
Je me suis inspirée de la recette de Déliacious de cookies façon brownie, en l’adaptant un peu au contenu de mes placards : j’ai utilisé de la crème végétale à la place du yaourt (reste d’une brique ouverte pour les recettes de fêtes – dans ma cuisine, vous le savez, rien ne se perd, tout se recycle !). Autant vous prévenir tout de suite, comme j'ai utilisé mes restes de chocolat de Noël à plus de 70%, leur saveur est plutôt intense, mais c'est comme ça que je les aime. Ceci étant dit, si vous utilisez un chocolat un peu moins dosé, leur saveur sera plus douce. Les petits morceaux de gingembre confits apportent eux une petite touche à la fois sucrée et piquante, comme autant de petites surprises. Bref, on est clairement là sur des cookies "pour adultes". Les amateur.rice.s de cookies croustillants passeront leur tour : ceux-ci restent extra-moelleux, délicieusement fondants et foncièrement addictifs…
Cuillère et saladier : Cookies chocolat-gingembre confit vegan
Pour une douzaine de cookies (Inspiré par la recette de Déliacious)
  • 50 g de chocolat
  • 60 g de crème de soja
  • 1 c. à s. d'huile
  • 40 g de farine
  • 40 g de sucre complet
  • 50 g de gingembre confit
Cookies chocolat-gingembre confit vegan
Casser le chocolat en petits morceaux. Le placer dans une petite casserole avec la crème végétale. Placer sur feu doux pour faire fondre le chocolat. Lorsqu'il est fondu, éteindre le feu et ajouter l'huile. Bien mélanger. 
Ajouter le sucre, puis la farine, puis mélanger. 
Découper le gingembre confit en petits morceaux. Incorporer à la pâte. 
Former les cookies : prélever des boulettes de pâte de la taille d'une noix. Les rouler en boulettes, puis les écraser sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. 
Enfourner à four chaud à 180°C. pour 12 minutes. 
Laisser refroidir quelques minutes sur la plaque avant de les transférer sur une grille de refroidissement.
Cuillère et saladier : Cookies chocolat-gingembre confit vegan

jeudi 12 janvier 2023

Cake aux champignons, oignons, noix et vin blanc

Cake aux champignons, oignons, noix et vin blanc
Je fais partie de ces personnes (si si, il en existe), pour lesquels le dry january ne représente pas vraiment un défi, puisque ma consommation de produits alcoolisés doit péniblement s'élever à deux verres par an (les années fastes !). Cependant, si je ne bois pas d'alcool, cela ne veut pas dire que je n'en utilise pas. Je ne conçois pas des crêpes sans un peu de rhum, une VRAIE fondue de poireaux sans un peu de vin banc, et je suis persuadée que c'est le petit verre de vin rouge que je met dans ma bolognaise aux lentilles qui la rend si délicieuse...
