jeudi 17 septembre 2020

Salade de pêches grillées, amandes fumées et tofu pané au sésame

Cuillère et saladier : Salade de pêches grillées, amandes fumées et tofu pané au sésame
Je ne sais pas comment c'est chez vous, mais ici, les températures des derniers jours (34°C. en moyenne en journée cette semaine !) pourraient nous abuser et laisser penser que nous sommes au (encore) plein cœur de l'été, alors que nous nous acheminons doucement mais sûrement vers sa fin. Si les potimarrons, butternut et autres cucurbitacées sont apparues sur les étals, j'avoue qu'elles ne me font pas encore trop envie, et que je préfère profiter pleinement des derniers fruits et légumes d'été. Cette salade vient ainsi mettre en valeur les dernières pêches de la saison, une belle façon de leur dire au revoir. 
J'ai toujours une peu des scrupules à partager ici de "simples" salades, mais avec l'alliance du tofu croustillant, du croquant salé des amandes, de la douceur juteuse des pêches... cette salade fait toujours son petit effet.  
A la longueur de la liste des ingrédients et des différentes étapes, elle peut paraître compliquée, mais en fait non ! Certes, elle demande un peu d'anticipation (marinade des amandes et du tofu notamment) et d'organisation (pour que tous les ingrédients soient prêts au bon moment), mais rien de bien méchant. Pour aller plus vite et zapper l'étape marinade, on peut toujours utiliser du tofu fumé et des amandes grillées au tamari toutes prêtes (on en trouve en magasin bio) à la place des amandes fumées. Même si franchement, là, vous perdez un truc, parce que ces amandes au petit goût fumé, c'est tout de même quelque chose ! D'ailleurs, petit conseil d'amie : n'hésitez à préparer pas mal d'amandes fumées, ça ne demande pas plus de travail, et c'est tellement bon !
Cuillère et saladier : Salade de pêches grillées, amandes fumées et tofu pané au sésame
Pour 4 personnes : 

Pour la marinade (qui servira pour le tofu et les amandes) : 

  • 2 c. à c. de thé fumé
  • 200 ml d'eau 
  • 100 ml de sauce soja
  • 2 c. à s. de vinaigre de cidre
  • 2 c. à c. de paprika fumé

Pour les amandes fumées

  • 100 g d'amandes
  • la moitié de la marinade

Pour le tofu pané au sésame :

  • 250 g de tofu ferme 
  • 1 c. à s. d'huile de sésame grillé
  • 3-4 c.à s. de graines de sésame

Pour la salade

  • 2 pêches
  • 4 poignées de jeunes pousses mélangées (pousses d'épinard, roquette, muesclin...)

Pour la sauce

  • 1 belle c. à s. de purée de sésame
  • 1 c. à s. de jus de citron ou de vinaigre de cidre
  • 1 c. à c. de moutarde
  • 1 c. à c. de levure maltée (facultatif)
  • 1-2 c. à s. d'eauCuillère et saladier : Salade de pêches grillées, amandes fumées et tofu pané au sésame
Préparer la marinade : Faire chauffer l'eau. Lorsqu'elle bout, couper le feu et y ajouter le thé fumé. Laisser infuser une quinzaine de minutes à couvert. Filtrer le liquide, ajouter la  sauce soja, le vinaigre et le paprika fumé. Bien mélanger. La marinade peut se garder sans soucis quelques jours au frais.
Pour le tofu : Commencer par égoutter le tofu. Quelques heures avant (ou la veille), sortir le tofu de son emballage. Le placer sur une assiette entre deux morceaux de tissu propre (ou de papier absorbant), recouvrir d'une autre assiette puis placer un poids dessus pour bien presser le tofu.
Faire mariner le tofu : Au bout de plusieurs heures, couper le tofu en gros cubes, le placer dans une assiette creuse ou une boite en verre et le recouvrir entièrement de marinade (environ la moitié). Ajouter l'huile de sésame, mélanger puis laisser mariner au frais au moins 6h, idéalement une nuit.
Préparer les amandes : Placer les amandes dans un bol, les recouvrir de marinade. Laisser mariner quelques heures.
Lorsque les amandes se sont bien gorgées de marinade, les égoutter et les torréfier environ 20 minutes au four à 180°C., en les remuant régulièrement. Réserver.
Préparer la sauce : Dans un petit bol, placer la purée de sésame et la moutarde, ajouter le jus de citron (ou le vinaigre) et bien mélanger. Délayer ensuite petit à petit avec l'eau, pour obtenir une sauce bien nappante. Incorporer la levure maltée, et ajuster à nouveau la consistance avec un peu d'eau.
Laver les jeunes pousses et les placer dans un saladier.
Préparer les pêches : Couper les pêches en lamelles, et les faire griller sur les deux faces dans une poêle. Réserver.
Préparer le tofu : Placer le sésame dans une petite coupelle. Au fur et à mesure, égoutter les dés de tofu et les rouler dans le sésame.
Faire chauffer un peu d'huile dans une poêle, y faire dorer les dés de tofu sur toutes les faces.
Assembler la salade : Assaisonner les jeunes pousses avec la sauce. Répartir sur la salade assaisonnée les lamelles de pêches, les dés de tofu et les amandes grillées.

