mercredi 12 septembre 2018

Pizza sucrée aux figues

Cuillère et saladier : Pizza sucrée aux figues
Cette pizza, je l'avais improvisée une première fois lors d'un atelier cuisine récup de que j'avais animé en Allemagne cet hiver, à partir d'un reste de pâte à pain et de figues récupérées par Foodsharing (qui provenaient donc sûrement du bout du monde). Bien sûr, prise dans la folie du moment, je n'avais pas eu le réflexe de prendre une photo, ni vraiment noté les proportions d'ailleurs. Et comme ce n'était pas vraiment la saison des figues, je n'avais pas pu reproduire l'expérience  une fois rentrée. Mais elle m'avait tellement plu et j'en avais reçu tellement de compliement, qu'elle m'a littéralement obsédé pendant ces derniers mois (j'avais même déjà créé un brouillon d'article de blog, c'est dire) !
Maintenant que c'est la saison et que j'habite dans le Sud (Ouest, mais Sud quand même) où les figues ne sont pas un produit de luxe, mais au contraire une denrée courante (ici, on peut même ramasser des figues au bord des routes, et il n'y a pas un jardin sans son voir ses figuiers), je me suis lancée dans la reconstitution de mon souvenir.  Je dois dire que je n'ai pas été déçue. J'ai même apporté une amélioration par rapport à la version initiale, avec l'ajout de petites graines de fenouil, qui amènent une jolie touche anisée. Cette pizza joue en effet sur un joli contraste sucré-salé. L'alliance de l'huile d'olive et des figues vertes est surprenante mais tout à fait délicieuse. La saveur délicate des figues vertes est en effet tout juste rehaussée par celle doucement suave de l'huile d'olive. Vous pouvez aussi opter pour un mélange de figues vertes et violettes, mais je ne vous recommande pas d'utiliser uniquement ces dernières, car leur saveur un peu plus forte fait passer l'huile d'olive en second plan, ce qui est un peu dommage à mon sens. Les amandes effilées ajoutent un peu de croquant, et puis figues-amande, c'est un mélange qui a fait ses preuves ! La petite touche de fenouil est plus surprenante, à éviter avec un public peu aventureux...
Cuillère et saladier : Pizza sucrée aux figues
Pour 1 pizza :  
  • 250 g de pâte à pain*
  • 2 à 3 c. à s. d'huile d'olive
  • 500 g de figues vertes (ou un mélange vertes et violettes)
  • huile d'olive
  • 2 c. à s.  de sucre complet
  • 1 c. à c. de graines de fenouil (facultatif)
  • 3 c. à s. d'amandes effilées
* Vous pouvez utiliser n'importe quelle pâte à pain, idéalement à la farine complète et au levain. On peut aussi la réaliser simplement en mélangeant 250 g de farine complète, 1 c. à c. de levure de boulanger, 1 pincée de sel et env. 10 cl d'eau. Pétrir quelques minutes puis laisser lever 1h, jusqu'à ce que la pâte double de volume.
Cuillère et saladier : Pizza sucrée aux figues
Placer la pâte à pain sur le plan de travail, verser dessus 1 belle c. à s. d'huile d'olive et pétrir quelques minutes pour bien l'incorporer.
Former de nouveau une boule de pâte, fariner le plan de travail et étaler la pâte à pain en rectangle. La placer sur une plaque de cuisson recouverte d'une feuille anti-adhésive et arroser d'huile d'olive.
Couper les figues en deux ou trois et les répartir sur la pâte.
Saupoudrer d'amandes effilées, arroser d'un peu d'huile d'olive et saupoudrer de sucre.
Faire cuire 30 minutes à 180°C. Relever le four à 200°C et faire caraméliser la pizza une petite dizaine de minutes en surveillant bien.
Laisser légèrement tiédir avant de déguster.

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 7 septembre 2018

Soupe de tomates rôties à la cacahuète

Cuillère et saladier : Soupe de tomates rôties à la cacahuète
Le cours de la tomate étant en ce moment au plus bas, j'en profite pour faire des réserves pour l'hiver et je me suis lancée dans une grande opération conserves. C'est en cherchant un peu de l'inspiration dans mes (nombreux) bouquins de cuisine, que je suis tombée sur diverses recettes de sauce ou de soupe de tomates rôties. En effet, rien de meilleur pour exhalter la saveur de ces fruits charnus qu'un petit passage au four. Le plus souvent, on associe la tomate aux saveurs méditerranéennes, à l'huile d'olive, l'origan, le basilic ou les herbes de Provence, mais on oublie qu'elle se marie aussi très bien avec des notes plus exotiques, comme la cacahuète.
Cuillère et saladier : Soupe de tomates rôties à la cacahuète
En vérité, pour rendre à César ce qui appartient à César, cette idée de soupe de tomates rôties à la cacahuète m'a été suggérée par mon amie Marie, la dernière fois que nous nous sommes vues, alors qu'elle était elle aussi dans une grande opération conserve. Aussitôt suggérée, aussitôt testée, pour mon plus grand bonheur car cette soupe, toute simple à préparer est vraiment délicieuse. Elle est parfaite pour changer un peu du traditionnel gaspatcho ou de la classique soupe à la tomate, les saveurs délicatement torrifiées de la cacahuète venant suavement se marier à celles des tomates rôties.
Cuillère et saladier : Soupe de tomates rôties à la cacahuète
 Pour 4 personnes :
  • une dizaine de belles tomates 
  • huile d'olive
  • 2 c. à s. de purée de cacahuète
  • 1 pointe de piment (ou de Tabasco) 
Préchauffer le four à 210°C. Couper les tomates en deux, puis détailler en gros quartiers. Les placer dans un plat à four, saler légèrement et arroser d'un petit filet d'huile.
Faire rôtir au four environ 30 minutes. Si les tomates rendent beaucoup de jus, ne pas hésiter à l'enlever en milieu de cuisson, en le réservervant.
Laisser tiédir quelques minutes et, si vous avez le courage, enlever la peau des tomates.
Mixer les tomates avec la purée de cacahuète, ajouter si vous le souhaitez un peu de piment ou de Tabasco et servir tiède ou froid.

