jeudi 8 avril 2021

Biscuits menthe-pistache-chocolat

Biscuits menthe-pistache-chocolat (vegan)
Si on était dans un magazine de cuisine, ou même sur l'un de ces "grands" blogs très léchés, ces biscuits seraient d'un vert éclatant. Il faut dire qu'entre la menthe et la pistache, je coche toute les cases du stéréotype de "l'aliment vert" (OK, pas pour le chocolat !). Mais comme nous sommes sur mon pauvre blog de cuisine, je vous montre ces biscuits dans leur plus simple réalité : une couleur très légèrement vert pâle. Car certes, la menthe est belle et bien vert flashy, mais une fois mixée et cuite, elle perd un peu de sa superbe, et le véritable vert pistache tend plus vers le jaune que vers le vert dit "pistache" (ou alors, on a pas les mêmes pistaches !). Et en plus, je me suis pas simplifiée la tâche, car en bonne adepte de la cuisine "bio écolo bobo" j'ai utilisé non de la farine blanche, mais une farine complète. Bref, j'avais tout faux pour obtenir des biscuits "instragramables". 
Cuillère et saladier : Biscuits menthe-pistache-chocolat (vegan)
Mes premier.ière.s gouteur.euse.s ont cru qu'il y avait du pesto dedans, les deuxièmes trouvé qu'ils sentaient les chewing-gum Hollywood et les troisièmes les after-eight... Mais toutes et tous se sont accordés sur une chose : ils étaient très bons !
Cuillère et saladier : Biscuits menthe-pistache-chocolat (vegan)
Pour une douzaine de biscuits : 
  • 60 g de farine de blé ou d'épeautre
  • 30 g de son d'avoine 
  • 2 c. à s. de sucre blond
  • 1 belle c. à s. de purée de pistache
  • 20 g de pistaches décortiquées
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 5 c. à s. d'eau ou de lait végétal
  • 10 g d'huile de coco fondue
  • 15 g de feuilles de menthe (1 petit bouquet)
  • env. 30 g de chocolat noir
Cuillère et saladier : Biscuits menthe-pistache-chocolat (vegan)
Mélanger la farine, le son d'avoine et la levure chimique. 
Hacher grossièrement les pistaches. Hacher de même le chocolat.
Ajouter la poudre de pistaches et les pépites de chocolat au mélange sec.
Effeuiller la menthe, la placer dans le bol du mixer avec le sucre et mixer pour obtenir un sucre parfumé. Ajouter la purée de pistache et mixer à nouveau. 
Ajouter au mélange précédent le liquide (eau ou lait végétal) et l'huile de coco fondue. 
Verser les liquides dans le mélange solide. Mélanger pour obtenir une pâte homogène. 
Faire chauffer le four à 180°C.
Former des biscuits en prélevant des morceaux de pâte de la taille d'une noix, les rouler entre les paumes pour former des petites boules et les écraser sur une plaque recouverte d'une feuille anti-adhésive. 
Faire cuire une dizaine de minutes au four.
Laisser refroidir quelques instants sur la plaque avant de transférer sur une grille de refroidissement. 

Les biscuits se conservent quelques jours dans un bocal en verre ou une boite en fer.

jeudi 1 avril 2021

Gâteau de crêpes salé printanier

Gâteau de crêpes salé printanier (vegan)
Après le gâteau de crêpes sucré, voici la version salée... Décidément, vous l'aurez compris, le gâteau de crêpes, c'est mon truc du moment (il faut donc potentiellement vous attendre à en découvrir de multiples variantes ces prochains temps, car le plus souvent, quand j'ai une toquade, ça vire un peu à l'idée fixe !). Je ne sais plus trop d'où est partie cette idée, certainement d'une envie de fraicheur et de couleurs, pour aller un peu avec le temps et égayer un peu la morosité ambiante. Depuis quelques jours, et on pourrait même aller jusqu'à parler de semaines, même si les températures restent fraîches matin et soir, entre le soleil et le ciel bleu, il flotte comme un petit air de printemps dans l'air. Et surtout, il flotte un air de Pâques... une bonne raison de mettre les petits plats dans les grands et de passer un peu de temps en cuisine pour préparer des plats qui en jettent.
Le printemps fait certes une arrivée dans la météo, mais sur les étals, sa présence est encore bien timide (bien qu'on trouve les premières asperges et les premières fraises !!!). Aussi, en attendant les légumes primeurs, on se rabat sur les belles bottes de radis qui satisferont nos envies de couleurs fraiches et acidulées. Et pour le vert, LA couleur du printemps, on peut toujours compter sur les fidèles épinards ! Que les fâchés de ce légume se rassurent : s'ils apportent leur belle couleur verte aux crêpes, leur goût est indétectable... 
Cuillère et saladier : Gâteau de crêpes salé printanier (vegan)
Pour 1 gâteau : 
Pour la pâte à crêpes : 
  • 125 g de farine de blé
  • 1 c. à s. de fécule
  • 250 ml d'eau ou de lait végétal
  • 150 g d'épinards frais (de préférence des pousses)*
  • 1 c. à s. d'huile
  • 1 c. à s. de moutarde
  • 1 pincée de sel
*On peut remplacer une partie des épinards par les fanes de la botte de radis.
 