jeudi 10 septembre 2020

Courgettes farcies végétariennes aux protéines de soja texturées

Cuillère et saladier : Courgettes farcies végétariennes aux protéines de soja texturées (PST)
Bien que le temps reste au beau, que courgettes, tomates et aubergines soient encore bien présentes sur les étals, on sent que l'on avance doucement mais sûrement vers l'automne. Les soirées deviennent franchement frisquettes (quand ce ne sont pas carrément les journées !), et dans ces moments-là, on n'a rien contre un petit plat tout chaud qui sort du four... Comme ces courgettes farcies tient !
Avant, je n'étais pas forcément une grande fan des courgettes farcies. Faut dire que le plus souvent, c'était surtout une façon d'écouler les énormes courgettes "gracieusement " offertes par les voisins dont on ne savait que faire autrement. Je revois encore ces "bateaux" monstrueux, qu'on avait toutes les peines du monde à faire rentrer dans un plat, et qui finassaient irrémédiablement à moitié en bouillie, car gorgées d'eau. Bref, c'est un plat que je n'aurai pas forcément eu l'idée de cuisiner spontanément. Mais un jour j'ai craqué sur le marché pour d'adorables petites courgettes rondes (oui, certain.e.s craquent sur un sac ou une paire d'escarpins, moi je craque sur des légumes - chacun.e ses faiblesses !). Et arrivé le moment de les cuisiner, j'ai pensé à des courgettes farcies. D'autant que j'avais à ce moment-là des protéines de soja texturées (PST). Les PST et moi, là encore, ça n'est pas vraiment une histoire d'amour au premier regard. J'ai mis un peu de temps à les apprivoiser, et aujourd'hui encore, je n'en suis pas une grande grande fan... sauf dans cette recette ! 
Cuillère et saladier : Courgettes farcies végétariennes aux protéines de soja texturées (PST)
 Pour 2 personnes :
  • 2 grosses courgettes rondes (ou 4 petites)
  •  45 g de petites protéines de soja texturées (PST)
  •  1 belle c. à s. de sauce soja
  •  1 c. à c. de champignons séchés (cèpes, ect.)
  •  4 pétales de tomates séchées
  •  1 c. à c. de thé fumé Lapsang souchong (facultatif)
  •  env. 15 cl d'eau ou de bouillon de légumes
  •  1 échalote (ou 1 petit oignon)
  •  1 grosse tomate
  •  thym, herbes de Provence,...
  •  huile d'olive

Cuillère et saladier : Courgettes farcies végétariennes aux protéines de soja texturées (PST)
Réhydrater les protéines de soja : Placer les protéines de soja dans un bol, avec les champignons, la sauce soja et les tomates séchées coupées en petits dés. Placer le thé dans une boule à thé ou une gaze, et l'ajouter dans le bol. Faire chauffer l'eau ou le bouillon, puis le verser sur les protéines de soja. Réserver au moins 30 minutes. 
Préparer les courgettes : Laver les courgettes, couper les chapeaux et les faire cuire à la vapeur une quinzaine de minutes : la chair doit être un peu tendre. Laisser refroidir quelques instants.
Lorsqu'elles sont assez froides pour être manipulées, les creuser à la cuillère pour récupérer la chair. Les réserver à l'envers (pour les égoutter).
Préparer la farce : Emincer l'échalote ou l'oignon. Détailler la chair de la courgette en petits dés.
Faire chauffer un peu d'huile dans une casserole, y faire revenir l'échalote ou l'oignon quelques instants, ajouter les dés de courgettes, puis les protéines de soja réhydratées (en laissant de coté de le reste du bouillon si elles ne l'ont pas totalement absorbé). Poursuivre la cuisson 1-2 minutes avant d'ajouter la tomate coupée en petits morceaux et les herbes aromatiques.
Faire cuire à feu doux quelques minutes, jusqu'à ce que la courgette soit bien fondante. Si la farce commence à accrocher, mouiller avec la marinade réservée. Rectifier au besoin l'assaisonnement.
Monter les courgettes : Placer les courgettes dans un plat à gratin, les farcir avec la préparation aux protéines de soja, en tassant bien.
Placer un peu de bouillon (ou d'eau) dans le fond du plat.
Faire cuire les courgettes farcies une trentaine de minutes à 180°C., jusqu'à ce qu'elles soient bien fondantes. Ne pas hésiter à les arroser un peu (avec du bouillon ou de la marinade restante) si elles paraissent s'assécher à la cuisson.
Servir chaud.