    Cuillère et saladier : Soupe de tomates rôties à la cacahuète
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 29 août 2018

Salade de carottes au sésame

https://cuillereetsaladier.blogspot.com/2018/08/salade-de-carottes-au-sesame.html
Je sais bien que la saison des fruits et légumes d'été n'est pas encore tout à fait terminée, et que courgettes, tomates et autres vont encore squatter les étals quelques temps, mais malgré tout l'amour que je leur porte, je commence à me lasser un peu (surtout des courgettes, je l'avoue). Peut-être n'est-ce qu'une lassitude passagère (je l'espère), mais en tout cas ces derniers jours, j'avais envie d'autre chose. Mais autre chose qui, vu les températures encore plutôt élevées que nous endurons par ici, soit tout de même léger et frais. D'où cette petite salade toute simple, associant le croquant et la douceur des carottes crues à la saveur délicatement torréfiée de l'huile de sésame grillé. J'ai choisi ici, pour une joli présentation, de tailler mes carottes en fines tagliatelles, mais pour l'avoir déjà testé, cela marche aussi très bien avec des carottes râpées. Et si vous êtes l'heureux possesseur d'un spiraliseur à légumes je suis sûre que cela fonctionne aussi parfaitement avec une taille en spaghettis.
Si vous avez l'intestin fragile et que vous craignez que les carottes crues ne le mette un peu à mal, n'hésitez pas à faire cuire très légèrement les tagliatelles de carottes quelques minutes à la vapeur douce. Elles seront ainsi beaucoup plus digestes, sans perdre (trop) de leur croquant.
Salade de carottes au sésame
Pour 4 personnes :
  • 6 à 8 petites carottes
  • 1,5 c. à s. de sauce soja
  • 1,5 c. à s. de vinaigre de cidre
  • 1 c. à s. d'huile de sésame grillé
  • 3 c. à s. de graines de sésame
Torréfier les graines de sésame à sec dans une poêle. Réserver. 
Laver les carottes et les gratter. Les détailler en fines tagliatelles, en spaghettis ou les râper*.
Les placer dans un saladier. Assaisonner avec la sauce soja, le vinaigre de cidre et l'huile de sésame.
Ajouter les graines de sésame torréfiées, mélanger avant de servir. 

* Pour les personnes ayant l'intestin fragile, placer les tagliatelles de carottes dans un panier vapeur et les faire cuire 3 à 5 minutes à la vapeur douce, pour attendrir les fibres.
Salade de carottes au sésame



Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 10 août 2018

Cookies rustiques à l'okara et au chocolat

Cuillère et saladier : Cookies à l'okara de noisette et au chocolat (vegan)
Bien que je sois très portée sur le « fait maison », je ne fait habituellement pas moi-même mes laits végétaux, car de 1) je trouve que c’est tout de même pas mal de travail, de 2) même si tout le monde en vante la saveur incomparable, moi je préfère le goût et la texture des laits végétaux du commerce (oui, honte à moi). Troisième raison (s’il en fallait encore une), je trouve aussi que les laits maison ne se conservent vraiment pas bien : il faut les consommer quasi dans la journée et moi, je n’ai pas la descente… Alors oui, lorsque j’ai besoin/envie de lait végétal, j’en achète une brique au magasin. Il est vrai que je n’en consomme pas non plus des masses, puisque je le réserve quasi-exclusivement à la boisson, dans la plupart des recettes, j’ai pris l’habitude de le remplacer par de l’eau et un peu de purée d’oléagineux.
Cuillère et saladier : Cookies à l'okara de noisette et au chocolat (vegan)
Enfin bref, ce n’est pas mon intention de me lancer dans un réquisitoire, surtout qu’ici, c’est pour vous expliquer qu’une fois n’est pas coutume, je me suis lancée dans la confection de lait de noisette. Il faut dire qu’en ce moment je suis en vacances dans mon petit coin perdu du Jura, où faire la moindre course (même banale), demande déjà un peu d’intendance, alors imaginez quand vous voulez quelque chose qui sorte un peu des basiques… Pour ne pas avoir à sortir la voiture et faire des kilomètres sous un soleil de plomb pour (tenter de) mettre la main sur une brique de lait végétal, je me suis donc attelée à la (lourde) tâche de faire 1 l de lait de noisette (dont j’avais ABSOLUMENT besoin pour une recette spéciale). En soi, on est bien d’accord, faire son lait végétal à partir d’oléagineux n’est pas particulièrement compliqué. Mais si comme ici le seul mixer en état de marche que vous avez sous la main est un mini-hachoir, il faut s’armer d’une sacrée dose de patience et de ténacité pour obtenir le blanc liquide. Autant vous dire qu’on le mérite, son lait végétal, et qu’on en gâche pas la moindre goutte. Et on ne gâche pas non plus le précieux résidu qui résulte de sa fabrication. Au contraire, on réfléchi à comment le valoriser au mieux. Et comment mieux l’employer que pour faire des petits cookies tout gourmands, à la fois croquants et moelleux ? Cela me donnerai presque envie de faire du lait végétal, rien que pour avoir de l'okara et en refaire une fournée... 
Cuillère et saladier : Cookies à l'okara de noisette et au chocolat (vegan)
Pour une dizaine de cookies : 
  • 80 g d'okara* (ici noisette)
  • 80 g de farine d'épeautre complète
  • 2 c. à s. de sucre complet
  • 50 g de chocolat à 70%
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 1 belle c. à s. de purée d'amande complète (ou de purée de noisette)
  • 40 g d'huile de coco
  • 5 cl d'eau (ou de lait végétal)
* On peut ici utiliser n'importe quel okara d'oléagineux (noisette, amande, cajou...) et certainement celui de soja aussi . En revanche, pour l'okara issu de lait végétal de céréales (riz, avoine, épeautre...) la texture étant un peu différente, je ne garantis pas le résultat.
Cuillère et saladier : Cookies à l'okara de noisette et au chocolat (vegan)

Faire fondre l'huile de coco et le mélanger avec la purée d'amande et le lait végétal. Laisser tiédir. Dans un saladier, mélanger l'okara, la farine, le sucre et la levure. Verser dessus le mélange huile de coco-purée d'amande et mélanger pour obtenir une pâte. Hacher le chocolat au couteau et à l'ajouter à la pâte. Former de petites boulettes de pâte et les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier anti-adhésif. Écraser chaque boulette pour former un cookie rond. Réserver au frais (idéalement au congélateur) 30 minutes à 1h. Faire chauffer le four à 180°C., y faire cuire les cookies une dizaine de minutes. Laisser refroidir quelques instants avant de transférer sur une grille. Conserver les cookies dans une boite en fer.