Pour le tzaziki au radis : 
  • 700 g de yaourt de soja
  • 1 citron bio
  • 1/2 botte de radis roses
  • 1 belle pincée de sel
Gâteau de crêpes salé printanier (vegan)
Quelques heures avant (ou la veille), faire égoutter le yaourt : couvrir une passoire d'un linge propre, la placer sur un saladier, y verser le yaourt et le laisser s'égoutter.
Préparer la pâte à crêpes : Laver soigneusement les épinards, les équeuter au besoin. Les faire tomber à la vapeur quelques minutes. 
Mixer les épinards avec la moitié de l'eau (ou du lait végétal). 
Placer la farine et la fécule dans un saladier, avec le sel. Ajouter petit à petit le "jus d'épinards", en fouettant pour ne pas avoir de grumeaux. Incorporer la moutarde, l'huile, puis verser petit à petit le reste du liquide. Laisser reposer au moins 30 minutes.
Faire cuire les crêpes : Ajuster au besoin la texture de la pâte à crêpe en ajoutant un peu de liquide : vous devez obtenir une pâte bien fluide. Faire chauffer une poêle graissée, y verser une louche de pâte et bien répartir. Faire cuire sur feu moyen quelques minutes, jusqu'à ce que la pâte soit prise et que les bords commencent à se décoller. Retourner la crêpe et faire cuire sur l'autre face.
Réserver les crêpes sur une assiette. Au besoin les retailler légèrement pour enlever les bords qui dépasseraient.
Préparer le tzaziki de radis : Laver les radis, les râper à la râpe à gros trous. Les placer dans un saladier avec le yaourt égoutté. Râper le zeste de citron, l'ajouter. Presser le jus de citron et l'ajouter également au mélange. Saler, bien mélanger. 
Monter le gâteau : Placer une première crêpe sur le plat de service. Tartiner de tzaziki de radis, recouvrir d'une autre crêpe et continuer ainsi jusqu'à épuisement des ingrédients. Terminer par une crêpe. 
Réserver au frais jusqu'au moment de servir. 
 
Note : Le gâteau ne se conserve pas très bien, mieux vaut le monter peu de temps avant le repas. En revanche, il est tout à fait possible de réaliser les crêpes et le tzaziki à l'avance. Conserver alors les crêpes bien emballées dans un torchon ou une boite hermétique pour éviter qu'elles ne se dessèchent.
Gâteau de crêpes salé printanier (vegan)

Cette recette participe au Défi cuisine "Recettes pour Pâques : Tradition ou Invention" de Recettes.de

jeudi 25 mars 2021

Flan d'épinards à la moutarde et aux noix (vegan)

Cuillère et saladier : Flan d'épinards à la moutarde et aux noix (vegan)
Je ne sais pas qui a déclaré que les enfants n'aimaient pas les épinards, mais clairement, chez nous, on étaient toujours ravies lorsque les épinards étaient au menu. Cela faisait partie des plats qui nous mettaient tou.te.s d'accord, et lorsque mon père nous faisait des épinards à la florentine aux oeufs pochés, c'était carrément la fête ! Quand j'y repense, je me dis qu'il était tout de même sacrément motivé, car laver et éplucher un bon kilo d'épinards frais (les conserves et les surgelés n'avaient pas le droit de citer chez nous) relève quand même d'une tâche pour le moins fastidieuse... D'ailleurs, c'est pour ça que, même si je les aime toujours autant, je ne mange finalement pas si souvent que ça des épinards : c'est diablement long à préparer ! Après les avoir lavé (dans une, voir deux eaux, pour éliminer toute la terre), il faut les éplucher, puis les faire précuire et enfin les apprêter... un peu trop d'étapes pour la grosse flemmarde que je suis... Mais bon, parfois j'arrive à me motiver (ou alors j'ai un commis sous la main !) et je laisse alors libre court à ma passion. 
Cuillère et saladier : Flan d'épinards à la moutarde et aux noix (vegan)
La recette traditionnelle, chez nous, ce sont les épinards au gratin, ie des épinards mélangés à une béchamel et gratinés au four. C'est donc ainsi que je les prépare le plus souvent. Mais cette fois-ci, j'avais envie de quelque chose d'un peu différent, et l'association épinards-moutarde-noix me trottait dans la tête, sortie d'on ne sait pas trop d'où. Comme souvent en cuisine, j'ai donc écouté mes intuitions, et tenté un flan où l'appareil, à base de farine de pois chiche, est relevé avec une bonne dose de moutarde, et truffé de cerneaux de noix, qui apportent un croquant tout à fait sympathique. On obtient ici une texture fondante, à mi-chemin entre le gratin très ferme et le flan. On peut aussi sans aucun doute se servir de cet appareil pour garnir une quiche (d'ailleurs, j'ai hésité à un moment, mais j'ai eu la flemme de préparer la pâte !).
Cuillère et saladier : Flan d'épinards à la moutarde et aux noix (vegan)
Pour 2 personnes : 
  • environ 500 g d'épinards frais
  • 60 g de farine de pois chiche
  • 250 ml de lait de soja (ou d'eau)
  • 2 belles c. à s. de moutarde
  • 1 pincée de sel
  • 10-15 cerneaux de noix
Cuillère et saladier : Flan d'épinards à la moutarde et aux noix (vegan)
Laver soigneusement les épinards, enlever les côtes et les déchiqueter en morceaux. 
Les faire cuire à la vapeur quelques minutes, pour les pré-cuire (on peut aussi les faire tomber à la poêle).  
Dans un saladier, placer la farine de pois chiche, diluer petit à petit avec le liquide, en fouettant pour éviter tout grumeaux. Ajouter le sel et la moutarde, mélanger à nouveau. 
Egoutter soigneusement les épinards, les incorporer à l'appareil. Ajouter environ un tiers des cerneaux de noix. 
Répartir la préparation dans un plat à gratin et décorer avec les cerneaux de noix réservés. 
Faire cuire 30 à 40 minutes à la vapeur douce (ou au four à 180°C.). Laisser reposer quelques minutes avant de déguster