Variante : On peut aussi faire cuire les courgettes sur un lit de sauce tomate, elles seront ainsi encore plus moelleuses.

jeudi 3 septembre 2020

Tarte aux pommes, pâte levée au vin blanc

Cuillère et saladier : Tarte aux pommes pâte levée au vin blanc (vegan)
Contrairement à beaucoup de familles, la tarte aux pommes (si ce n'est dans sa version tatin) n'est pas vraiment un classique chez nous. A la différence de la tarte aux mirabelles ou aux prunes, je n'ai donc pas de souvenirs d'enfance liés à ce dessert. C'est sans doute pour ça que je n'ai aucun complexe à en tester de nombreuses variantes (quoique cela ne m'arrête pas forcément non plus pour les recettes de mon enfance !). Ici, j'ai voulu tenter une pâte un peu briochée, et comme j'avais une bouteille de vin blanc de cuisine ouverte pour une autre préparation, à finir, j'ai eu l'idée de l'utiliser pour la pâte. Le vin blanc donne un petit goût bien caractéristique, qui me rappelle justement une recette de famille (que je me garderai bien de revisiter celle-là si je ne veux pas me faire lyncher en place publique !), les colmariennes, petits biscuits sablés au vin blanc.
J'ai utilisé ici un mélange de pommes : pour la compote, les pommes du jardin de la voisine, qui ont la délicatesse de tomber gracieusement de notre côté du mur, assez douces, et pour les lamelles, des pommes dites "des moissons", fermes et croquantes. L'acidulé des pommes est contrebalancé par la douceur de la vanille et la rondeur de la pâte, pour une tarte tout en contraste, à l'image de cette période d'été indien dont nous jouissons.
Cuillère et saladier : Tarte aux pommes pâte levée au vin blanc (vegan)
Pour 4-6 personnes :
Pour la pâte :
  • 60 g de son d'avoine moulu
  • 110 g de farine de blé demi-complète
  • 30 g de farine de seigle
  • 1/2 c. à c. d'épices à pain d'épices (cannelle, anis, muscade,
  • 1/2 c. à c. de levure de boulanger sèche
  • 2 c. à s. de sucre complet
  • 1 pincée de sel
  • 2 c. à s. d'huile d'olive
  • 1/8 l de vin blanc
Pour la compote :
  • 4 pommes à cuire de taille moyenne
  • 1/4 gousse de vanille
Pour les pommes :
  • 1/2 jus de citron (à défaut, un peu de vinaigre de cidre)
  • 3-4 pommes acidulées type pommes des moissons
  • 1/4 gousse de vanille
Cuillère et saladier : Tarte aux pommes pâte levée au vin blanc (vegan)
Préparer la pâte : Faire tiédir légèrement le vin blanc.
Moudre le son d'avoine. Dans un saladier, mélanger le son d'avoine moulu, les farines, le épices, le sucre et le sel. Mélanger avant d'incorporer la levure sèche (pour éviter qu'elle ne touche le sel). Ajouter le vin blanc et l'huile d'olive, et mélanger à la main pour obtenir une boule de pâte. Pétrir quelques minutes pour obtenir une pâte bien lisse, couvrir d'un linge humide et réserver au chaud le temps de préparer le reste.
Préparer la compote : Éplucher les pommes, enlever le cœur, les couper en petits morceaux et les placer dans une petite casserole avec un fond d'eau et la gousse de vanille fendue.
Faire compoter à feu doux, jusqu'à ce que les pommes soient bien tendres. Retirer la vanille puis mixer pour obtenir une compote lisse.
Préparer les pommes : Laver les pommes, les couper en fines lamelles en les mélangeant au jus de citron au fur et à mesure pour éviter qu'elles ne noircissent.
Gratter la gousse de vanille (cela peut être celle de la compote) et ajouter les grains aux lamelles de pommes. Mélanger pour bien répartir la vanille.
Monter la tarte : Étaler la pâte sur le plan de travail fariné. En foncer un moule à tarte graissé et fariné. Étaler la compote sur le fond de tarte, puis répartir dessus les lamelles de pommes vanillées.
Faire cuire 30 à 40 minutes à 180°C. La pâte doit être bien dorée.
Laisser refroidir avant de saupoudrer d'un voile de sucre complet.

Note : Pour aller plus vite, on peut utiliser une compote de pommes toute faite : on trouve dans le commerce de la compote pomme-vanille, sinon ajouter simplement un peu de vanille à une compote de pomme nature (sans sucres ajoutés de préférence).