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 2 août 2018

Cocktail rose poudré

Cuillère et saladier : Cocktail rose poudré (sans alcool)
J'ai improvisé cette petit cocktail pour le dîner d'anniversaire de ma soeur. D'habitude, nous le fêtons au champagne, mais avec les chaleurs qui règnent en ce moment, nous n'avions cette fois-ci pas envie d'une boisson alcoolisée. Parce que  je voulais tout de même marquer un peu le coup, et que c'est un peu triste de trinquer à l'eau, j'ai eu l'idée de cette petite boisson bien rafraîchissante. Comme elle nous a beaucoup plu, je vous livre la recette - si on peut appeler ça une recette dans la mesure où il s'agit de mélanger trois ingrédients dans un verre....
Cuillère et saladier : Cocktail rose poudré (sans alcool)

Pour 4 verres :
  • 1 gros pamplemousse rose (ou 20 cl jus de pamplemousse rose 100% pur jus)
  • 1 l. d'eau gazeuse
  • une dizaine de framboises surgelées
Presser le pamplemousse et en recueillir le jus.
Le répartir dans 4 verres (compter environ 5 cl de jus par verre).
Verser dessus environ 20 cl d'eau gazeuse bien fraîche par verre. Ajouter les framboises encore congelées (3 à 4 par verre), elles feront office de glaçons !
Servir aussitôt.

Cuillère et saladier : Cocktail rose poudré (sans alcool)
Astuce : Pour un cocktail bien frais, prendre soin de placer à l'avance le pamplemousse au réfrigérateur pour le refroidir, et faire de même avec les verres.
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 29 juillet 2018

Flan de courgettes aux olives (vegan)

 Flan de courgettes aux olives (vegan)
Si le gratin de courgette est un traumatisme d'enfance chez beaucoup (au même titre que les endives au jambon ou les épinards), ce n'est pas du tout mon cas (moi, je garde plutôt des séquelles du gratin de côtes de bettes ou de celui de purée de chou-fleur...), pour la bonne et simple raison que le fameux gratin de courgette ne faisait pas partie des plats "traditionnels" de la table familiale. Si mon père les cuisinait souvent au four à la mozzarella et à la feta recette dont ma sœur raffolait, moi nettement moins, j'étais beaucoup plus emballée lorsque c'était sous forme de flan que ces douces cucurbitacées s'invitaient au menu. C'est donc de ce souvenir que je me suis inspirée pour cette recette de flan de courgettes aux olives. Cependant ici, comme j'ai (comme toujours) bricolé avec ce que j'avais sous la main (c'est-à-dire, pas grand-chose), le résultat est quelque peu différent d'un flan classique. La texture est ici beaucoup plus fondante, presque crémeuse. N'essayer pas de le démouler ou de le couper en tranches, au risque d'obtenir une bouillie infâme. Ceci dit, bien qu'elle soit finalement assez éloignée de mon souvenir d'enfance, cette version est tout de même délicieuse.
Flan de courgettes aux olives (vegan)

 Pour 2 personnes :
  • 1 belle courgette
  • 150 ml de lait végétal
  • 75 g de tofu ferme
  • 1 c. à s. de fécule
  • 1 pincée de sel
  • une dizaine d'olives noires
Flan de courgettes aux olives (vegan)
Couper les courgettes en rondelles et les faire cuire une dizaine de minutes à la vapeur. Elles doivent être cuites mais encore un peu fermes.
Pendant ce temps, préparer l'appareil à flan : mixer le tofu ferme avec le lait végétal, la fécule et le sel.
Dénoyauter les olives (ou pas, mais dans ce cas, pensez à prévenir les convives!).
Répartir les rondelles de courgette cuites dans un plat à gratin et parsemer d'olives noires. Verser dessus l'appareil à flan.
Faire cuire une trentaine de minutes à four moyen-doux (160°C.) : le flan doit être juste pris.
Laisser reposer au moins 15 minutes avant de servir, le mieux étant de le déguster froid ou à température ambiante.
Flan de courgettes aux olives (vegan)
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 22 juillet 2018

Tarte rustique courgette-tomate-tapenade

Cuillère et saladier : Tarte rustique courgette-tomate-tapenade
En ce moment c'est un peu la folie des courgettes, tant et si bien que je ne sais plus trop où donner de la tête. Je croule littéralement dessous les courgettes (l'autre jour, j'ai failli me faire assommer par des courgettes dégringolées du panier à légumes, oui oui). J'en ai éclusé une partie avec mes habituelles courgettes à l'aigre-doux, fait et refait ma nouvelle trouvaille de soupe simplissime à la courgette (en variant les purées d'oléagineux : ça marche très bien aussi avec de la purée de sésame), transformé ma cuisine en étuve en me lançant dans la confection de conserves et je commençais à en voir le bout lorsqu'en fin de semaine dernière j'ai hérité encore de quelques beaux spécimens...
J'avais déjà depuis quelques temps en tête une idée de tarte fine à la courgette et à la tapenade, mais comme j'avais aussi deux tomates qui commençaient à mûrir dangereusement, je me suis décidée au dernier moment à ajouter à cette base une petite compotée de tomate. Au final je pense que ce n'est pas plus mal, car cette dernière vient apporter un peu de fondant à une tarte qui aurait autrement risqué d'être un peu sèche. Si on manque de temps (ou de bonnes tomates), on peut à mon avis opter par un peu de tomates en boite, en les égouttant bien au préalable.
Cuillère et saladier : Tarte rustique courgette-tomate-tapenade
Pour 1 tarte (4 personnes) :
Pour la pâte :
  • 140 g de farine d'épeautre (ou de blé)
  • 60 g de farine de pois chiche
  • 1 c. à c. de levure de boulanger sèche
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 1 pincée de sel
  • eau
Pour la garniture :
  • 2 belles tomates
  • 2 courgettes de taille moyenne
  • 2-3 c.à s. de tapenade d'olives noires
  • thym, origan, herbes de Provence
Cuillère et saladier : Tarte rustique courgette-tomate-tapenade
Préparer la pâte : Dans un saladier, mélanger les farines et le sel. Ajouter la levure de boulanger sèche, puis l'huile d'olive et verser assez d'eau tiède pour obtenir une boule de pâte. Pétrir quelques minutes puis laisser reposer au chaud sous un torchon humide au moins 30 minutes.
Préparer la garniture : Couper les tomates en gros morceaux et les faire compoter sur feu doux 15 à 20 minutes, le temps qu'elles confisent légèrement et rendent toute leur eau.
Détailler les courgettes en rondelles et les faire cuire à la vapeur environ 7 minutes : elles doivent être cuites mais encore un peu fermes.
Monter la tarte : Etaler la pâte en cercle d'environ 25 cm de diamètre. La placer sur une plaque à four graissée ou recouverte d'une feuille anti-adhésive. Etaler la compotée de tomates en laissant environ 2 cm de libre. Répartir ensuite la tapenade sur la compotée puis enfin les rondelles de courgettes. Saupoudrer de thym, origan et/ou herbes de Provence.
Faire cuire 25 à 30 minutes à 180°C.
Servir chaud, tiède ou froid.