jeudi 18 mars 2021

Banana bread au sarrasin et café à l'aquafaba

Cuillère et saladier : Banana bread sarrasin et café à l'aquafaba
Depuis que je suis bénévole à l'épicerie solidaire de ma ville, je récupère très (trop ?) souvent des bananes noircies, déjà ouvertes, un peu molles... bref, des spécimens qu'on ne pourrait pas vendre. Si j'essaye de varier un peu les débouchés en les recyclant dans du granola, des biscuits, des pancakes ou, depuis que j'ai mon déshydrateur, du cuir de fruits ou des rondelles de bananes séchées, le banana bread reste un grand classique. Et pour ne pas se lasser, il faut bien se renouveler un peu... En ce moment,  je suis dans une phase "sarrasin". Si j'avais déjà pas mal l'habitude de l'utiliser en grains entiers (notamment en pain, en blinis ou granola), je (re)découvre la farine de sarrasin. Son goût assez particulier et sa texture assez dense la rende je trouve pas toujours facile à utiliser, mais allez savoir pourquoi, l'idée de l'associer à la banane m'est venue assez naturellement. Quand au café et bien, je ne sais pas, sans doute que c'était pour rester dans ces goûts assez typés et légèrement torréfié ? En tout cas, l'association s'est révélée assez fameuse. Si vous n'aimez pas le café, ou que vous ne voulez pas en consommer, vous pouvez omettre l'extrait de café et incorporer dans la pâte un peu de substitut de café instantané, ou remplacer le liquide par de la chicorée ou autre succédané. 
Cuillère et saladier : Banana bread sarrasin et café à l'aquafaba
Il s'agit ici d'un vrai "gâteau-pain", bien nourrissant, parfait pour les petits-déjeuners (surtout si vous ne mettez pas de sucre). La texture est tout de même bien moelleuse grâce à l'aquafaba, qui allège je pense le côté très "dense" de la farine de sarrasin. Je vous déconseille donc vivement d'essayer de vous en passer. Pour ma part, pour avoir (presque) toujours de l'aquafaba sous la main, j'ai pris l'habitude de le congeler dès lors que j'utilise des pois chiche ou une autre légumineuse, un peu comme on peut le faire avec des blancs d'oeufs. D'ailleurs, pour celles et ceux qui ne sont pas végétalien.ne.s, on peut remplacer l'aquafaba par ces derniers.
 Cuillère et saladier : Banana bread sarrasin et café à l'aquafaba
Pour 1 cake : 
  • 140 g de farine (intégrale ici)
  • 60 g de farine de sarrasin
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 1 pincée de bicarbonate de sodium 
  • 30-60 g de sucre complet (facultatif - à ajuster selon vos goûts)
  • 2 grosses bananes extra-mûres + 1 pour la déco
  • 1 c. à s. d'extrait de café 
  • 50 ml d'huile résistant à la cuisson
  • 100 ml de lait végétal (ou de café)
  • 1 c. à s. de vinaigre de cidre ou de jus de citron
  • 4 c. à s. d'aquafaba 
  • env. 1 c. à s. de graines de sarrasin
Préchauffer le four à 150°C.
Mélanger les deux farines, le sucre si vous en mettez, la levure et le bicarbonate dans un saladier. 
Ecraser les bananes à la fourchette.
Dans un autre récipient, mélanger les bananes écrasées, l'extrait de café, l'huile et le lait végétal (ou le café).
Ajouter ce mélange dans les poudres. 
Battre l'aquafaba en neige ferme et l'incorporer délicatement à la pâte. 
Verser la pâte dans un moule à cake graissé.
Tapoter le moule pour égaliser la surface, décorer avec la banane réservée coupée en deux et les grains de sarrasin. 
Faire cuire 40 minutes, jusqu'à ce que la pointe du couteau ressorte sèche. 
Laisser refroidir quelques minutes avant de démouler. 

Variante : Si vous n'aimez pas le café, ou ne désirez pas en consommer, vous pouvez omettre l'extrait de café, et utiliser à la place un subsitut de café en poudre. Sinon, remplacer le liquide par autant de substitut de café ou de chicorée.
Cuillère et saladier : Banana bread sarrasin et café à l'aquafaba
 

jeudi 11 mars 2021

Biscuits semoule, raisins et fleur d'oranger

Cuillère et saladier : Biscuits semoule, raisins et fleur d'oranger
Je pense que vous serez d'accord avec moi, la semoule précuite, si cela ne vaut pas une graine de couscous roulée à la main et cuite à la vapeur, c'est tout de même bien pratique. Le seul inconvénient, c'est que ce n'est pas facile à doser je trouve : je ne sais pas vous, mais moi, je suis toujours surprise d'à quel point ça gonfle, et j'en fait immanquablement trop. Et la semoule précuite, une fois réhydratée, c'est pas facile à réchauffer ! D'où cette idée de recyclage en petits biscuits. Et même s'ils ne sont certainement pas très orthodoxes dans leur préparation, je dois dire qu'en les dégustant, j'ai bien retrouvé toutes les saveurs caractéristiques des douceurs moyen-orientales. La semoule leur donne ce petit côté granuleux qui s'émiette dans la bouche, un peu comme les makrouts et autres kalb al louz. La purée d'amande leur apporte fondant et rondeur, et la fleur d'oranger... bah la fleur d'oranger quoi ! (ais-je besoin d'en dire plus ?).
Cuillère et saladier : Biscuits semoule, raisins et fleur d'oranger
Ce sont de petites bouchées de douceurs, parfaites pour accompagner un bon thé, une compote ou une salade de fruits. Contrairement à leurs cousins dont ils sont inspirés, ils restent tout de même relativement peu sucrés, mais pas moins délicieux ! Une façon simple et (presque) saine de retrouver ces saveurs qui ont le pouvoir de me faire retomber en enfance, lorsque, à l'occasion du Ramadan, toutes les boutiques du quartier sortaient leurs étals garnis de pâtisseries plus odorantes et dégoulinantes de sirop les unes que les autres.
Cuillère et saladier : Biscuits semoule, raisins et fleur d'oranger
Pour une quinzaine de biscuits : 
  • 100 g de semoule réydratée
  • 20 g de raisins secs
  • 60 g de farine
  • 40 g de purée d'amande
  • 10 g d'huile de coco (ou de purée d'amande supplémentaire)
  • 20 g de sucre
  • 10 cl d'eau ou de jus d'orange
  • zeste d'1/2 orange
  • 1 c. à s. d'eau de fleur d'oranger
Cuillère et saladier : Biscuits semoule, raisins et fleur d'oranger 
Dans un saladier, mélanger la semoule, les raisins secs, la farine et le sucre. 
Ajouter la purée d'amande, le zeste d'orange et l'huile de coco. Mélanger, éventuellement avec les doigts pour bien incorporer les matières grasses. 
Ajouter le jus d'orange (ou l'eau) et l'eau de fleur d'oranger. Mélanger pour former une pâte. 
Laisser reposer une trentaine de minutes. 
Préchauffer le four à 180°C. 
Prélever des petites boules de pâte de la taille d'une noix, les rouler dans la paume des mains pour former une boule, puis l'écraser légèrement. Déposer sur une plaque de cuisson recouverte d'une feuille anti-adhésive. 
Répéter l'opération jusqu'à épuisement de la pâte. 
Faire cuire une dizaine de minutes, jusqu'à ce que les biscuits soient légèrement dorés. 
Laisser refroidir sur une grille. 
Cuillère et saladier : Biscuits semoule, raisins et fleur d'oranger