Le problème d'avoir une telle consommation, c'est que l'on se retrouve souvent avec des fonds (plus ou moins grands d'ailleurs) de bouteille à écouler. Car je ne vous apprends rien, le vin, ça s'évente. Et c'est donc pour "sauver" le reste d'une bouteille de vin blanc entamée pour la fondue poireaux-carottes qui a accompagné nos repas de fête que j'ai eu l'idée d'en glisser dans un cake salé. Après tout, on met bien du vin dans les sablés, alors pourquoi pas dans les cakes ? Pour la garniture, j'aurai pu partir sur le mariage presque naturel avec les poireaux, mais j'ai préféré être un peu plus originale en optant pour un mélange d'oignons et de champignons. Et puis pour apporter un peu de croquant au tout, quoi de mieux que des noix ? Je ne saurai pas vraiment expliquer pourquoi, mais c'est l'association qui me semblait la plus évidente...
Cuillère et saladier : Cake aux champignons, oignons, noix et vin blanc (vegan)
Pour 1 cake : 
  • 125 g de farine de blé 
  • 75 g de farine de pois chiche 
  • 1/2 c. à c. de bicarbonate de soude
  • 1 belle c. à s. de moutarde à l’ancienne
  • 15 cl de vin blanc
  • 10 cl de kéfir de soja*
  • 5 cl d’huile d’olive
  • 1 c. à s. de vinaigre ou de jus de citron
  • 1 oignon moyen (ou 2 échalotes)
  • 200 g de champignons de Paris bruns
  • 75-100 g de cerneaux de noix
*On peut remplacer le kéfir de soja par autant de lait de soja caillé avec quelques gouttes de jus de citron, ou 5 cl de yaourt délayé dans 5 cl de lait de soja (voir d'eau). 
Cuillère et saladier : Cake aux champignons, oignons, noix et vin blanc (vegan)
Emincer les oignons (ou les échalotes). Laver les champignons et les couper en fines lamelles. 
Faire chauffer un peu d'huile dans une poêle, et y faire revenir les oignons (ou échalotes). Lorsqu'ils sont translucides, ajouter les champignons, et faire revenir jusqu'à ce que ces derniers soient tendres. 
Préchauffer le four à 180°C.
Dans un saladier, mélanger les farines et la levure. Ajouter la garniture oignon-champignon et mélanger.
Dans un autre récipient, fouetter ensemble la moutarde, le vin blanc, le kéfir et l'huile d'olive. 
Verser dans le mélange de farines, et mélanger rapidement pour former une pâte. 
Incorporer les cerneaux de noix, et le vinaigre. 
Verser la pâte dans un moule à cake graissé. 
Enfourner et faire cuire une quarantaine de minutes : la pointe d'un couteau doit ressortir sèche. 
Laisser refroidir une dizaine de minutes avant de démouler. 
Déguster froid. 
Cuillère et saladier : Cake aux champignons, oignons, noix et vin blanc (vegan)