jeudi 27 août 2020

Tarte tomate-nectarine au romarin

Cuillère et saladier : Tarte tomate-nectarine au romarin  vegan
Parmi les incontournables de l'été, il y a la tarte à la tomate. Si dans ma famille, on a bien une recette "traditionnelle", la version de mon Papa, aux tomates longuement confites et au vinaigre balsamique, la tarte à la tomate, c'est un classique que l'on ne cesse de décliner. J'ai déjà tenté des variantes assez classiques (à la moutarde ou au pesto), ou plus originales (à la tapenade, ou aux fraises) et si je les aime toutes, la tarte à la tomate, c'est vraiment une recette que je ne me lasse pas de réinventer (en même temps, quand on carbure à presque une par semaine, faut innover un peu !).
Cuillère et saladier : Tarte tomate-nectarine au romarin  vegan
De manière générale, vous connaissez mon amour pour les tartes salées et autres quiches, si pratiques aussi bien pour les meal prep de la semaine (et il va falloir s'y remettre avec le retour au boulot) que pour les grandes tablées des vacances ou les piques-niques au clair de lune. C'est d'ailleurs pour une telle occasion que je l'ai réalisé la première fois, en vacances chez une amie (Les photos ont d'ailleurs été réalisées à cette occasion, avec mon téléphone, d'où la qualité douteuse... mais lorsqu'elle l'a vu, mon amie m'a "forcé" à prendre la tarte en photo pour le blog !).
L'idée de cette tarte est venue assez naturellement, en voyant les belles tomates du jardin, les superbes nectarines du verger et le romarin luxuriant de la cour... Bref, une association qui s'est imposée à moi, et qui nous a beaucoup plu ! Elle peut paraître un peu incongrue, mais elle est délicieuse. Je l'avais d'ailleurs déjà plus ou moins expérimenté, avec ma salade de tomates, pêches et pois chiche, star de l'an passé.
Cuillère et saladier : Tarte tomate-nectarine au romarin  vegan
Si la tarte à la tomate n'a rien de compliqué en soi, quelques conseils pour une réussite optimale : il est important de choisir des tomates à chair bien dense, peu aqueuses, sous peine de les voir détremper la pâte. De même, mieux vaut placer la tarte plutôt dans le bas du four, pour que le fond soit bien cuit. Au besoin, n'hésitez pas à la "sécher" quelques minutes directement sur la sole du four. Et si les tomates ou les nectarines rendent vraiment trop de jus, le faire couler délicatement hors de la tarte à sa sortie du four. Cela évite d'avoir un fond tout mou et détrempé, écueil s'il en ai de la tarte à la tomate (et des tartes en général d'ailleurs). Concernant la pâte, j'ai ici opté pour une pâte légèrement levée, dont le moelleux apporte je trouve encore plus de gourmandise, mais vous pouvez bien sûr réaliser si vous préférez une pâte brisée classique - à l'huile d'olive par exemple - mais n'oubliez pas la touche de romarin dans la pâte, elle change vraiment tout !
Cuillère et saladier : Tarte tomate-nectarine au romarin  vegan
Pour une tarte d'environ 20 cm de diamètre (4 personnes) : 
Pour la pâte :
  • 70 g de flocons d’avoine
  • 100 g de farine de blé (ou d'épeautre)
  • 2 c. à c. de romarin séché, ou thym, sarriette ou herbes de Provence
  • 1/2 c. à c. de sel
  • 1 c. à c. de levure de boulanger sèche
  • env. 15 cl d'eau tiède
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
Pour la garniture :
  • 4-6 tomates à chair bien dense (idéalement type Cornue des Andes)
  • 1 belle nectarine
  • Quelques brins de romarin (idéalement frais)
  • Quelques olives noires (facultatif)
  • sel fin
Cuillère et saladier : Tarte tomate-nectarine au romarin  vegan
Préparer la pâte : Moudre les 3/4 des flocons d’avoine en farine. Dans un saladier, placer la farine d’avoine, la farine de blé ou d'épeautre, le reste des flocons d’avoine, le sel et le romarin. Bien mélanger puis ajouter la levure. Verser l’eau, petit à petit, en pétrissant pour former une boule. Transférer sur le plan de travail, verser l’huile et pétrir pour l'incorporer. Pétrir jusqu’à obtenir une pâte bien lissée et élastique, en ajustant au besoin la quantité d'eau.
Couvrir d’un torchon humide et laisser lever jusqu’à ce que la pâte double de volume (environ 1h au chaud, à l'abri des courants d'air).
Préparer la garniture : couper les tomates en rondelles et la nectarine en lamelles.
Préchauffer le four à 200 °C. 
Préparer la tarte : Lorsque la pâte a doublé de volume, la placer sur le plan de travail fariner, la dégazer et petrir à nouveau quelques minutes. L'étaler en cercle sur une plaque à four. Parsemer de brins de romarin. Repartir dessus les alternant les rondelles de tomates et les lamelles de nectarines. Saler et parsemer à nouveau de romarin. Ajouter les olives dénoyautées et coupées en deux si souhaité.
Enfourner pour une trentaine de minutes.
Servir tiède ou froid.