jeudi 4 mars 2021

Salade betterave-carotte à la noix de coco

Cuillère et saladier : Salade betterave-carotte à la noix de coco
Faute de pouvoir voyager, ces derniers temps, je me suis replongée dans mes photos de voyage, et notamment celui que j'avais fait il y a deux ans au Danemark. Ce pays n'était pas forcément la destination de mes rêves, et ne m'attirai pas plus que ça, mais comme j'ai du m'y rendre pour le boulot, je me suis dit, que quitte à bousiller mon bilan carbone, autant le faire bien et en profiter pour rester sur place et découvrir un peu le pays... Et finalement, je garde un très bon souvenir de ce voyage, j'ai beaucoup aimé le mode de vie là-bas, et c'est l'un des endroits  dont je garde de très bon souvenirs culinaires. Un peu comme à Berlin, j'ai trouvé une inventivité et une créativité dans la cuisine végétarienne que l'on ne rencontre que rarement en France. 
Cuillère et saladier : Salade betterave-carotte à la noix de coco
Cette salade est directement issue du souvenir d'un déjeuné dégusté dans le petit restaurant de Morgenstedet, situé dans le quartier de Christiania, à Copenhague. Difficile de vous décrire l'atmosphère de ce petit bouiboui qui colle tout à fait avec l'ambiance de ce quartier si particulier. En effet, Christiania est l'un de endroits qui m'a le plus plu dans la capitale danoise (avec les jardins de Tivoli, même si ce n'est pas du tout le même délire...). Il s'agit d'une sorte de petite enclave dans la ville, organisé de façon autogérée, avec un système de vie alternative. Si bien sûr aujourd'hui le quartier est très touristique (surtout que la vente du cannabis y est légale !), je trouve que si l'on quitte ses rues principales et que l'on s'enfonce un peu, on ressent bien cette atmosphère un peu hippie aux relents d'utopie, avec ses habitations faites de bric et de broc.
Cuillère et saladier : Salade betterave-carotte à la noix de coco
Pour 2 personnes : 
  • 1 carotte de taille moyenne
  • 1 petite betterave
  • 1/2 petit radis noir
  • 1/2 pomme (facultative)
  • 2 c. à s. d'huile neutre
  • 1 c. à c. de sauce soja
  • 1 c. à s. de vinaigre de cidre
  • 1-2 c. à s. de noix de coco râpée
Cuillère et saladier : Salade betterave-carotte à la noix de coco
Dans un saladier, mélanger l'huile, la sauce soja et le vinaigre de cidre. 
Râper la carotte et la placer dans le saladier. 
Éplucher le radis noir et la betterave et les râper tous les deux. Mélanger l'ensemble des légumes. 
Couper la pomme en tout petits morceaux et les ajouter aux légumes râpés.
Mélanger les légumes avec la sauce. 
Ajouter enfin la noix de coco et mélanger une dernière fois. 
Laisser mariner environ 1h (voir plus) avant de déguster. 
 
Note : Pour une petite touche croquante, on peut ajouter dans la salade des graines de tournesol ou de courge. 
Cuillère et saladier : Salade betterave-carotte à la noix de coco

jeudi 25 février 2021

Poires pochées à l'hibiscus, croustillant de sarrasin

Pour ne rien vous cacher, cette recette me trottait dans la tête depuis un bout de temps... J'ai même acheté ces verres exprès pour pouvoir les présenter (et c'est là que je me dit, que je deviens VRAIMENT accro) ! Pourtant, Dieu sait pourquoi, je n'avais pas encore sauté le pas. Mais lorsque j'ai vu le challenge photo proposé par Pastry and travel, je me suis dit que c'était la recette parfaite.
Lorsque j'ai commencé le blog, je ne m'étais pas forcément posé la question des photos... (et ça se voit !). Cependant très vite, je me suis un peu intéressée au sujet de la photographie culinaire, et sans atteindre le niveau de photographes professionnel.le.s, j'ai fait tout de même quelque progrès depuis mes débuts et le plus souvent, je trouve que je m'en tire pas (trop) mal. Mais, si j'essaye d’innover un peu, j'ai tout de même un peu l'impression de tourner en rond et de faire toujours la même photo. Aussi quand j'ai vu que @pastryandtravel proposait un challenge photo, je me suis dit que c'était une bonne occasion de sortir un peu de ma zone de confort. Même si, soyons honnête, ce challenge n'arrive pas franchement à point nommé, puisque je traverse une période assez intense au travail, les incertitudes sur la situation sanitaire et le couvre-feu à 18h n'arrangeant rien au tourbillon dans lequel j'ai l'impression d'être emportée ces derniers temps. Mais bon, on se trouve toujours des excuses, et j'ai décidé de me lancer tout de même, même un peu à l'arrache, histoire aussi de tordre le coup à ce satané perfectionnisme qui nous bloque trop souvent.Si vous voulez voir le résultat, je vous invite à vous rendre sur mon compte Instagram.
Pour en revenir à la recette, je n'ai pas vraiment pour habitude de cuisiner les poires. A vrai dire, je n'ai même pas vraiment pour habitude d'acheter des poires... En effet, même si, à chaque fois que j'en mange, je me dis que je devrais le faire plus souvent, je n'en ai pas du tout le réflexe. Il faut dire que la poire, comme cela a été si bien présenté dans l’émission On va déguster qui lui a été consacré, souffre de sa fragilité : en effet, au contraire des pommes, il ne faut pas trop les choquer, et puis leur période de consommation (le moment où elles sont "juste à point") est particulièrement court... Mais c'est aussi après avoir écouté cette émission, qui faisait part de la difficulté des producteur.trice.s de poires à écouler leur récolte, que j'ai pris comme résolution d'en acheter plus souvent, résolution que, comme toutes les bonnes résolutions, je dois dire, je tiens plus ou moins... On peut donc dire que cette recette s'inscrit dans ce cadre...
Elle est somme toute assez basique : de simples poires pochées dans une infusion d'hibiscus, servies avec un petit croustillant de sarrasin pour le contraste de texture. Comme ici j'ai choisi de ne sucrer que très peu le liquide de pochage, il est important d'utiliser une variété de poire assez sucrée, et surtout, que ces dernières soient bien mûres. Si ce n'est pas le cas, ou que vous avez le bec plus sucré, n'hésitez pas à forcer un peu la dose de sucre dans l'infusion d'hibiscus. Quand au croustillant, il apporte un peu de relief à ce dessert, sa texture croquante contrastant avec le fondant des poires. S'il vous en reste, vous pouvez le conserver dans une boite hermétique ou un bocal, et en saupoudrer vos compotes, yaourts ou juste le manger à la petite cuillère !