jeudi 5 janvier 2023

Galette des rois au pavot et cerises amarena

Galette des rois au pavot et cerises amarena vegan
A l'automne, j'ai fait un voyage en Hongrie, et depuis que je suis rentrée, je ne rêve plus que de pâtisseries au pavot... J'ai mis un peu de temps à passer du fantasme à l'action, et, sans doute inspirée par l'air du temps, lorsque je me suis enfin lancée, c'est presque naturellement que, plutôt que de me lancer dans une recette traditionnelle, m'est venue cette idée de galette des Rois au pavot. Comme les pâtisseries fourrées au pavot sont parfois un peu "étouffe-chrétien", j'ai truffé la garniture de cerises amarena, pour alléger un peu le tout (et parce que la saveur d'amande se mêle bien à celle du pavot). Pour une version encore plus "légère" et "fraiche", j'ai tenté une variante avec des framboises (décongelées), et c'était presque (encore) plus fameux...
Galette des rois au pavot et cerises amarena vegan
Si tirer les Rois est une tradition dans ma famille (et on fait ça dans les règles de l'art, avec distribution des parts à l'aveugle et petit.e dernier.ère sous la table), la galette, pour le coup, ce n'est pas une tradition. Ou plutôt disons que ce n'est pas une tradition de la faire maison... Je n'avais donc pas beaucoup d'expérience en la matière, d'autant que je n'ai pas une passion pour tout ce qui est à base de pâte feuilletée. J'aurai pu me lancer dans une pâte maison, mais j'ai opté pour une version plus "relax", à base de pâte feuilletée sous vide. Je voulais cependant mettre toutes les chances de mon côté pour réaliser une recette qui respecte tous (ou du moins le maximum) des codes du genre, et qui surtout soit jolie esthétiquement, alors j'ai pas mal parcouru les différentes recettes et astuces disponibles sur le web. Voici les quelques grandes lignes que j'ai retenu : que les pâtes préétalées du commerce sont souvent peu épaisses (et donc j'ai repris l'astuce de je-ne-sais-plus-qui qui consiste à superposer plusieurs disques de pâte...), qu'il faut couper la pâte au couteau, qu'il faut rayer la galette bien froide, qu'il faut dorer avant de rayer et qu'on échappe pas au sirop si on veut que sa galette soit bien brillante... (et aussi qu'il ne faut pas oublier la fève !). Alors (pour une fois), j'ai fait ma bonne élève et j'ai essayé d'appliquer ces conseils à la lettre, et je dois dire que pour un premier essai, je suis plutôt contente du rendu final (on a bien le droit de se jeter des fleurs de temps en temps non ?).
Cuillère et saladier : Galette des rois au pavot et cerises amarena vegan
Pour une petite galette (env. 18 cm de diamètre) : 
  • 2 rouleaux de pâte feuilletée
 Pour la garniture : 
  • 150 g de graines de pavot
  • 10 g de sucre vanillé (1 sachet)
  • 20 g de sucre complet
  • 1 dl de lait végétal
  • 1 petite pomme (env. 50 g)
  • 1 c. à s. de purée d'amande blanche 
  • une vingtaine de cerises amarena (ou de framboises)
Pour la dorure : 
  • 20 g de sucre
  • 20 g d'eau
Cuillère et saladier : Galette des rois au pavot et cerises amarena vegan
Préparer la pâte : Déballer les pâtes feuilletées. Dans la première pâte, découper un disque d'environ 18 cm de diamètre. Dans la seconde, découper un disque légèrement plus grand. 
Raboter les chutes les unes aux autres avec un peu d'eau, et découper un troisième disque de 18 cm de diamètre. 
Placer le premier disque de 18 cm sur une plaque de cuisson recouverte d'une feuille anti-adhésive, badigeonner légèrement d'eau et superposer dessus le second disque de 18 cm. Appuyer bien pour souder. Placer ce premier disque doublé au frais une quinzaine de minutes. 
Réserver le troisième disque également au frais. 
Préparer la garniture au pavot : Mixer grossièrement les graines de pavot. Les placer dans une petite casserole avec le sucre vanillé, le sucre et le lait végétal. Porter à ébullition, enlever du feu, ajouter la purée d'amande et réserver une dizaine de minutes. 
Râper la pomme et l'ajouter à la farce. Bien mélanger et laisser tiédir.
Monter la galette : Ressortir le disque de pâte du réfrigérateur. 
Etaler la garniture au pavot sur le disque de pâte, en laissant environ 1 cm de libre sur les bords. Répartir les cerises égouttées dessus. (Ajouter la fève si vous le souhaitez).
Humifier le rebord réservé avec un peu d'eau, et placer le dernier disque de pâte dessus, bord à bord. Appuyer légèrement, sans pincer, pour souder la pâte. 
Placer la galette sans dorure au frais pour au moins 1h. 
Préchauffer le four à 180°C. 
Dorer la galette avec un peu de lait. Faire les décors avec la pointe d'un couteau bien aiguisé. 
Enfourner la galette pour une trentaine de minutes ; si elle dore trop, ne pas hésiter à la couvrir avec un papier sulfurisé. 
Préparer un léger sirop : placer dans une casserole 20 g de sucre et 20 g d'eau, et faire bouillir quelques minutes. Glacer la galette à la sortie du four avec ce sirop. Laisser refroidir. 