Variantes : On peut remplacer la pâte levée par une pâte à pizza classique, ou encore par une pâte brisée, dans laquelle on prendra soin d'ajouter un peu de romarin.
Très bonne aussi avec des pêches, blanches ou jaunes.
Cuillère et saladier : Tarte tomate-nectarine au romarin  vegan

jeudi 13 août 2020

Crumble mûres et sureau

Cuillère et saladier : Crumble mûres et sureau (vegan, sans gluten)
Cette année, les mûres du Jura sont peu sucrées et somme toute peu parfumées. A cause de la chaleur certainement, elles sèchent sans vraiment mûrir, et donc sans avoir le temps de développer tous leurs arômes... A manger crues, c'est un peu difficile, c'est pourquoi je préfère les faire cuire, en crumble comme ici, ou en tarte (j'ai ainsi réalisé une délicieuse tarte aux mûres à la crème d'amande, sur ce modèle, mais avec des mûres !). Quand au crumble, je me suis inspirée de la recette de Farine d'étoile pour l'alliance mûre-sarrasin. J'y ai joint des flocons d'avoine, parce qu'un crumble sans flocons d'avoine, ce n'est pas vraiment un crumble pour moi... (c'est comme ça que le faisais ma grand-mère, il y a des traditions qu'on ne renie pas !).
Cuillère et saladier : Crumble mûres et sureau (vegan, sans gluten)
Quand au sureau, je réalise comme qui dirai un rêve d'enfant... Lorsque j'étais petite, nous avions un sureau dans le jardin de notre maison de vacances du Jura, et l'été, je jouais à faire la tambouille (déjà !) avec les baies du sureau, les pissenlits et les carottes sauvages du jardin. Je pouvais y passer des heures, concentrée sur mes petites préparations, que je concoctais dans une vieille cocotte en fonte gracieusement cédée par ma grand-mère... Bien sûr, je n'aurai pas eu l'idée de goûter ces espèces de macérats que je préparais avec application, plus pour le plaisir de cueilli, équeuter, écraser et touiller qu'autre chose. Aussi lorsque, bien plus tard, j'ai appris que si si, les baies de sureau, ça pouvait tout à fait se manger pour peu qu'on les fasse cuire, je ne pouvais faire autrement que tester.
L'association mûre-sureau est ici assez subtile. La pomme permet juste d'apporter un peu de sucrant, les mûres que j'ai utilisé étant peu sucrées, et le sureau assez astringent. Avec des mûres bien parfumées, on peut sans doute s'en passer. Pour les becs sucrés, n'hésitez pas à rajouter un chouia de sucre dans la compotée. Car oui, les crumbles, je les fais à la compotée de fruits.
Cuillère et saladier : Crumble mûres et sureau (vegan, sans gluten)
En effet, pour la préparation du crumble, il y a deux écoles : ceux qui placent les fruits crus dans le plat, et ceux qui les font cuire avant. J'appartiens incontestablement à la seconde école. Pour moi, l'essence même du crumble c'est l'alliance des fruits fondants et légèrement caramélisés avec une croute bien croquante... et on n'obtient ce fondant qu'en faisant préalablement cuire les fruits !
Cuillère et saladier : Crumble mûres et sureau (vegan, sans gluten)
Pour 1 crumble (4-6 personnes) :
Pour le crumble :
  • 75 g de graines de sarrasin
  • 50 g de flocons d'avoine
  • 1-2 c. à s. de sucre complet
  • 1 belle c. à s. de purée d'amande blanche
  • 40 g d'huile de coco
Pour les fruits :
  • env. 450 g de mûres sauvages
  • 150 à 200 g de baies de sureau
  • 1 petite pomme (env. 150 g)
Cuillère et saladier : Crumble mûres et sureau (vegan, sans gluten)
Préparer les fruits : Rincer rapidement les mûres dans une passoire sous un filet d'eau, les laisser bien s'égoutter. Laver les baies de sureau et les égoutter. Eplucher la pomme, la couper en petits morceaux. Placer les dés de pommes, les mûres et le sureau dans une casserole et faire compoter une dizaine de minutes à feu doux et à couvert : la pomme doit s'écraser.
Préparer le crumble : Torréfier les grains de sarrasin à sec dans une poêle. Les laisser refroidir quelques minutes, puis les mixer en farine.
Dans un saladier, mélanger la farine de sarrasin, les flocons d'avoine et le sucre. Ajouter la purée d'amande et l'huile de coco et sabler du bout des doigts. Au besoin, ajouter 2-3 c. à s. d'eau pour obtenir un beau crumble.
Monter le crumble : Placer la compotée mûre-sureau dans le fond d'un plat à four. Répartir le crumble par dessus.
Enfourner à 180°C. et faire cuire 20-30 minutes, jusqu'à ce que le dessus soit bien doré. Déguster tiède ou froid, accompagné d'un peu de yaourt, de fromage blanc ou de glace à la vanille pour les plus gourmands !

Cuillère et saladier : Crumble mûres et sureau (vegan, sans gluten)


jeudi 6 août 2020

5 recettes avec des courgettes

Cuillère et saladier : sélection recette courgette
Au mois d'août, on rentre dans le temps où les courgettes, elles commencent à nous sortir par les yeux. Si en début de saison, on était tout content de déguster ce légume phare de l'été, là, on arrive à un stade où les courgettes, on ne sait plus trop quoi en faire. Faut dire que la courgette est une plante prolifique, et pour peu qu'on ai un jardin, on croule vite dessous. Après en avoir fourgué offert à tous ses voisins, collègues, ami.e.s et même à son.a facteur.trice (lorsqu'ils n'ont pas gentiment décliné, pour peu qu'il.elle.s aient eux.elles aussi un jardin, étant dans la même situation, c'est pas gagné), il en reste tout de même souvent une bonne quantité. Quelques idées pour les accommoder...