Pour 4 poires : 
Pour les poires :
  • 4 poires 
  • 500 ml d'eau
  • 1 grosse poignée de fleurs d'hibiscus
  • 1/2 gousse de vanille
  • quelques fragments de badiane
  • 1 petit morceau de cannelle
  • 1-2 c. à s. de sucre complet
Pour le croustillant de sarrasin  : 
  • 50 g de graines de sarrasin
  • 1 c. à c. de sucre complet
  • 30 g de noisettes concassées
  • 1 c. à s. de purée de noisette
  • 1-2 c. à s. d'eau
Préparer les poires : Faire bouillir l'eau. Ajouter les fleurs d'hibiscus, les épices et le sucre. Laisser infuser au moins 10 minutes.
Pendant ce temps, éplucher les poires. Placer les poires dans l'infusion et faire mariner au moins quelques heures.
Préparer le croustillant de sarrasin : Faire torréfier le sarrasin quelques minutes dans une poêle chaude, sans matière grasse. 
Torréfier également les noisettes quelques minutes.
Réserver 1/3 du sarrasin, moudre grossièrement le reste. 
Mélanger le sarrasin moulu, les graines de sarrasin, les noisettes concassées et le sucre. Ajouter la purée de noisette et mélanger du bout des doigts. Verser un peu d'eau goutte à goutte, en mélangeant, pour obtenir des "pépites" de pâte. 
Répartir les pépites de pâte sur une plaque de cuisson. 
Faire cuire 10-15 minutes à 180°C., le temps que les pépites soient bien croustillantes. Réserver.
Faire cuire les poires : Placer les poires dans la marinade sur le feu, couvrir, porter à ébullition et faire cuire les poires une quinzaine de minutes. 
Sortir les poires de la casserole, et faire réduire un peu le jus de cuisson à feu vif. 
Servir les poires tièdes ou froides, arrosées de jus de cuisson et saupoudrées de croustillant de sarrasin.
 
Note : Ce dessert est fameux avec un peu de yaourt, ou, pour celles et ceux qui aiment, de crème épaisse.