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 6 juillet 2018

Quiche au persil

Cuillère et saladier : Quiche au persil
Si il y a quelques années on m'avait dit que je mangerai (pire, que je cuisinerai) une tarte au persil,  je ne l'aurai jamais cru. Il faut dire qu'à l'époque, je ne connaissait le persil que sous sa forme frisée et vaguement caoutchouteuse. Vous savez, cette petite fleurette qui surmonte vos carottes râpée à la cantine ou ce bouquet vert fluo de l'étal du poissonnier (qu'il vous met de force dans le cabat). Si la découverte du persil plat m'a fait revoir mon jugement assez péremptoire sur cette herbe aromatique, la fréquentation assidue de mon amie Marie, grande fan de persil s'il en ai a certainement aussi contribuée à ma conversion. Ceci dit, je ne suis pas sûre qu'elle apprécierai cette tarte, étant donnée qu'elle déteste toutes les feuilles vertes cuites....
Cuillère et saladier : Quiche au persil
Pour 1 quiche :
Pour la pâte : 
  • 150 g de farine d'épeautre
  • 50 g de farine de noix (à défaut, noix finement moulues)
  • 2 c. à s. de levain (à défaut, 1 c. à c. de levure de boulanger sèche)
  • 2 c. à s. d'huile d'olive peu fruitée
  • env. 10 cl d'eau
  • 1 pincée de sel
Pour la garniture :
  • 1 carotte
  • 1 bouquet de persil plat
  • 100 g de tofu soyeux
  • 15 cl de lait végétal
  • 2 c .à s. de moutarde
  • 1 pincée de sel
  • graines de tournesol

Cuillère et saladier : Quiche au persil
Préparer la pâte : Dans un saladier mélanger la farine d'épeautre, celle de noix et le sel. Ajouter le levain (ou la levure de boulanger) et l'huile d'olive. Travailler à la main en ajoutant l'eau tiède petit à petit jusqu'à former une pâte qui ne collent pas aux doigts. Travailler la pâte quelques minutes, former une boule et réserver environ 30 minutes au chaud et à l'abri des courants d'air.
Préparer la garniture : Dans un saladier, fouetter ensemble le tofu, le lait végétal et le sel.
Laver le persil, l'équeuter. Couper grossièrement les feuilles et les ajouter à l'appareil au tofu.
Râper la carotte et l'incorporer à la garniture.
Préparer la tarte : Etaler la pâte sur le plan de travail fariné sur une épaisseur d'environ 0,5 cm et en foncer un moule à tarte graissé.
Piquer le fond à la fourchette et verser la garniture dessus. Saupoudrer de graines de tournesol.
Enfourner à 180°C. pour 20 à 30 minutes, le temps que l'appareil soit pris : il doit être encore légèrement tremblotant.
Laisser reposer 5 minutes avant de servir.

Note : Cette quiche est aussi délicieuse froide.

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 29 juin 2018

Crème de courgette à l'amande et au fenouil

https://cuillereetsaladier.blogspot.com/2018/06/creme-de-courgette-lamande-et-au-fenouil.html
Cette recette, je l'ai réalisée au moins trois à quatre fois au cours de ces dix derniers jours. Il faut dire qu'entre le tourbillon de fin d’année des galas de danse, fêtes de quartier, kermesses et autres manifestations en tout genre et la chaleur écrasante qui s’est abattue sur le Sud-Ouest, moins je passe de temps en cuisine, mieux je me porte. Si l’on ajoute à cela le fait que j'ai réussi à me faire refiler un beau lot de courgettes et qu’avec toutes ces obligations mondaines, mes intestins sensibles sont quelque peu malmenés, vous comprenez aisément pourquoi cette petite crème toute douce est ma recette chouchou du moment. Courgette cuite et purée d’amande s’allient en effet ici pour dune texture onctueuse et réconfortante à souhait, dans laquelle la cuillère ne demande qu’à s’enfoncer.
Pour 1 personne : 
  • 1 courgette de taille moyenne
  • 1 c. à s. de purée d'amande blanche
  • 2-3 plumets de fenouil
  • 1 pincée de sel
Couper la courgette en rondelle et la faire cuire à la vapeur une petite dizaine de minutes, le temps qu'elle soit fondante. 
Laisser tiédir puis mixer avec la purée d'amande, le sel et les plumets de fenouil, jusqu'à obtenir une texture crémeuse. Suivant la teneur en eau de la courgette et la texture souhaitée, ajouter éventuellement un peu d'eau de cuisson. 
Déguster à température ambiante, ou frais.

Variantes : On peut remplacer le fenouil par de l'aneth ou de l'estragon, voir pour des versions encore plus rafraîchissantes (mais plus convenues) de la menthe, de la mélisse, du basilic... ou tout autre herbe aromatique !