Variantes : Pour une saveur un peu plus douce, vous pouvez remplacer la moitié du pavot par de la poudre d'amande. 
On peut remplacer les cerises par des framboises (surgelées en cette saison - mais décongelées), je crois que c'est presque encore meilleur... 

Cuillère et saladier : Galette des rois au pavot et cerises amarena vegan



jeudi 22 décembre 2022

Cheesecake mousseux parfum marrons glacés et coulis de kaki

Pour le dessert de Noël, il y a les adeptes des treize desserts, les partisan.ne.s des mignardises, les irréductibles de la bûche (glacée ou non)... et puis il y a celleux qui ne sont pas vraiment fixé.e.s... je vous laisse deviner de quelle tribu je suis ! Même si cette recette vous donne un sérieux indice... Je ne sais pas vous, mais souvent, quand on arrive à la fin de ces looongs repas de fête, on a rarement encore une faim de loup, et j'ai tendance à préférer les desserts un peu aériens (au moins dans la texture). Ici, le côté parfois un peu dense du cheesecake est allégé grâce à de l'aquafaba en neige, qui lui donne une texture un peu mousseuse et légère en bouche. Un peu le croisement entre une charlotte et un cheesecake... C'est d'ailleurs de là que me vient l'idée de ce dessert, qui est en réalité une "adaptation" de la charlotte aux marrons glacés que mon père nous faisait parfois pour le dessert du réveillon (ma mère ayant une véritable passion pour cette confiserie). Les années passant et les habitudes alimentaires changeant, nous nous en sommes détourné.e.s, et je crois qu'aujourd'hui je ne serais plus capable d'en digérer même un petit morceau (il faut dire que c'était une charlotte dans les règles de l'art, à base de crème bavaroise, et décorée de Chantilly !). Mais cette saveur est restée, et j'ai donc repris l'idée pour l'adapter à ma cuisine d'aujourd'hui. Le coulis de kaki, qui apporte une petite touche fruitée et qui vient encore alléger le tout est de mon cru (il faut dire qu'à l'époque, le kaki, on connaissait pas...). Bref, un peu une synthèse des générations...
Cuillère et saladier : Cheesecake mousseux parfum marrons glacés et coulis de kaki vegan
Ce dessert a beau s'écarter un peu de la tradition, on retrouve quand même des saveurs très festives, entre le marron glacé et le kaki. Et rien ne vous empêche de le faire dans un moule à cake si vous souhaitez lui donner une forme de (presque) bûche. Dans ce cas, utilisez de préférence un moule démontable, et n'oubliez pas de le tapisser d'une feuille de papier cuisson, pour un démoulage parfait.
Cheesecake mousseux parfum marrons glacés et coulis de kaki vegan
Pour 1 moule d'environ 20 cm de diamètre : 
Pour la base : 
  • 125 g de biscuits secs sablés
  • 30 g de purée d'amande (ou de noisette)
Pour l'appareil à cheesecake : 
  • 600 g de yaourt de soja épais
  • 200 g de tofu soyeux 
  • 1 c. à s. de fécule
  • 120 g d'aquafba
  • 100 g de crème de marrons
  • 1/2 c. à c. d'extrait naturel de vanille (ou 1/2 gousse de vanille)
  • 3 marrons glacés (ou brisures)
Pour le coulis : 
  • 1 gros kaki extra mûr
  • quelques c. à s. d'eau
Cheesecake mousseux parfum marrons glacés et coulis de kaki vegan
Préparer la base : Placer les biscuits et la purée d'amande dans un mixer et mixer par à coup : il doit rester des morceaux. Au besoin, ajouter un peu d'eau ou de lait pour obtenir un mélange grumeleux.
Chemiser un moule à manqué de papier sulfurisé, ou graisser légèrement un moule à charnière. Verser dedans le mélange biscuit-corps gras, et tasser pour former une croûte. Réserver.
Préparer le cheesecake : Mixer ensemble le yaourt de soja, le tofu soyeux, la fécule et la crème de marrons. Ajouter l'extrait de vanille ou les grains de la gousse de vanille. 
Battre l'aquafaba en neige ferme. L'incorporer délicatement au mélange précédent.  
Concasser grossièrement les marrons glacés, et les ajouter à la préparation.
Répartir la préparation sur la croûte biscuitée. 
Faire cuire le cheesecake 40 minutes à 180°C. : la crème doit être prise, mais encore légèrement tremblotante. 
Laisser refroidir puis réserver au frais une nuit. 
Préparer le coulis : Eplucher le kaki, le mixer finement. Ajouter un peu d'eau, pour obtenir une consistance de coulis. 
Servir le cheesecake avec le coulis.