Cette crème de courgette, c'est vraiment MA recette chouchou avec des courgettes. En saison, je pense que je la fait au bas mot au moins une fois par semaine ! Il faut dire qu'elle a tout pour plaire : prête en deux temps trois mouvement, délicieuse aussi bien chaude que froide... Si je vous la propose ici parfumée au fenouil, on peut bien sûr la décliner en version à la menthe, au basilic, ou même tout simplement nature ! 

Tarte-fleur courgette basilic
Une tarte certes un peu longue à préparer, mais qui fait son petit effet... En version plus "chill", ça marche aussi avec des rondelles de courgettes légèrement précuites jetées sur le fond de tarte, puis recouvertes de l'appareil au basilic.

Je ne consomme aujourd'hui plus que très rarement de l'avocat, mais j'avoue faire une exception pour cette soupe crue, parfaite pour les chaudes journées d'été où l'on évite d'allumer le four et les plaques pour ne pas surchauffer la cuisine...

Lasagnes crues
Une autre recette pour ces journées où il fait trop chaud pour allumer le four... un classique revisité en version crue, pour plus de fraîcheur !

Flan de courgettes aux olives  
Là encore une recette du quotidien, à décliner sous toutes ses formes. Le flan de courgette était un classique à la maison lorsque j'étais adolescente. Je l'ai ici revisité en version végétale, et ajouté ma petite touche personnelle avec les olives ! On peut là encore les omettre, et ajouter un peu de basilic ou de menthe à l'appareil pour le parfumer.

Et une sixième pour la route !
Légumes d'été aigre-doux aux raisins
Je remporte toujours un franc succès lorsque je prépare ces légumes à l'aigre-doux, et je ne compte plus le nombre de fois où j'ai fait suivre la recette ! La bonne nouvelle, c'est qu'on peut les préparer en grande quantité, qu'ils se conservent très bien quelques jours au réfrigérateur, et qu'on peut même en faire des conserves ! (à consommer dans les six mois, sinon ils deviennent vraiment très vinaigrés - personnellement, ça ne me dérange pas, mais je préfère prévenir !)

Pour encore plus de recettes avec des courgettes, cliquez ICI.

Et vous, les courgettes, vous en faites quoi ?

jeudi 30 juillet 2020

Cake marbré menthe-chocolat

Cuillère et saladier : Cake marbré menthe-chocolat (vegan)
L'association menthe chocolat fait partie de ces saveurs qui ont le don de me faire remonter le temps, et me rappelle ma grand-mère. Non pas parce qu'elle était fan des After eight, mais parce quand nous allions chez elle, il y avait toujours dans le congélateur des cônes de glace menthe-chocolat, auxquels nous avions droit en dessert. Ce parfum de glace a longtemps été l'un de mes préférés, avant notamment que je ne découvre à quoi était dû sa couleur vert fluo, et qu'il fallait chercher pas mal pour retrouver trace d'une feuille de menthe ! Ici au contraire, la couleur verte (certes un peu plus pastel) est totalement naturelle, obtenue en mixant une bonne quantité de feuilles de menthe dans l'appareil nature. C'est d'ailleurs en voyant mon bouquet de menthe qui commençait à piquer du nez que j'ai eu l'idée de le glisser dans un gâteau. Et c'est en repensant à cette association emblématique de mon enfance que j'ai atterri sur ce marbré menthe-chocolat.
Cuillère et saladier : Cake marbré menthe-chocolat (vegan)
J'avoue que pour la recette de marbré, je ne me suis pas vraiment cassée la tête, j'ai repris la super recette de Lili, dans sa version avec gluten, en substituant à la vanille de la partie nature des feuilles de menthe mixées. Le seul inconvénient de cette modification par rapport à la recette initiale, c'est que l'on est vraiment obligé de réaliser deux pâtes séparées (et non se contenter de faire une seule pâte que l'on sépare ensuite en deux pour les aromatiser différemment), puisque l'on mixe la menthe avec les ingrédients liquides. Si vous voulez gagner du temps (et que vous avez un mixer performant), vous pouvez certes réaliser une seule pâte, la séparer en deux et incorporer les feuilles de menthe mixées seules dans l'un des appareils, mais je trouve que le parfum de menthe est moins intense (on a aussi plus de petits résidus de feuilles, et la couleur verte est moins marquée...). Autre solution : à la place de la menthe fraîche, utiliser quelques gouttes d'huile essentielle de menthe poivrée (attention cette HE est interdite aux femmes enceintes et allaitantes, aux bébés et aux enfants de moins de 6 ans et déconseillée aux personnes épileptiques) et ajouter quelques gouttes de colorant vert (naturel of course) pour la couleur (ou pas !). 
Cuillère et saladier : Cake marbré menthe-chocolat (vegan)
Pour 1 cake :
Pour la partie mentholée:
  • 100 g de farine de blé
  • 30 g de sucre blond
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de bicarbonate
  • 25 g d'huile résistante à la cuisson
  • 100 ml de lait végétal
  • 50 g de compote de pomme
  • 1/2 c. à s. de jus de citron ou de vinaigre de cidre
  • 1/2 bouquet de menthe fraîche (environ 1 tasse de feuilles)
Pour la partie chocolatée :
  • 100 g de farine de blé
  • 40 g de sucre
  • 20 g de cacao non sucré
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de bicarbonate
  • 25 g d'huile résistante à la cuisson
  • 50 g de compote de pomme
  • 100 ml de lait végétal
  • 1/2 c. à s. de jus de citron ou de vinaigre de cidre
Cuillère et saladier : Cake marbré menthe-chocolat (vegan)
Préchauffer le four à 180°C.
Graisser et fariner un moule à cake.
Préparer la pâte mentholée : Dans un autre saladier, mélanger tous les ingrédients secs pour la pâte mentholée : farine, sucre, levure, sel et bicarbonate.
Laver la menthe, la sécher et l'équeuter.
Mixer les feuilles de menthe avec le lait végétal. Lorsque toutes les feuilles sont bien mixées, ajouter l'huile et la compote de pomme et mixer à nouveau.
Verser ce liquide mentholé dans les ingrédients secs et mélanger rapidement. Réserver.
Préparer la pâte chocolatée : Dans un saladier, mélanger tous les ingrédients secs pour la pâte chocolatée : farine, sucre, cacao, levure, sel et bicarbonate.
Mélanger l'huile, le lait végétal et la compote. Verser dans les ingrédients secs et mélanger rapidement. Ajouter le jus de citron ou le vinaigre et mélanger à nouveau.
Incorporer le jus de citron ou le vinaigre à la pâte mentholée.
A l'aide d'une cuillère à soupe, répartir les deux pâtes dans le moule, en alternant.
Enfourner et faire cuire environ 40 minutes : vérifier la cuisson de la pointe d'un couteau, elle doit ressortir sèche.
Cuillère et saladier : Cake marbré menthe-chocolat (vegan)
Un dernier petit mot : cette recette est potentiellement la dernière pour l'été, pour cause de départ en congés estivaux. Les publications vont aussi certainement se faire de manière plus aléatoire dans les prochains mois, en raison d'une actualité personnelle et professionnelle chargée. Je continuerai probablement à partager mes petites recettes et bidouilles sur Facebook et Instagram, n'hésitez donc pas à m'y rejoindre si ce n'est pas encore le cas !