jeudi 18 février 2021

Parmentier de lentilles à la courge

Cuillère et saladier : Parmentier de lentilles à la courge (vegan)
Bien que les températures remontent ces derniers temps (pour atteindre d'ailleurs des sommets inquiétants pour cette période de l'année, mais c'est un autre sujet), peut-être est-ce la période qui veut ça, mais en ce moment, je suis prise d'envie de petits plats réconfortants. Vous savez, de ceux que l'on partage en rentrant d'une balade dans le froid, qui font aussi bien chaud au coeur qu'au corps. Bon, pour le partage c'est un petit peu râpé vu les conditions actuelles, mais reste tout de même l'aspect "tradi" et "cocoon". Et je dois dire que ce parmentier rempli tout à fait sa mission, même si, on est d'accord, il n'est pas tout ce qui est de plus "tradi", puisque celui-ci ne contient ni viande ni pomme de terre. C'est d'ailleurs à se demander pourquoi il s'appelle encore parmentier ! Je suis peut-être un ovni, mais contrairement à beaucoup de gens, je n'aime pas vraiment les pommes de terre, que  j'ai tendance à trouver très lourdes à digérer (sans compter que cela me provoque des crises d'hypoglycémie). Du coup, je me réapproprie souvent les classiques avec d'autres légumes plus à mon goût, en tête desquels la courge et la patate douce. Et puis je trouve qu'ici, le petit goût légèrement sucré de la courge se marie particulièrement bien avec la rusticité des lentilles, et donne un plat encore plus gourmand. Après, si vous voulez mettre des pommes de terre, ou un mélange courge-pommes de terre, libre à vous !
Cuillère et saladier : Parmentier de lentilles à la courge (vegan)
Concernant la sauce, avant qu'on me pose la question, non, le petit verre de vin n'est absolument pas facultatif. C'est vraiment LE truc qui change tout, celui qui donne LE petit goût spécial à la sauce, le petit ingrédient mystère que l'on cherche sans fin, qui apporte profondeur et subtilité à la sauce. Bref, si vous le zappez, franchement, vous raterez quelque chose. Je comprends les réticences à ouvrir une bouteille juste pour un petit verre, et si vous n'avez pas la chance de pouvoir acheter du vin en vrac, vous pouvez aussi faire comme moi : conserver les fonds de bouteille pour "au cas où". Ce n'est pas très grave ici si le vin est un peu éventé, et même sacrilège de chez sacrilège, si vous mélangez plusieurs bouteilles ! 
Cuillère et saladier : Parmentier de lentilles à la courge (vegan)
Pour 4 personnes :
  • env. 1 kg de courge (butternut, potimarron, courge musquée...)
  • 1 c. à s. de purée d'amande blanche ou de cajou
  • 150 g de lentilles vertes ou brunes
  • 2 feuilles de laurier
  • 1 bouteille de purée de tomates
  • 1 carotte
  • 2 échalotes (ou 1 oignon)
  • 150 ml de vin rouge
  • 1 c. à s. de chapelure
  • 1 c. à s. de levure de bière
  • 1 c. à s. de graines de tournesol
  • huile d'olive
  • sel
Cuillère et saladier : Parmentier de lentilles à la courge (vegan) 
La veille ou quelques heures à l'avance, faire tremper les lentilles. (facultatif)
Les égoutter, les placer dans une casserole avec 1 feuille de laurier et recouvrir d'eau jusqu'à 2 cm au dessus des lentilles. Couvrir, et faire cuire à petit bouillon à feu moyen une vingtaine de minutes, jusqu'à ce que les lentilles soient encore fermes.
Eplucher les échalotes, les émincer finement. 
Couper les carottes en petits morceaux.
Faire chauffer un peu d'huile d'olive dans une casserole, y faire revenir les échalotes quelques minutes. Ajouter les dés de carotte, les feuilles de laurier, les lentilles. Recouvrir avec le vin rouge et le coulis de tomate, et au besoin un peu d'eau, pour couvrir jusqu'à environ 2 cm au dessus des lentilles. 
Laisser mijoter à feu doux une grosse vingtaine de minutes, jusqu'à ce que les lentilles soient cuites mais encore fermes. Au besoin, ajouter un peu de liquide (eau, coulis de tomate ou vin). 
Pendant ce temps, laver la courge, l'éplucher au besoin, la couper en gros morceaux et la faire cuire à la vapeur ou dans un fond d'eau une quinzaine de minutes, jusqu'à ce qu'elle soit bien fondante. 
Lorsqu'elle est cuite, l'écraser à la fourchette ou au presse purée avec un peu de sel et la purée d'amande (ou de cajou). 
Saler les lentilles, les répartir dans un plat allant au four. 
Recouvrir de purée de courge. Arroser d'environ 1 c. à s. d'huile d'olive
Dans un petit bol, mélanger la chapelure, la levure de bière et les graines de tournesol concassées. Répartir le mélange sur le parmentier. 
Enfourner à 180°C. et faire cuire une trentaine de minutes, en surveillant le dessus pour qu'il ne brûle pas. 
Servir bien chaud. 
Cuillère et saladier : Parmentier de lentilles à la courge (vegan)

Note : Pour aller plus vite, on peut utiliser des lentilles déjà cuites : compter dans ce cas environ 400 g, et bien les égoutter. Réaliser la sauce tomate à part, la faire réduire un peu avant d'ajouter les lentilles et de les faire mijoter quelques minutes.

jeudi 11 février 2021

Flan de courge au tofu fumé (cuisson vapeur)

Cuillère et saladier : Flan de courge au tofu fumé vegan (cuisson vapeur)
Comme je vous le disais ici, la cuisine vapeur a été ma grande découverte du premier confinement. En gros, j'ai réalisé que mon super cuit-vapeur (je suis l'heureuse propriétaire d'un Vitaliseur trouvé d'occasion sur le Bon coin - oui, les miracles arrivent !) me permettait de faire un peu plus que de simples légumes vapeur (même si cela reste l'un de mes plats préférés...). Depuis, j'explore ce nouveau champ culinaire à fond, d'autant plus que mon four commence à donner des signes de faiblesse. Je ne vous ferai pas ici un éloge de la cuisson vapeur, qui permet de préserver au mieux les vitamines et minéraux des aliments, d'éviter les réactions de Maillard et de conférer à nos petits plats un moelleux et un fondant incomparable, mais je ne vous dirais qu'une chose : l'essayer, c'est l'adopter ! 
Cuillère et saladier : Flan de courge au tofu fumé vegan (cuisson vapeur)
J'ai presque honte de vous présenter cette recette, tant elle est simple, mais comme je vous le disais, j'ai à cœur de vous présenter aussi des recettes du quotidien. Et puis, lorsque j'ai commencé à m'intéresser plus sérieusement à la cuisine vapeur, je me suis trouvée un peu démunie. En effet, on trouve finalement peu de sites ou de blogs proposant de recettes à la vapeur qui me ressemblent - entendez à tendance plutôt végétale, et un peu créatives - (ou j'ai mal cherché, vos suggestions sont les bienvenues). J'ai l'impression que la communauté se trouve plus sur Instagram (c'est d'ailleurs plutôt par ce biais là que j'ai plongé dedans), et je trouve ça un peu dommage pour celleux qui ne sont pas sur les réseaux sociaux (ou qui, comme moi, n'ont pas vraiment le réflexe d'y aller). Bref, j'essaye du coup d'apporter ma petite pierre à l'édifice...
Bien sûr, si vous ne possédez pas de Vitaliseur, vous pouvez très bien réaliser cette recette dans un cuit-vapeur classique, un couscoussier, une cocotte-minute pas mise sous pression ou même un simple panier bambou placé sur une casserole (si vous trouvez un plat qui rentre dedans) ou même (sacrilège) faire cuire le flan au four (et la courge à la casserole dans un fond d'eau).

Cuillère et saladier : Flan de courge au tofu fumé vegan (cuisson vapeur)
Pour 2 flans :  
  • 450 g de courge (type butternut, courge musquée, carat...)
  • 100 g de tofu fumé
  • 50 ml de lait végétal 
  • 2 c. à s. de graines mélangées (lin, millet, pavot...)
Flan de courge au tofu fumé vegan (cuisson vapeur)
Couper la courge en gros morceaux, la faire cuire à la vapeur une quinzaine de minutes, jusqu'à ce qu'elle soit fondante. 
Mixer la chair de la courge avec le tofu fumé et le lait végétal. Ajouter 1 c. à s. de graines mélangées.
Répartir la préparation dans deux plats (ou un seul).
Placer dans le cuit-vapeur et faire cuire une vingtaine de minutes à partir de l'ébullition. Saupoudrer des graines restantes. 
Servir chaud, tiède, ou même froid. 
 