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 22 juin 2018

Gaufres (véganes) au muesli

Cuillère et saladier : Gaufres (véganes) au muesli
Vous l'aurez compris, les gaufres, c'est ma nouvelle passion et en ce moment j'en fais au minimum une tournée par semaine. Il faut bien que je justifie l'achat du gaufrier! Et puis je dois dire que je trouve ça bien pratique pour les petits déjeuners, les goûters ou même à tout autre moment de la journée. J'en prépare une petite dizaine et ainsi dès que l'envie me vient, hop, quelques minutes au grille-pain et on a une gaufre toute chaude. Je dois avouer que mes gaufres, je les préfère même presque réchauffées ainsi, car elles sont alors bien croquantes à l'extérieur et légèrement fondantes à l'intérieur...
Aussi lorsque Cuisine à l'ouest m'a proposé de créer des recettes avec la nouvelle gamme de muesli de Terres et Céréales, c'est assez naturellement que je me suis tournée vers une recette de gaufres au muesli. Toutes simples à réaliser, elles demandent juste un petit temps de repos, le temps que les flocons gonflent et viennent former une pâte, mais on peut accélérer le processus en faisant chauffer le lait végétal avant de le verser dans la préparation. Sur cette base, on peut ensuite varier les plaisirs, en optant pour un autre type de muesli, en rajoutant des graines ou des oléagineux ou même, pour une version bien gourmande, des éclats de chocolat !
Cuillère et saladier : Gaufres (véganes) au muesli
Pour 8-10 gaufres :
  • 150 g de muesli cannerberges, goji, myrtille*
  • 50 g de farine
  • 200 ml de lait végétal
  • 2 c. à s. d'huile de coco amollie
  • 1 pointe de couteau de vanille en poudre (facultatif)
  • 1 c. à s. de sucrant au choix (sucre complet, sirop d'agave...)
  • 1/2 c. à c. de bicarbonate de soude
  • 1 c. à s. de vinaigre de cidre (ou de jus de citron)
* On peut bien sûr utiliser un autre muesli ou le remplacer par des flocons d'avoine (ou d'un mélange de flocons de céréales) additionnés de fruits secs (raisins secs, baies de goji, mûres blanches, canneberges...).

Dans un saladier, mélanger les flocons, la farine, la vanille en poudre et le bicarbonate de soude.
Ajouter le lait végétal légèrement tiédi ainsi que l'huile de coco et le sucrant choisi. Bien mélanger.
Laisser reposer entre 15 et 30 minutes, le temps que les flocons absorbent le liquide.
Faire chauffer le gaufrier.
Juste avant de faire cuire les gaufres, ajouter le vinaigre (ou le jus de citron) à la pâte.
Faire cuire les gaufres dans le gaufrier, en comptant 1 belle c. à s. de pâte par gaufre (à ajuster en fonction de la taille du gaufrier). Les gaufres doivent être bien dorées.
Laisser reposer 2 minutes avant de déguster.

Recette réalisée en partenariat avec Cuisine à l'ouest et Terres et Céréales
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 17 juin 2018

Tartelettes fraises-pavot

Cuillère et saladier : Tartelettes fraises-pavot
Je suis décidément dans une période pavot... Après la tarte au citron,voici les tartelettes à la fraise (quand je vous disais que je fonctionnais par phase). La tarte aux fraises n'est pas vraiment un classique chez nous, au contraire, et je dois même avouer que je n'en suis pas une grande fan. Peut-être par ce que à la maison, nous n'avions pas pour habitude de cuisiner les fraises. Bien que nous en faisions une grande consommation en saison, nous les dégustions simplement coupées en petits morceaux et éventuellement arrosées d'un peu de jus de citron afin qu'elles "crachent" leur jus (on se battait d'ailleurs toujours ensuite pour savoir qui allait avoir le droit de boire le jus restant au fond du saladier....), éventuellement accompagnées d'un peu de fromage blanc ou de yaourt. Et finalement cette version de la tarte à fraise n'en est pas si éloignée, puisque pour la garniture, je suis repartie sur la base d'une crème au pavot assez traditionnelle (et il faut bien le dire, un peu étouffe-chrétien) en la mélangeant une bonne dose de yaourt pour l'alléger. On retrouve donc le petit côté acide du yaourt, qui se marie si bien avec la douceur des fraises.
Comme les fraises sont crues, je ne serai que trop vous conseiller de veillez à les bien fermes et d'une variété bien parfumée, type maras des bois, ciflorette, anabel...
Cuillère et saladier: Tartelettes fraises-pavot
Pour 8 tartelettes :
Pour la pâte à tarte :
  • 150 g de farine
  • 50 g de flocons d'avoine
  • 1 c. à s. de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 80 g de purée d'amandes
Pour la garniture :
  • 75 ml de lait végétal
  • 50 g de pavot
  • 25 g de sucre de canne blond
  • 25 g d'amandes en poudre
  • 1 c. à c.  de fécule
  • 1 c. à s. d'eau
  • 200 g de yaourt de soja
  • 300 g de fraises
Préparer la pâte à tarte : Dans un saladier, mélanger la farine, les flocons d'avoine, le sucre et le sel. Ajouter la purée d'amande et mélanger du bout des doigts pour obtenir un sable puis une boule de pâte, en ajoutant au besoin un peu d'eau ou de lait.
Envelopper dans un torchon et réserver au frais pour 30 minutes.
Préparer la crème de pavot : Moudre le pavot, le placer dans une petite casserole avec le lait végétal et les amandes en poudre. Porter à ébullition, baisser le feu et ajouter le sucre et la fécule délayée dans l'eau. Faire épaissir quelques minutes en remuant continuellement jusqu'à obtenir une texture un peu épaisse. Réserver.
Faire cuire les fonds de tarte : Etaler la pâte à tarte sur environ 0,5 cm d'épaisseur et foncer des petits moules à tartelettes graissés. Piquer le fond à la fourchette et lester avec des billes de céramique, des haricots secs ou des cailloux.
Enfourner pour une vingtaine de minutes à 180°C., la pâte doit être blond doré et complètement cuite.
Mélanger la préparation au pavot réservée avec le yaourt.
Rincer rapidement les fraises, les couper au besoin en deux ou en quatre selon leur taille.
Monter les tartelettes : Répartir la crème au pavot sur les fond de tarte, puis disposer les fraises dessus.