Cette recette participe au Défi cuisine Menu de Noël

Salade de trévise, kaki et noix

Cuillère et saladier : Salade de trévise, kaki et noix
J'aime tellement la salade que franchement, il y a des jours où je me demande si je n'ai pas été un lapin dans une autre vie... Un peu comme les carottes, c'est vraiment un produit que j'ai sur ma liste de course été comme hiver (heureusement pour moi, on en trouve toute l'année !!). Mais si la salade accompagne une bonne partie de mes repas, il est finalement assez rare que je fasse "une salade"... Il faut aussi dire que c'est finalement assez rare que mes repas se détaillent en entrée, plat, dessert... 
Cuillère et saladier : Salade de trévise, kaki et noix
Mais de temps en temps, et en particulier pour les repas de fêtes, ou lorsque je participe à une auberge espagnole, j'aime bien proposer une petite salade "qui change", et surtout, qui permet d' introduire ni vu ni connu des légumes dans les menus !
Le kaki, un peu juteux et sucré, vient agréablement contrebalancer la légère amertume de la trévise. Une fois n'est pas coutume, j'ai opté pour une vinaigrette légèrement sucrée, encore une fois pour venir un peu "casser" l'amertume de la salade. Mais elle est aussi très bonne avec une sauce plus classique ! 
Cuillère et saladier : Salade de trévise, kaki et noix
Pour 4 personnes : 
Pour la salade : 
  • 1 tête de trévise
  • 1 kaki Persimon (ferme)
  • env. 40 g de noix décortiquées
Pour la sauce : 
  • 1 belle c. à s. de moutarde à l'ancienne
  • 1 c. à s. de vinaigre de cidre
  • 2 c. à s. d'huile de noix
  • 1 c. à c. de miel (ou sirop d'érable) - facultatif
Cuillère et saladier : Salade de trévise, kaki et noix
Préparer la salade : Laver la trévisse, la couper en gros morceaux. 
Couper le kaki en deux, puis en lamelles (au besoin, les recouper). 
Mélanger la trévisse, les morceaux de kaki et les noix décortiquées.  
Préparer la sauce : Dans un petit bol, mélanger la moutarde à l'ancienne et le miel (ou sirop d'érable). Ajouter le vinaigre et bien mélanger. Incorporer enfin l'huile, sans cesser de mélanger. 
Au dernier moment, assaisonner la salade avec la sauce. 
Salade de trévise, kaki et noix

jeudi 15 décembre 2022

Millefeuille de butternut aux noix

Millefeuille de butternut aux noix vegan
A une dizaine de jours de Noël, à moins que vous fassiez partie de la team "la tradition, c'est la tradition", et que vous avez un menu immuable, vous êtes peut-être (sans doute), en train de commencer à réfléchir à ce que vous allez mettre sur la table pour vos repas de fête... Et si vous êtes à la recherche d'une entrée un peu sophistiquée, mais pas trop compliquée, et surtout, assez "légère" pour vous permettre de profiter du reste du repas, j'ai la solution avec ces millefeuilles de butternut. Un nom bien pompeux, pour une entrée composée basiquement de tranches de butternut rôties au four, intercalées d'une crème composée de tofu et de noix. Preuve s'il en était qu'on peut se régaler aussi bien les papilles que les pupilles avec des ingrédients locaux, de saison et (relativement) bon marché.
Cuillère et saladier : Millefeuille de butternut aux noix
Pour 4 millefeuilles : 
  • 1 courge butternut (idéalement avec un long "cou")
  • 100 g de tofu fumé (ou de tofu lactofermenté)
  • 40 g de noix décortiquées
  • 1 belle c. à s. de levure maltée
  • 1 c. à c. de vinaigre
  • 3-4 échalotes
  • sauce soja
  • huile d'olive
  • grains de grenade pour servir (facultatif)
Cuillère et saladier : Millefeuille de butternut aux noix
Eplucher la courge butternut. Détailler "le cou" (la partie sans graines) en douze tranches d'environ 0,5 cm d'épaisseur.
Placer ces tranches sur une plaque de cuisson, les badigeonner d'huile d'olive. Les faire rôtir au four à 200°C. pendant une vingtaine de minutes : les tranches doivent être bien tendres. 
Pendant ce temps, préparer la crème : éplucher les échalotes et les émincer finement. Les faire revenir dans un peu d'huile, jusqu'à ce qu'elles soient bien tendres. Réserver. 
Dans le bol du mixer, émietter le tofu, ajouter les noix, la levure maltée, les échalotes cuites, le vinaigre et un trait de sauce soja. Mixer par à coup jusqu'à obtenir une crème. Au besoin, ajouter une peu de liquide. 
Monter les millefeuilles : Placer une tranche de butternut sur l'assiette, tartiner d'une belle cuillère à soupe de crème de tofu aux noix, recouvrir d'une tranche de butternut, d'une nouvelle cuillère de farce. Terminer par une tranche de courge. 
Déguster tiède, parsemé de quelques grains de grenade (facultatif mais très recommandé).  

Note : On peut préparer les millefeuilles à l'avance, et les conserver au chaud dans le four éteint, bien couverts pour éviter qu'ils ne se dessèchent. Vous pouvez aussi préparer la crème à l'avance, précuire les tranches de courge, et les réchauffer quelques minutes avant de monter les millefeuilles : l'idée est ici qu'ils ne soient pas complètement froids, mais pas besoin qu'ils soient brûlants ! 
 
