samedi 28 juin 2014

Smoothie banane-cacao-baobab

Me revoilà avec mes bananes! Et oui, j'en avais VRAIMENT beaucoup à écouler...  Moi qui d'ordinaire ne suis pas vraiment fan de ce fruit, j'ai été servie, mais j'ai réussi à venir à bout de mon stock (heureusement avec un peu d'aide!), et surtout j'ai eu l'occasion de (re)découvrir toutes les potentialités de ce végétal. Je ne vous ferais pas un cours sur l'utilisation de la banane en cuisine, mais rappelons juste que la banane écrasée, constitue un excellent substitut aux œufs dans les gâteaux (avec pour ratio 1/2 banane = 1 œuf). On peut aussi s'en servir pour remplacer tout ou partie de la matière grasse ou encore tirer profit de sa richesse en glucides pour en faire un sucrant naturel. C'est d'ailleurs pour cela que la banane est pas mal utilisée en cuisine crue : elle apporte goût sucré et texture crémeuse sans aucun ajout ni cuisson pour épaissir.
Et oui, je ne sais pas si c'est l'été qui veut ça ou pas, mais en ce moment, je suis très attirée par la cuisine crue (bon, j'avoue que j'ai peut-être été influencée par l'actualité éditoriale du moment, avec la sortie de Certains l'aiment cru de Laura Veganpower et Sébastien Cardinal, aux éditions L'age d'Homme et Le grand livre de la cuisine crue, de Christophe Berg aux éditions La Plage -un aperçu ici-).
Et ça tombe bien, car je viens de conclure un partenariat avec Keimling, LE spécialiste de l'alimentation vivante. En parcourant leurs rayons virtuels, moi qui ne suis d'habitude pas très branchée "super-aliments" j'ai été intriguée par la poudre de baobab, dont je n'avais jamais entendu parlé auparavant. Obtenue en pulvérisant la chair séchée du fruit du baobab (appelé aussi pain de singe), cette poudre acidulée est prisée pour sa richesse en fibres (44 g pour 100 g), en particulier fibres solubles (22 g pour 100 g), qui aident à réguler le cholestérol sanguin et ralentissent la digestion des glucides, réduisant ainsi la charge glycémique du repas et favorisant la sensation de satiété. le poudre de baobab constitue aussi une source très intéressante de vitamine C et de calcium. En bref, si j'avais été séduite par ses qualités nutritionnelles, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre niveau goût avec la poudre de baobab. J'avais pu lire ça et là qu'elle avait un petit goût acidulé, et comme j'aime cette saveur, cela avait achevé de me convaincre (bah oui, les papilles, ça reste finalement le plus important!). J'étais donc toute contente quand j'ai reçu ma poudre de baobab et je me suis empressée de me préparer ma petite mixture en mélangeant ma poudre dans un peu d'eau, comme conseillé sur l'emballage. L'odeur qui se dégage ne me rappelle rien de connu mais téméraire, je porte gaiement ma petite cuillère à mes lèvres... et là, on ne peut pas dire que cela ait été vraiment le coup de foudre que j'attendais. Plutôt le contraire! Pour être acidulée la miss, elle est acidulée... Et dire que j'en avais un pot de 200g! Comme je déteste gâcher (et que je suis un peu têtue quand même), après avoir tourné et retourné le net à la recherche d'idées pour l'accommoder, je me suis creusée les méninges pour trouver une façon d'apprivoiser cette petite poudre. Et c'est là que les bananes entrent en scène! Les smoothies à base de banane, c'est super question texture, mais j'ai toujours tendance à trouver cela un poil trop sucré, presque écœurant, comme s'il manquait une petite touche...acidulée tiens! 
 
Et c'est comme ça qu'est né ce smoothie, devenu ma véritable drogue du matin. De la banane pour la texture, du baobab pour l'acidulé, et du cacao pour la gourmandise!
 
Pour 1 personne :
  • 1 banane bien mûre
  • 1 belle c. à c. de cacao
  • 1 c. à c. rase de poudre de baobab
  • 10 à 20 cl d'eau ou de lait végétal*
Placer la banane et le cacao dans le bol du mixer et mixer jusqu'à obtenir une consistance complètement lisse. Continuer à mixer en ajoutant le liquide progressivement, jusqu'à arriver à la consistance désirée.
Ajouter alors la poudre de baobab, et donner un dernier tour de mixer pour l'incorporer.
Verser dans un verre et déguster!

*Je préfère personnellement les textures bien crémeuses pour les smoothies, à déguster à la petite cuillère, et 10-12 cl de liquide suffisent alors amplement mais pour une texture plus fluide, ajouter plutôt dans les 20 cl.
L'utilisation de lait végétal (en particulier riz ou amandes) apporte plus de rondeur et contribue à une texture bien crémeuse, mais comme disent nos amis anglophones, it's up to you!