Bel été à toutes et tous !

jeudi 23 juillet 2020

Tajine de carottes aux olives

Cuillère et saladier : Tajine de carottes aux olives
Il fait 35°C. à l'ombre, et elle nous parle de tajine... Mais que voulez-vous, j'ai beau aimer les salades, les tartines et les soupes froides, au bout d'un moment, même par temps caniculaire, j'éprouve tout de même le besoin de manger des plats chauds. Bon, je ne dis pas que j'ai des envies de pot au feu bouillant ou de fondue savoyarde, mais d'un petit plat mijoté, oui ! Et c'est là que ce tajine de carotte entre en jeu. Il est d'autant plus approprié à la saison qu'on peut le cuire à feu doux (donc sans faire monter la température de la cuisine) et qu'il est tout aussi délicieux chaud que tiède...
Cuillère et saladier : Tajine de carottes aux olives
Ce tajine, certes tout simple, est en passe de devenir l'un de mes classiques : il présente en outre l'avantage de pouvoir être préparé en toute saison. On trouve des carottes toute l'année (même si je l'avoue, en été, il faut parfois un peu chercher, car les producteurs privilégient les légumes du soleil) et si en ce moment on peut utiliser des tomates fraîches, les tomates en boite sont tout aussi parfaites. C'est d'ailleurs avec des tomates en boite que j'ai mis au point cette recette, réalisée pour les premières fois pendant les mois de confinement.
Le tajine sera plus ou moins "juteux" suivant la qualité de vos tomates, aussi, si vous projetez de le servir avec de la semoule, n'hésitez pas à rajouter une tomate en plus ou un peu de liquide supplémentaire (jus de tomate, eau, bouillon ou pourquoi pas une lichette de vin blanc !).
Cuillère et saladier : Tajine de carottes aux olives
Pour 2 personnes :
  • 1 oignon
  • env. 4 carottes de taille moyenne
  • 2 belles tomates (ou 1/2 boite de tomates au naturel)
  • 1 c. à c. de ras-el-hanout
  • 1/2 c. à c. de cannelle
  • 1 pointe de piment en poudre (facultatif)
  • 1 dizaine d'olives vertes
  • 1 petite poignée d'amandes mondées*
*J'utilise personnellement des amandes non décortiquées, que je fais tremper quelques heures dans un peu d'eau : on peut alors les éplucher facilement à la main. Si l'on manque de temps, on peut aussi plonger les amandes quelques minutes dans de l'eau bouillante.
Cuillère et saladier : Tajine de carottes aux olives
Emincer l'oignon.
Laver les carottes, les frotter ou les éplucher au besoin et les couper en rondelles.
Faire chauffer un peu d'huile d'olive dans une cocotte, et y faire revenir l'oignon émincé. Lorsqu'il est translucide, ajouter les carottes, les épices et poursuivre la cuisson quelques minutes.
Ajouter alors les tomates coupées en grosses rondelles (ou en morceaux si vous utilisez des tomates en boite). Saler légèrement, ajouter les olives vertes.
Couvrir et laisser mijoter jusqu'à ce que les carottes soient bien tendres (au besoin ajouter un tout petit peu d'eau, pour éviter que cela n'accroche).
Pendant ce temps, torréfier légèrement les amandes à sec dans une poêle.
Servir le tajine avec les amandes torréfiées.
Variante : Pour un plat plus complet et consistant, on peut ajouter des pois chiche cuits au moment où l'on met les tomates.
Cuillère et saladier : Tajine de carottes aux olives