Variantes : Pour une texture plus ferme, ajouter 1 c. à s. de fécule. 
On peut bien sûr varier les saveurs en utilisant un autre type de tofu (tofu au curry par exemple), ou un tofu nature, et en rajoutant (ou pas) des épices : ras-el-hanout, cumin, coriandre...

Note : Pour plus de facilité, je prépare ces petits flans dans des pots en verre de récup avec un couvercle, pour pouvoir les transporter facilement. Du coup, cela en fait un met parfait pour les lunch-box et les pique-nique.
Cuillère et saladier : Flan de courge au tofu fumé vegan (cuisson vapeur)

jeudi 4 février 2021

Gâteau à la courge et aux épices (cuisson vapeur)

Cuillère et saladier : Gâteau à la courge et aux épices vegan (cuisson vapeur)
Une fois n'est pas coutume, deux recettes sucrées qui se suivent Cuillère et saladier ! Peut-être est-ce à cause de la morosité ambiante et du besoin de réconfort que je pense, nous éprouvons tou.te.s un peu en ce moment... ou peut-être est-ce par ce qu'il faut que je me dépêche de tester toutes mes idées de créations sucrées avant le début du Carême (qui, mine de rien, approche à grand pas :)), mais en tout cas, je pense que vous allez avoir pas mal de recettes sucrées dans les prochains temps sur le blog. Même si bon, vous me connaissez, on restera dans ce que d'aucun.e.s appelleraient de la pâtisserie "saine", pauvre en sucres et faisant la part belle aux produits non raffinés, ce qui, rassurez-vous, ne l'empêche pas d'être gourmande (en tout cas, je l'espère, puisque cela l'est pour moi !). Mais bon, je ne vais pas disserter ici sur l'épineuse question de savoir s'il faut absolument qu'une recette déborde de sucre et de gras pour être "gourmande", et je vais plutôt vous présentez la recette du jour.
Cuillère et saladier : Gâteau à la courge et aux épices vegan (cuisson vapeur)
Si vous me suivez depuis un petit moment, notamment sur Instagram, vous avez pu voir que je suis de plus en plus attirée par la cuisson vapeur. Si pour certain.e.s le confinement a été l'occasion de découvrir la boulange, moi c'est un trip "vapeur douce" que je me suis fait ! Si cela faisait déjà quelques années que je pratiquais pas mal la cuisson vapeur, je la cantonnais le plus souvent au salé et à des choses assez "classiques" comme les légumes, ou éventuellement les bouchées vapeur, ma grande découverte a été la cuisson vapeur pour tout ce qui est pains, cakes and co. J'ai d'abord commencé par les muffins salés, puis j'ai eu envie d'élargir l'expérience. D'où ce gâteau. La cuisson vapeur permet d'obtenir une texture un peu spéciale, très moelleuse, légère, un peu "fluffy" (désolée pour l'anglicisme, mais je n'arrive pas à trouver de terme correspondant en français !). Si vous ne l'avez pas encore testé, je ne peux que trop vous conseiller d'essayer. Bien sûr, c'est différent d'une cuisson au four : pas de croûte ni de caramélisation, mais franchement, personnellement je suis complètement fan de ces textures un peu "chewy". Et si vous n'êtes pas convaincu.e (ou que vous n'avez pas de cuit-vapeur), rassurez-vous, la recette marche aussi très bien au four traditionnel !
Cuillère et saladier : Gâteau à la courge et aux épices vegan (cuisson vapeur)
 Pour 1 gâteau 
  • 240 g de purée de courge
  • 180 g de farine 
  • 50 g de noisettes (en poudre)
  • 2-3 c. à s. de sucre complet
  • 2 c. à c. de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à c. de muscade
  • 1/2 c. à c. de cannelle
  • 1 sachet de sucre vanillé (1 c. à s.)
  • 200 ml de lait végétal
  • 80 g d'huile végétale
  • 1 c. à s. de vinaigre de cidre
    Cuillère et saladier : Gâteau à la courge et aux épices vegan (cuisson vapeur)
Mettre à chauffer l'eau dans la cuve du cuit-vapeur.
Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre, la levure, le sucre vanillé, les épices. Réduire les noisettes en poudre et les ajouter à ce mélange.
Dans un autre récipient, mélanger la purée de courge, l'huile et le lait végétal.
Verser le mélange des liquides dans le saladier des poudres et mélanger rapidement.
Verser la préparation dans un moule graissé.
Placer le gâteau dans le cuit vapeur et faire cuire 40 minutes sans ouvrir le cuit-vapeur.
Vérifier la cuisson de la pointe d'un couteau, sortir du cuit-vapeur et laisser refroidir avant de démouler. 
 
Note : Si vous n'avez pas de cuit-vapeur mais que la cuisson vapeur vous attire, vous pouvez utiliser une simple cocotte minute, sans la mettre sous pression, un panier en bambou ou une marguerite posée sur une casserole. Il vous faudra sans doute adapter le temps de cuisson, et éventuellement celle du/des moule.s. N'hésitez pas à être inventif de ce coté là : l'avantage de la cuisson vapeur, c'est qu'on peut aussi utiliser des contenants qui ne passent pas forcément au four, comme de simple boites en inox ! 
Gâteau à la courge et aux épices vegan (cuisson vapeur)