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 9 juin 2018

Gaufres au levain et aux fanes de carottes (vegan)

Cuillère et saladier : Gaufres au levain et aux fanes de carottes (vegan)
Des fanes et du levain : mes deux marottes du moment sont réunies dans cette recette ! En cuisine (comme dans pas mal d’autres domaines d’ailleurs), j’ai un peu tendance à fonctionner par monomanies. Pendant un laps de temps plus ou moins long, je vais être (légèrement) obsédée par un ingrédient, une technique, un mode de cuisson… que je vais décliner jusqu’à plus soif. Ces toquades durent plus ou moins longtemps, et si au bout d’un moment je me calme un peu, elles laissent souvent des traces, plus ou moins perceptibles dans mon alimentation quotidienne.
Cuillère et saladier : Gaufres au levain et aux fanes de carottes (vegan)
Pour en revenir à la recette qui nous occupe, il s’agissait surtout et avant tout d’inaugurer mon nouveau gaufrier. Cela faisait un moment que j’en avais envie et lors du dernier vide-grenier où je suis allée trainer, je me suis laissée tentée par ce (joli) gaufrier électrique jaune vif. Non sans une certaine culpabilité, il faut bien le dire, car je ne suis que trop consciente qu’il s’agit d’un appareil légèrement superflu. J’évite d’ordinaire ce genre d’ustensile, préférant leur version non-électrique, mais force est de constater, que dans le cas du gaufrier, cela conduit du coup à ne s’en servir que très (très) rarement, tant un gaufrier en fonte demande d’intendance en terme de chauffe, de graissage puis ensuite de lavage, séchage, etc. Alors qu’il faut reconnaitre qu’avec la version électrique, c’est beaucoup (beaucoup) plus simple et rapide, on en ferait (presque) tous les jours (vous la voyez venir,la nouvelle marotte ?).
Cuillère et saladier : Gaufres au levain et aux fanes de carottes (vegan)
Pour une dizaine de gaufres :
  • 90 g de levain
  • 100 g de farine
  • 50 g de flocons d'avoine
  • 2 c. à s. d'huile d'olive
  • 12 à 15 cl d'eau ou de lait végétal
  • 1 belle c. à c. de moutarde
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à c. de poudre à lever
  • fanes d'une botte de carottes
Cuillère et saladier : Gaufres au levain et aux fanes de carottes (vegan)
Laver soigneusement les fanes de carottes et les égoutter. Retirer les tiges dures pour ne garder que les plumets et les hacher.
Dans un saladier, mélanger la farine, les flocons d'avoine et le sel. Ajouter le levain, l'huile et le liquide. Bien mélanger pour obtenir une pâte sans grumeaux. Incorporer alors la moutarde, puis les fanes de carottes hachées. A ce stade, on peut donner un coup de mixer pour incorporer complètement les fanes à la pâte et avoir des gaufres toutes vertes.
Faire chauffer le gaufrier. et le graisser si besoin.
Au dernier moment, ajouter la levure chimique dans la pâte à gaufres. Déposer 1 à 2 c. à s. de pâte dans le gaufrier, selon sa taille, refermer et faire cuire4 à 5 minutes, jusqu'à ce que les gaufres se détachent du gaufrier. Procéder ainsi avec le reste de pâte, en gardant les gaufres déjà cuites au chaud.

Note : Les gaufres se réchauffent très facilement au grille-pain ou quelques minutes au four. Elles se congèlent aussi très bien (ensuite un petit coup au grille-pain pour les décongeler, et c'est plié), donc n'hésitez à pas à en préparer quelques unes en rab!

Variante : On peut utiliser n'importe quel type de verdure : fanes de radis, épinards, persil, roquette...


     
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 30 mai 2018

Salade épinards, fraises et tofu pané à la noix de coco

https://cuillereetsaladier.blogspot.com/2018/05/salade-epinards-fraises-et-tofu-pane-la.html
Je dois vous avouer une chose : en ce moment, je n'ai guère d'inspiration pour cuisiner.  Alors qu'habituellement j'adore déambuler à travers les étals du marché en m'imaginant ce que je vais bien pouvoir me concocter comme petits plats (je ne suis pas vraiment une adepte de la planification des menus), depuis quelques semaines, bien que les étals du marché débordent de fraises, d'asperges, de fèves, d'artichauts et autre nouveaux fruits et légumes printaniers, c'est sans but et emplie d'une certaine vacuité que je parcourt ce dernier. Ce moment, qui est ordinairement une fête pour moi me pèse et je me retrouve à acheter sans envie, parce qu'il faut bien remplir son réfrigérateur. Allez savoir pourquoi, j'ai un peu du mal à faire la transition avec les légumes d'hiver, et je me prend à rêver de courges, de chou-rave, de navets boule d'or et autres légumes racines. Ce manque d'intérêt et d'énergie créative se ressent bien entendu fortement sur mes repas, qui se résument bien souvent à des préparations réduites au minimum. A quelques (rares) occasions, j'arrive à sortir de mon marasme et à me lancer dans une préparation un poil plus élaborée, comme avec cette salade. Il faut dire que j'y ai été presque contrainte, car j'avais un reste de tofu ferme nature à écouler. Si cela avait été du tofu fumé ou une autre sorte de tofu parfumé, je me serais contenté de l'ajouter tel quel à ma salade, mais les dés de tofu nature, on est d'accord que c'est (vraiment) pas bon. D'où le tofu pané à la noix de coco, petite idée que j'avais soigneusement noté dans mon carnet d'idée recette (carnet que possède toute bonne bloggeuse culinaire).
Pour le tofu pané à la noix de coco : 
  • 1 bloc de tofu nature + 2 à 3 c. à s. de sauce soja OU 1 bloc de tofu lacto-fermenté au tamari
  • 1 c.à s. de farine de coco (à défaut, de fécule ou farine de riz)
  • 2 c. à s. de noix de coco râpée
Pour la salade : 
  • 2 belles poignées de jeunes épinards bien frais
  • 125 g de fraises
  • quelques radis  
Pour la sauce * : 
  • 1 c. à s. de purée de cacahuète
  • 1 trait de sauce soja
  • 1 c. à c. de jus de citron (ou de vinaigre) 
Préparer le tofu pané : Si vous utilisez du tofu nature, quelques heures avant (idéalement la veille), sortir le tofu de son emballage, le sécher puis le mettre dans une assiette creuse. Placer dessus une autre assiette ou un linge et mettre un poid dessus. Faire "dégorger" ainsi le tofu quelques heures au frais. 
Couper ensuite le tofu en cubes, et le faire mariner dans la sauce soja pendant au moins 30 minutes.
Si vous utilisez du tofu lacto-fermenté, couper simplement le tofu en cubes. 
Dans une petite assiette creuse, mélanger la farine de coco avec 2 à 3 c. à s. d'eau pour obtenir une texture collante mais pas trop épaisse. 
Mettre la noix de coco râpée dans une autre assiette creuse.
Rouler les morceaux de tofu dans le mélange eau-farine, puis dans la noix de coco râpée et les placer sur une plaque à four recouverte d'une feuille anti-adhésive. Faire dorer sous le grill du four sur toutes les faces.  
Préparer la salade : Laver soigneusement les épinards, les égoutter et retirer les queues si elles sont trop dures. Déchirer les feuilles si elles sont grandes et réserver.
Laver les fraises et les couper en deux ou en quatre (voir en huit) selon la taille.
Laver les radis et les couper en rondelles.
Préparer la sauce : Dans un petit bol, délayer la purée de cacahuète dans le jus de citron. Ajouter la sauce soja et assez d'eau pour former une sauce onctueuse.
Monter la salade : Assaisonner les épinards avec la sauce. Les répartir dans les assiettes de service avec les morceaux de fraises, les rondelles de radis et les morceaux de tofu. Déguster sans attendre. 