Variante : Pour une version un peu plus premium, vous pouvez ajouter des éclats de châtaignes à la garniture. 
Cuillère et saladier : Millefeuille de butternut aux noix
Cette recette participe au Défi cuisine Menu de Noël

jeudi 8 décembre 2022

Sablés aux deux gingembres

Sablés aux deux gingembres (vegan)
Ça y est, nous sommes officiellement entré.e.s dans le temps des biscuits de Noël... Et cette année comme les autres, malgré la fatigue qui s'accumule ces derniers temps et le moral pas toujours au top, je piaffe d'impatience à l'idée de confectionner mes traditionnelles petites douceurs de Noël. Alors bien sûr, il y aura les grands classiques, les spritzbredele, les sablés chocolat-gingembre et les étoiles à la noisette... mais il y aura aussi, comme chaque année, quelques nouveautés. La collection 2022 en quelque sorte !
J'avais envie de petits biscuits épicés, un peu à la manière des si emblématiques gingerbread. Mais pour leur apporter un petit twist, et parce que je suis une grande fan du gingembre sous toutes ses formes, j'y ai incorporé de petits cubes de gingembre confit. Cela donne un côté un peu "surprise" aux biscuits, puisqu'on ne sait jamais trop avant de croquer sur quoi on va tomber... Dans la plus pure tradition anglaise, j'ai utilisé de la mélasse, dont le goût intense et un peu réglissé apporte une intensité supplémentaire aux biscuits. A défaut, vous pouvez utilisez un sirop réalisé à base de sucre complet, ou un autre sucrant liquide assez typé, comme du sirop de Liège ou du Zuckerrübensirup.
 Sablés aux deux gingembres (vegan)
Pour une vingtaine de sablés : 
  • 100 g de farine 
  • 40 g de poudre d'amande
  • 50 g de margarine (ou de beurre)
  • 1 à 1,5 c. à s. de mélasse*
  • 1,5 c. à c. de gingembre en poudre
  • 30 g de gingembre confit
*on peut remplacer la mélasse par un autre sucrant liquide assez marqué (sirop de Liège, Zuckerrübensirup...) ou à défaut, un sirop à base de sucre complet. 
Sablés aux deux gingembres (vegan)
Travailler la matière grasse pour l'attendrir. Ajouter le sucrant et bien mélanger pour homogénéiser. 
Ajouter la farine, le gingembre en poudre puis la poudre d'amande. 
Détailler le gingembre confit en petits dés et l'ajouter dans le mélange. 
Bien mélanger à la cuillère, puis à la main pour former une pâte. Au besoin ajouter quelques c. à s. d'eau ou de lait végétal. 
Préchauffer le four à 180°C. 
Façonner les biscuits : prélever une noix de pâte, la rouler entre les paumes pour former une boule puis l'écraser pour former un sablé. Les disposer sur une plaque de cuisson recouverte d'une feuille anti-adhésive. 
Faire cuire une dizaine de minutes, jusqu'à ce que les sablés soient bien dorés. 
Laisser refroidir sur une grille à pâtisserie. 
Conserver dans une boite en métal ou un bocal en verre. 
Sablés aux deux gingembres