jeudi 28 janvier 2021

Gâteau de crêpes aux pommes

Gâteau de crêpes aux pommes (vegan)
Je ne suis pas peu fière de moi, cette fois-ci, j'ai réussi à anticiper, et vous aurez la recette à temps pour la fête à laquelle est elle associée (vous pouvez applaudir).
Cette année, pour la Chandeleur (qui aura lieu mardi prochain), j'ai eu envie de marquer le coup et de ne pas me contenter de quelques crêpes, mais d'y aller franchement avec un gâteau de crêpes ! J'ai découvert le concept assez tôt, alors que j'étais encore enfant, dans ce qui était alors ma bible de la cuisine, le livre "Copain de la cuisine" (et oui, j'ai commencé jeune !). J'ai tout de suite été séduite par l'idée, même si j'ai fantasmé longtemps avant de la mettre en pratique. J'avoue que j'aime beaucoup le concept de ce gâteau, un savant empilement de crêpes intercalées de généreuses couches de garniture... Et puis il faut bien avouer que c'est typiquement le genre de gâteau qui en jette pour un minimum de frais ! Bref, le gâteau de crêpes, c'est un peu le millefeuille du pauvre (mais parfois, c'est bien d'être pauvre :)).
Gâteau de crêpes aux pommes (vegan)
J'avais déjà proposé il y a quelques années une version à l'orange et à la crème de marrons, cette fois-ci, j'ai fait encore plus simple (mais pas moins gourmand), avec un "simple" gâteau aux pommes (comme j'étais encore un peu dans le mood galette, j'y ai ajouté un peu d'amande tout de même). C'est aussi l'un des avantages de cette recette : que des ingrédients basiques du placard, puisqu'on peut même, au besoin, remplacer la compotée de pommes maison par une compote du commerce (et omettre les pommes caramélisées sur le dessus, même si je vous préviens, on y perdra un peu). Bref, le gâteau parfait pour les moments où l'on arrive en fin de mois et qu'on doit refaire le plein de courses. 
Certes, la mise en place est un poil longue (il faut bien la faire cuire, cette dizaine de crêpes !), mais rien de bien compliqué. Et puis on peut échelonner la fabrication : réaliser la compotée la veille en même temps que la pâte à crêpe, faire les crêpes à l'avance et faire caraméliser les pommes et monter le gâteau juste avant le repas. Et si l'on doit le transporter, on peut même l'apporter en kit (les crêpes d'un côté, la compotée de l'autre, les pommes caramélisées dans un troisième contenant) et assembler le tout sur place sur le plat de service. 
Pour le décor, j'ai choisi de disposer les pommes en rosace, mais rien ne vous empêche d'être moins perfectionniste et de simplement les répartir aléatoirement. Et les petites fleurs, qui sont réalisées avec les chutes de crêpes, prennent seulement quelques secondes à réaliser, pour un effet waouh assuré. 
A noter qu'il est aussi intéressant de réaliser des crêpes pas trop grandes (idéalement d'une vingtaine de centimètres de diamètre), afin de pouvoir en empiler une petite dizaine : on obtient ainsi un gâteau un peu haut, plus esthétique qu'un gâteau tout plat...
Gâteau de crêpes aux pommes (vegan)
Pour env. 6-8 personnes : 
Pour les crêpes :
  • 125 g de farine 
  • 250 ml d'eau ou de lait végétal (ou moitié-moitié)
  • 1 c. à s. de purée d'amande
  • 1 à 2 c. à s. de sucre complet
  • 1 bouchon de rhum
  • zestes d'1/2 orange
  • 1 c. à s. de fécule
  • 1 pincée de sel
Pour la compotée : 
  • env. 1 kg de pommes à cuire*
  • 2 grosses c. à s. de purée d'amande
  • quelques gouttes d'arôme d'amande amère
Pour les pommes caramélisées :
  • 2 petites pommes
  • 1 c. à s. de sucre complet

* On peut remplacer par environ 800 g de compote déjà prête.

Gâteau de crêpes aux pommes (vegan)
Préparer la pâte à crêpes : Dans un saladier, mélanger la farine, la fécule, le sel, le sucre et le zeste d'orange. Verser progressivement le liquide (eau et/ou lait végétal) en remuant pour éviter les grumeaux. Ajouter la purée d'amande et le rhum. Mélanger à nouveau, couvrir et laisser reposer au moins 1h (idéalement 1 nuit).
Préparer la compotée : Eplucher les pommes, les couper en gros morceaux et les placer dans une casserole avec un fond d'eau. Faire compoter sur feu doux une quinzaine de minutes, jusqu'à ce que les pommes soient fondantes.
Les égoutter si besoin, les écraser grossièrement à la fourchette ou au mixer et incorporer la purée d'amande. Réserver.
Préparer les crêpes : Ajuster au besoin la texture de la pâte à crêpe en ajoutant un peu de liquide : vous devez obtenir une pâte bien fluide. Faire chauffer une poêle graissée, y verser une louche de pâte et bien répartir. Faire cuire sur feu moyen quelques minutes, jusqu'à ce que la pâte soit prise et que les bords commencent à dorer. Retourner la crêpe et faire cuire sur l'autre face.
Réserver les crêpes sur une assiette. Au besoin les retailler légèrement pour enlever les bords qui dépasseraient.
Monter le gâteau : Placer une première crêpe sur le plat de service. Tartiner généreusement de compotée de pommes à l'amande, recouvrir d'une autre crêpe et continuer ainsi jusqu'à épuisement des ingrédients. Terminer par une crêpe.
Préparer les pommes caramélisées : Eplucher les pommes et les couper en grosses lamelles. Faire fondre le sucre dans une poêle jusqu'à ce qu'il se transforme en caramel. Ajouter les pommes et remuer pour bien enrober. 
Disposer les pommes sur le dessus du gâteau. 

Note : Le gâteau est encore meilleur lorsqu'il est dégusté avec les pommes caramélisées encore tièdes... Pour les amateurs, on peut aussi servir le gâteau arrosé d'une sauce caramel.
Gâteau de crêpes aux pommes vegan
Variantes : On peut utiliser un mélange pomme-poire pour la compotée, ou ajouter quelques fruits rouges (surgelés au besoin), pour un goût un peu différent. 
On peut aussi remplacer la purée d'amande par de la purée de noisette (dans ce cas, omettre l'extrait d'arôme d'amande amère). 
Pour aller plus vite, vous pouvez aussi partir directement de beurre de pommes.