* On peut remplacer cette sauce par une vinaigrette au vinaigre balsamique, qui se marie particulièrement bien avec les fraises et les épinards, ou par une vinaigrette plus classique.  

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 27 mai 2018

Tarte citron-pavot

Cuillère et saladier : Tarte citron-pavot (vegan)
Je sais je sais, en ce moment, la tendance est plus à la tarte aux fraises ou à la rhubarbe, mais que voulez-vous je n'ai jamais été très portée sur les tendances... Et ces derniers temps, je ne sais pourquoi, c'est d'une envie de tarte au citron que j'ai été prise, l'une de ses envies tenace qui ne vous lâche pas comme ça. Bien sûr, j'aurais pu l'assouvir en m'achetant une part de tarte au citron, mais ce n'est pas aussi simple que ça, parce que trouver une tarte au citron qui satisfasse mes critères, voyez-vous, c'est pas du gâteau (sans mauvais jeu de mots). Je trouve quasi systématiquement celles que je goûte trop sucrées (moi, ce que j'aime, dans la tarte au citron, c'est son acidité) et si le chef s'est en plus fendu d'une meringue, alors là, c'est la cata assurée. Du coup, plus qu'une seule solution : me mettre en cuisine !
J'avais envie d'inover un peu, et j'aurais pu tenter la tarte citron-fraises. Mais décidément, je n'étais pas branché printemps, et je me suis plutôt tournée vers des influences d'Europe de l'Est avec cette fine couche de garniture au pavot. La couche de pavot, sucrée, un poil granuleuse et délicatement parfumée à l'amande contraste agréablement avec la garniture au citron, fondante et acidulée. Les proportions de garniture au pavot sont un peu généreuses, et il vous en restera certainement. Qu'à cela ne tienne, on peut la déguster telle quelle, à la petite cuillère ou la tartiner sur des tranches de fruits. Elle pourra aussi venir égayer un fromage blanc (ou un yaourt)... Bref, les possibilités ne manquent pas !
Cuillère et saladier : Tarte citron-pavot (vegan)

Pour 1 tarte (6-8 personnes)
Pour la pâte :
  • 100 g de farine
  • 80 g de son d'avoine
  • 60 g d'amandes en poudre
  • 90 g de purée d'amande
  • 1 c. à s. de sucre de canne blond
  • 1 pincée de sel
Pour la garniture au pavot :
  • 150 ml de lait végétal
  • 100 g de pavot
  • 50 g de sucre de canne blond
  • 50 g d'amandes en poudre
  • 1 c. à s.  de fécule
  • 1 c. à s. d'eau
Pour la crème au citron :
  • 20 cl de jus de citron (jus de 2 à 3 citrons)
  • Zeste de 1 à 2 citrons
  • 20 cl de crème d'amande
  • 2 c. à s. de fécule
  • 1 c. à c. d'agar-agar
  • 2 c. à s. de sirop d'agave (ou sirop de riz ou de blé)
Cuillère et saladier : Tarte citron-pavot (vegan)
Préparer la pâte à tarte : Mixer le son d'avoine pour obtenir une "farine". Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre, la poudre d'amande et le son d'avoine moulu. Ajouter la purée d'amande et mélanger du bout des doigts pour obtenir un sable puis une boule de pâte, en ajoutant au besoin un peu d'eau ou de lait.
Envelopper dans un torchon et réserver au frais pour 30 minutes.
Etaler la pâte sur environ 0,5 cm d'épaisseur et foncer un moule à tarte graissé. Piquer le fond à la fourchette et lester avec des billes de céramique, des haricots secs ou des cailloux.
Faire cuire la pâte à blanc une vingtaine de minutes à 180°C., jusqu'à ce qu'elle soit bien dorée.
Préparer la garniture au pavot : Moudre le pavot, le placer dans une casserole avec le lait végétal et les amandes en poudre. Porter à ébullition, baisser le feu et ajouter le sucre et la fécule délayée dans l'eau. Faire épaissir quelques minutes en remuant continuellement jusqu'à obtenir une texture un peu épaisse.
Verser la garniture au pavot sur le fond de tarte sur une épaisseur d'environ 1-1,5 cm.
Réserver le temps de préparer la crème au citron.
Préparer la crème au citron : Râper le zeste de deux citrons et presser le jus de 2 à 3 citrons pour obtenir environ 20 cl de jus.
Délayer la fécule dans un peu de jus de citron et la placer dans une casserole avec le jus de citron, le zeste, la crème d'amande et l'agar-agar. Fouetter pour bien homogénéiser puis faire épaissir sur feu doux en remuant continuellement. Lorsque la crème nappe la cuillère et que cette dernière laisse une trace quand on mélange, couper le feu, ajouter le sirop d'agave et bien mélanger.
Verser délicatement sur le fond de tarte recouvert de garniture au pavot. Laisser refroidir puis faire prendre au frais au moins 2h.