mercredi 30 novembre 2022

Paupiettes de chou végé, au tofu et noisettes

Paupiettes de chou végé, au tofu et noisettes
Au mépris de tous les conseils que l'on trouve pour faire ses courses de manière organisée et pour éviter le gaspillage alimentaire, je fais rarement une liste de fruits et légumes à acheter... et même lorsque j'en ai une, il est rare que je rentre avec exactement ce qui était écrit dessus... Il faut aussi dire que depuis quelques temps maintenant, je fais la plupart de mes courses (y compris les courses de frais) à l'épicerie solidaire de ma ville, qui propose, pour mon plus grand plaisir, un choix assez vaste de produits bio. Et l'épicerie solidaire, c'est un peu comme le marché mais en pire : on en sait jamais vraiment ce qu'on va y trouver. Alors parfois j'ai de la chance et les arrivages correspondent à mes plans, et parfois, pas du tout ! Et comme je n'ai pas forcément le temps de jongler entre plusieurs lieux d'approvisionnement, le plus souvent, je m'adapte et je fais avec qu'il y a. Du coup, c'est un peu comme les paniers d'AMAP, je me retrouve avec des légumes vers lesquels je ne me serai pas forcément tournée si j'avais vraiment eu le choix. Mais bon, vous me connaissez, ce genre de petits défis en cuisine, ce n'est pas pour me déplaire (tant qu'on ne m'oblige pas à manger de l'ail et des poivrons, je suis ouverte à toutes les expériences). 
Paupiettes de chou végé, au tofu et noisettes
Et c'est comme ça que je me suis retrouvée l'heureuse possesseuse d'un chou de Pontoise... On ne peut pas dire que ce soit le légume le plus inspirant du monde et j'avoue que je peinais un peu à voir comment j'allais l'accommoder lorsque m'est venue l'idée de ces paupiettes de chou... J'aurai pu repartir sur une farce à base de légumineuse, comme pour ma recette de chou farci, mais j'ai préféré opté pour une version à base de tofu fumé, rehaussée d'éclats de noisettes torréfiées. Encore une fois, ne vous attendez pas à un copié-collé de la version carnée, au risque d'être bien déçu. Disons qu'on garde l'idée d'avoir une farce entourée d'une feuille de chou, mais c'est à peut près tout !
Paupiettes de chou végé, au tofu et noisettes
Pour 2 personnes :
Pour les paupiettes : 
  • 4 grandes feuilles de chou de Pontoise (ou de chou frisé)
  • 1 c. à s. de mélange de champignons séchés (cèpes...)
  • 100 g de tofu fumé
  • 1/2 c. à c. de miso brun
  • 1 oignon
  • 1 c. à s. de psyllium
  • 20 g de noisettes
Pour la garniture et la cuisson : 
  • 2 petits poireaux
  • 1 petite carotte (blanche ici)
  • 15 cl de vin blanc
Paupiettes de chou végé, au tofu et noisettes
Quelques heures avant (ou la veille), réhydrater les champignons dans environ 10-15 cl d'eau. 
Torréfier les noisettes à sec dans une poêle. Réserver. 
Préparer la garniture : Emincer finement les poireaux. Couper la carotte en fines rondelles. Placer les poireaux et la carotte dans une casserole. Ajouter le vin blanc, une pincée de sel et juste assez d'eau pour arriver au niveau des légumes. Couvrir, porter à ébullition puis baisser le feu et laisser cuire jusqu'à ce que les poireaux soient fondants. 
Faire cuire les feuilles de chou à la vapeur jusqu'à ce qu'elles soient tendres (environ 10-15 min).
Préparer la farce : Eplucher l'oignon et le couper en petits cubes. Les faire revenir dans un peu d'huile et réserver.
Mélanger le psyllium avec un peu de liquide (eau de trempage des champignons ou bouillon). 
Ecraser le tofu fumé à la fourchette. 
Egoutter les champignons et les couper en petits dés. 
Incorporer les oignons et les dés de champignons au tofu fumé. Ajouter le miso et bien mélanger. Verser le psyllium et mélanger à nouveau. Laisser reposer quelques minutes. La farce doit former une masse. Au besoin, ajouter un peu plus d'eau de trempage des champignons, ou de bouillon. 
Concasser les noisettes et les incorporer à la farce. 
Former les paupiettes : Placer les feuilles de chou sur une assiette ou une planche. Enlever la côte épaisse. Sur chaque feuille, déposer une belle cuillère à soupe bien tassée de farce, replier les côtés pour enfermer la farce et rouler. Ficeler les paupiettes pour maintenir les paupiettes bien hermétique. 
Monter le plat : Tapisser un plat à four légèrement graissé avec la garniture de poireaux (réserver le jus de cuisson). Aligner les paupiettes dessus, et arroser légèrement de jus de cuisson des poireaux. 
Enfourner à 180°C. et faire cuire une vingtaine de minutes. 
Si le plat sèche trop, ajouter un peu de bouillon ou de vin blanc supplémentaire. 
Servir bien chaud. 
 