jeudi 16 juillet 2020

Pêches en croûte, sauce caramel

Cuillère et saladier : Pêches en croûte, sauce caramel (vegan)
A l’instar de la fraise, la pêche fait pour moi normalement partie de ces fruits qui ne se cuisinent pas… tout au plus peut-on les incorporer dans une salade de fruits lorsqu’elles sont un peu avancées. Je ne sais pas si cela tient à leur parfum subtil, leur chair fine ou de leur texture délicate, mais autant la tarte aux abricots et le crumble aux prunes sont des classiques de l’été, je n’aurai pas le réflexe de faire la même chose avec des pêches (ou des nectarines d’ailleurs). Aussi, je ne sais pas trop comment m’est venue l’idée de ces pêches en croûte… pourtant, elle m’a poursuivi longtemps avant je ne me décide à la réaliser !
Cuillère et saladier : Pêches en croûte, sauce caramel (vegan)
J’ai découvert les fruits en croûte avec la recette de Mély, et je suis tombée en amour avec cette façon originale et délicieuse de cuisiner les pommes. Je crois que j’aime le petit côté « surprise » de ce dessert, car on ne sait pas trop ce qui se cache derrière cette boule de croûte. Et une fois le mystère percé, ce contraste entre la croute croquante et le fondant du fruit est vraiment délicieux. La version à la pêche que je vous propose ici est je trouve, légèrement plus subtile (moins « évidente ») qu’avec la pomme, car autant avec la pomme, la chair fond complètement, aussi ici le fruit reste légèrement ferme et juteux, ce qui correspond mieux je trouve à la saison estivale (la nature est bien faite tout de même !). On peut bien sûr remplacer les pêches par des nectarines, ou encore pourquoi pas, de beaux abricots !
Cuillère et saladier : Pêches en croûte, sauce caramel (vegan)
Pour 2 personnes :
  • 2 pêches blanches (ou nectarines)
  • 65 g de farine de souchet
  • 65 g de farine de blé (ou épeautre) complète
  • 30 g d'huile de coco
  • 40 g de purée d'amande
  • 1 petite c. à s. de sucre complet (facultatif - à ajuster selon goût)
  • 5 à 10 cl d'eau
Pour la sauce caramel :
  • 1 c. à s. d'huile de coco fondue
  • 1 c. à s. de purée d'amande complète (ou de noisette)
  • 1 c. à s. de miel (ou autre sucrant liquide : sirop de pommes, mélasse, sirop d'érable, etc.)
Cuillère et saladier : Pêches en croûte, sauce caramel (vegan)
Préparer la pâte sablée : Dans un saladier, mélanger la farine de souchet, celle de blé (ou d'épeautre) et le sucre. Ajouter l'huile de coco en petits morceaux et la purée d'amande. Mélanger du bout des doigts pour sabler la pâte. Verser un peu d'eau et amalgamer en une boule (la quantité d'eau peut varier selon la qualité de votre farine et de votre purée d'amande).
Réserver la pâte au frais.
Éplucher les pêches.
Préchauffer le four à 180°C.
Etaler la pâte sur le plan de travail fariné. Découper deux cercles de diamètre suffisant pour envelopper les fruits. Placer les pêches au milieu de disques, et rabattre la pâte pour bien les envelopper.
Placer les fruits enveloppés sur une plaque de cuisson graissée ou recouverte d'une feuille anti-adhésive.
Badigeonner les pêches avec un peu de lait.
Enfourner pour 15 à 20 minutes : les fruits doivent être bien dorés.
Cuillère et saladier : Pêches en croûte, sauce caramel (vegan)
Préparer la sauce caramel : Placer un petit bol dans un bain-marie chaud, y placer l'huile de coco et le miel. Lorsque le tout est bien liquide, ajouter la purée d'amande et bien mélanger pour obtenir une sauce bien lisse.
Servir les pêches en croûte tièdes, avec un peu de sauce caramel. 
Cuillère et saladier : Pêches en croûte, sauce caramel (vegan)