Cuisine Gourmandise des 2B, site créé par Poivré Seb le créateur du site Cuisine Gourmandise des 2B, gérée par Lyne de  Epices et  moi et Nicolas de Ma cuisine à moi, Carole de  Ramène la popotte étant en charge de la gestion de la page FB
Petit rappel des Toques des mois précédents : 
1 – Janvier 2018 – Valérie du blog 123Dégustez   –  Soupe et velouté
2 – Février 2018 – Sabrina du blog Sab’n’Pepper  –  Agrumes
3 – Mars 2018 – Patou du blog Karibo Sakafo! –  L’Afrique Enchantée

4 – avril 2018 – Ingrid du blog Les Voyages de Gridelle – La Cuisine de Bistrot
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 16 mai 2018

Salade de quinoa printanière au tartare d'algues

 https://cuillereetsaladier.blogsCuillère et saladier : Salade de quinoa printanière au tartare d'algues (fraises, asperges,fèves)
Même si le temps de ces derniers jours pouvait nous en faire douter, le printemps est bel et bien arrivé, y compris sur les étals du marché. C'est avec joie que je (re)découvre les légumes primeurs croquants et les fraises délicatement parfumées. Bon, pour les petits pois il faudra attendre encore un peu, car le prix reste pour le moins prohibitif, c'est pourquoi je me suis rabattue sur les premières fèves, beaucoup plus abordables (en tout cas par chez moi).
Cette salade toute fraîche fait en effet la part belle aux produits que l'on trouve en ce moment en abondance chez les producteurs du marché : asperges, fraises et fèves (j'ignorai d'ailleurs que la culture des fèves était aussi répandue dans le Sud-Ouest). Avec une petite sauce iodée-acidulée comme je les aime, on concentre vraiment l'essence du printemps dans son assiette.
Cuillère et saladier : Salade de quinoa printanière au tartare d'algues (fraises, asperges,fèves)
Pour 2 personnes :
  • 120 à 150 g de quinoa cru
  • 1 petite poignée de fèves nouvelles
  • 1/2 botte d'asperges vertes
  • une quinzaine de fraises (selon grosseur)
Pour la sauce :
  • 1 grosse c. à s. d'algues en paillette
  • 1 c. à c. de câpres
  • jus et zeste d'1/2 citron bio
  • 2 c. à s. d'huile d'olive 
  • 2 à 3 cornichons (facultatif)
Cuillère et saladier : Salade de quinoa printanière au tartare d'algues (fraises, asperges,fèves)
Préparer la sauce : Râper le zeste du citron, le mélanger avec les algues et les câpres. Ajouter 2 c. à s. de jus de citron et l'huile d'olive. Couper les cornichons en tout petits morceaux et les mélanger à la sauce. Laisser les algues se réhydrater le temps de préparer la salade. 
Cuire le quinoa : Rincer le quinoa, le placer dans une casserole avec 1,5 à 2 fois son volume d'eau froide. Porter à ébullition, couvrir et faire cuire une dizaine de minutes.
Pendant ce temps, faire cuire les asperges vertes une dizaine de minutes à la vapeur, qu'elles restent croquantes (je le fais directement dans un panier vapeur posé sur la casserole où cuit le quinoa). Les couper en petits tronçons.
Décortiquer les fèves et réserver. 
Laver les fraises et les couper en quatre (ou huit selon la grosseur).
Une fois le quinoa cuit, le rafraichir sous un peu d'eau froide et l'égoutter soigneusement.
Assembler la salade : Placer le quinoa dans un saladier avec les tronçons d'asperges, les fèves et les fraises. Verser la sauce par-dessus et bien mélanger.
Idéalement, laisser la salade reposer 30 minutes avant de servir, le temps que les arômes se difusent.

Variante : En version expresse, remplacer le quinoa par du boulghour réhydraté quelques minutes dans un peu d'eau bouillante et la sauce par du tartare d'algues tout prêt, éventuellement allongé d'un peu d'huile et/ou de jus de citron.
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 30 avril 2018

Gressins tomate-piment spécial récup

Gressins tomate-piment spécial récup
Depuis quelques temps j'héberge chez moi un hôte d'un genre un peu particulier. Non il ne s'agit pas d'un petit chat, ni d'un poisson rouge, mais bien d'un levain, qui répond au doux nom de Perséphone.  (Si la pratique de donner un petit nom à son levain était relativement commune, j'ai remarqué que les noms choisis sont le plus souvent masculin. Alors, par pure esprit de contradiction et parce que je suis un peu féministe sur les bords, j'ai décidé que le mien serait une fille,car après tout,  les micro-organismes n'ont pas de sexe, jusqu'à preuve du contraire). Ce qui me chiffonne un peu avec l'entretien de Perséphone, c'est la quantité de levain que l'on doit éliminer, au moins au début, pour la nourrir correctement. J'ai beau savoir que c'est un mal pour un bien, c'est plus fort que moi, mon côté "zéro-gaspi" se réveille et je suis incapable de mettre ce levain à la poubelle. Je suis donc passée maître dans l'art de recycler ces excédents de levain : je l'incorpore dans mes pâtes à tarte, m'en sert de base pour des galettes aux légumes,... C'est le beau temps des semaines passées qui m'a donné l'idée de cette recette, parfaite pour les apéros en terrasse (que je n'ai pas). Et tant qu'à faire de donner dans la récup, j'en ai profité pour liquider un vieux sachet de soupe en poudre, vestige d'une randonnée itinérante. Ceci dit, si vous n'en avez pas, on peut très bien remplacé cette dernière par des ingrédients un peu plus nobles : bouillon de légumes en poudre et concentré de tomate (ça marche aussi, j'ai essayé) ou alors s'en passer purement et simplement (faudra juste pas oublier le sel).
Gressins tomate-piment spécial récup
Pour une vingtaine de gressins :
  • 1 sachet de soupe déshydratée à la tomate (ou 1 c. à c. de bouillon de légumes en poudre + 1 c.à s. de concentré de tomate)
  • 100 g de levain
  • 50 g de farine de pois chiche
  • 80 g de farine complète (ici épeautre)
  • 4-5 pétales de tomates séchées à l'huile
  • 1/2 c.à c. de piment en poudre
Gressins tomate-piment spécial récup
Placer le levain dans un saladier. Ajouter la soupe en sachet et le piment, ainsi que les tomates séchées coupées en petits morceaux. Mélanger.
Verser la farine de pois chiche puis la farine complète. Mélanger d'abord à la cuillère en bois puis à la main pour obtenir une boule de pâte. Si cette dernière est trop molle, ajouter un peu de farine.
Fariner le plan de travail et prélever de petits morceaux de pâte de la taille d'une grosse noix.
Placer les gressins sur une plaque de four couverte d'une feuille anti-adhésive.
Faire cuire une vingtaine de minutes à 180°C. Il faut que les gressins soient durs.
Laisser refroidir avant de stocker dans une boîte en fer ou un bocal en verre.

Rendez-vous sur Hellocoton !