Variante : On peut faire cuire les paupiettes sur une concassée ou un coulis de tomates à la place des poireaux.  
On peut remplacer les poireaux par le reste du chou finement émincé.


jeudi 17 novembre 2022

Muffins au sésame noir coeur citron

Cuillère et saladier : Muffins au sésame noir coeur citron vegan
Contrairement à beaucoup de membres de mon entourage, je n'ai pas profité du week-end du 11 novembre pour aller prendre l'air. Et pour cause, ces derniers jours j'ai été cloitrée chez moi en raison d'une belle entorse... Et qu'est-ce que je fais pour m'occuper quand je suis privée de sortie ? de la cuisine bien sûr ! Outre la session hebdomadaire de batch cooking, la confection de deux sortes de granola (un sucré et un salé) et la préparation d'un pain au psyllium je me suis donc lancée un peu de pâtisserie... Après avoir passé un temps conséquent à fouiller dans mes (nombreux) livres de cuisine en quête d'inspiration, je m'étais finalement décidée pour des financiers au sésame noir. Et puis, comme souvent chez moi, le projet a légèrement évolué lorsqu'est venu le temps de sa réalisation. 
Cuillère et saladier : Muffins au sésame noir coeur citron vegan
Finalement, je me suis dit que j'avais envie de quelque chose d'un peu plus aéré que des financiers, d'où les muffins (mais qui gardent tout de même une part de poudre d'amande pour le moelleux). Et puis, parce que j'aime les gâteaux qui renferment des surprises, j'ai eu l'idée du coeur citron, d'autant que j'avais 1) des citrons qui trainaient dans le frigo 2) un pot de marmelade de citron entamé. 
Ces muffins ont récolté un franc succès. L'alliance du sésame noir et du citron est assez réussie, la douceur acide du citron venant réveiller la légère amertume du sésame noir.  
Cuillère et saladier : Muffins au sésame noir coeur citron vegan
Pour 8 muffins : 
Pour le curd : 
  • 1 citron bio
  • 1 c. à c. d'amidon de maïs
  • 1,5 c. à s. de marmelade de citron
  • 1 c. à c. d'huile neutre
  • 1 pointe de couteau de curcuma (facultatif)
Pour les muffins : 
  • 50 g de purée de sésame noir Jean Hervé*
  • 100 g de compote de pommes
  • 100 ml d'eau (ou de lait végétal)
  • 100 g de farine
  • 50 g de poudre d'amande
  • 40 g de sucre en poudre
  • 1 c. à s. (10 g) d'amidon de maïs 
  • 1 pincée de bicarbonate de sodium
  • 1 c. à c. de vinaigre de cidre
  • 1/2 c. à c. de charbon en poudre (facultatif) 
* Nota : La purée de sésame noir de la marque Jean Hervé est composée à 50% de sésame noir et à 50% de sésame complet, ce qui n'est pas le cas de l'ensemble des marques. Suivant la puissance de votre purée de sésame noir, il faudra peut-être la "couper" avec de la purée de sésame blanc pour éviter trop d'amertume (ou ajuster la quantité de sucre).
Cuillère et saladier : Muffins au sésame noir coeur citron vegan
Préparer le curd : Râper finement le zeste du citron et réserver. Peler le citron à vif, prélever les suprême en réservant le jus. Mixer le jus et la chair du citron avec la fécule. 
Placer le tout dans une petite casserole et porter à ébullition sur feu doux en remuant continuellement, jusqu'à ce que le mélange épaississe et que la cuillère laisse des traces. Ajouter la marmelade de citron et faire épaissir à nouveau une à deux minutes. Ajouter enfin l'huile et le curcuma, mélanger.
Laisser tiédir et réserver au frais. 
Préchauffer le four à 180°C.
Préparer la pâte à muffins : dans un saladier, mélanger la purée de sésame noir et la compote. Délayer petit à petit avec l'eau ou le lait végétal. 
Dans un autre saladier, mélanger la farine, la poudre d'amande, le sucre, la fécule, la levure, le bicarbonate et le charbon. 
Verser le mélange liquide dans les poudres et mélanger. Ajouter le vinaigre et mélanger rapidement. 
Remplir aux trois-quart les moules à muffins à demi. Insérer au milieu de chaque muffins une belle c. à c. de curd. Recouvrir de pâte à muffins. Saupoudrer de graines de sésame noir. 
Enfourner et faire cuire les muffins une vingtaine de minutes. 
Laisser reposer quelques minutes dans les moules avant de démouler et faire refroidir sur une grille. 

Muffins au sésame noir coeur citron vegan