 Recette réalisée dans le cadre d'un partenariat avec Keimling

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 25 juin 2014

Banana bread au sésame noir parfum citron

Le week-end dernier, j'ai hérité d'une cargaison bananes ultra-mûres, vous savez, celles que les marchands jettent habituellement car personne n'en veut (soi-disant). La première chose qui vous traverse l'esprit quand on voit de telles bananes, c'est bien sûr de le classique banana bread. Sauf que... j'avais quelques exigences le concernant, ce fameux cake à la banane. Déjà, je le voulais complètement végétal, car en ce moment, j'essaye de réduire ma consommation d’œufs (n'ayant pas de poules sur mon balcon et sachant comment sont élevées celles qui pondent les œufs que l'on trouve dans le commerce...). Ensuite, je souhaitais aller un peu plus loin que le "simple" banana bread classique à la banane et point à la ligne. J'aurais bien tenté l'association banane-pavot, mais je n'avais plus cette petite graine en stock, et plutôt la flegme d'aller me réapprovisionner. Et puis j'ai pensé à cette recette de Cléa, testée et approuvée, de cake à la banane au citron et au sésame noir. Justement d'ailleurs, ce pot de crème de sésame noir entamé... même si il n'y en a pas dans la recette, qu'à cela ne tienne! Et puis cette recette, , avec des flocons d'avoine, ça doit être pas mal non? A l'arrivée, la recette n'a pas grand-chose à voir avec l'originale, mais bon, on s'en fiche après tout, tant que c'est bon...
Comme bien souvent lorsqu'il est question de ce genre de cake rustique, ce banana bread est meilleur un peu rassis, quand il a un ou deux jours dans les pattes. Mais même si vous ne réussissez pas à attendre jusque là, il faut impérativement le laisser complètement refroidir avant de le déguster. D'un parce que sinon il sera absolument impossible à couper, de deux car il faut que les arômes aient un minimum le temps de se développer... et croyez-moi, ce serait dommage de passer à côté de ce parfum de banane tempéré par la douce amertume du sésame noir et relevé par l'acidulé de l'imbibage citronné.

Pour 1 cake :
  • 4 bananes toutes noires
  • 60 g de flocons d'avoine
  • 100 g de farine intégrale (ou complète)
  • 2 c. à c. de poudre à lever
  • 1 c. à c. de purée de sésame noir
  • 1 c. à s. de graines de sésame noir
  • 1 c. à s. de sirop d'agave 
  • 1 c.à s. de lait végétal
Pour l'imbibage :
  • 1 citron non traité
  • 1 c. à s. de sucre de fleur de coco (ou de sucre complet)
Préchauffer le four th 6 (180°C).
Mixer grossièrement les bananes. Verser dans un bol et ajouter le sirop d'agave, la purée de sésame noir et le lait végétal.
Dans un autre saladier, mélanger les flocons d'avoine, la farine, la poudre à lever et les graines de sésame noir.
Verser le mélange liquide dans les ingrédients secs et mélanger rapidement.
Verser la pâte dans un moule à cake graissé et enfourner pour 35 à 45 minutes. Vérifier la cuisson de la pointe du couteau : elle doit ressortir sèche.
Pendant la cuisson, râper très finement le zeste de citron. Le mélanger dans un petit bol au sucre de fleur de coco. Presser le jus de citron et verser sur le sucre citronné. Mélanger bien pour faire fondre le sucre complètement.
Une fois le gâteau sorti du four, sans le sortir du moule, pratiquer quelques incisions sur le dessus au couteau, puis verser le mélange sucre-citron. Laisser refroidir dans le moule au moins une heure, le temps que le cake s'imbibe. Démouler et laisser refroidir complètement sur une grille à pâtisserie.

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 22 juin 2014

Tartelettes souchet et rhubarbe parfum balsamique

La tarte à la rhubarbe, chez nous, c'est une véritable institution. Mais personnellement, je ne suis pas fan de la version familiale traditionnelle dans laquelle les tronçons de rhubarbe sont pris dans une sorte de flan à base de crème et d’œuf. Alors quand il y a de la rhubarbe au programme et que c'est moi qui suis à la cuisine, j'essaie de ruser un peu pour contourner l'obstacle et proposer quelque chose qui plaise à tout le monde. Pas question de bidouiller la recette originale pour la rendre plus conforme à mes goûts, je risquerais de m'attirer les foudres des gardiens de la tradition! Du coup, je préfère faire totalement différent, comme avec ces petites tartelettes garnies d'une compotée de rhubarbe parfumée au vinaigre balsamique. Mais toute l'originalité de ces petites douceurs réside dans la pâte à tarte, qui est une véritable tuerie! Une saveur toute douce apportée par la farine de souchet qui contrebalance parfaitement l'acidité de la rhubarbe. Moi qui d'habitude préfère dans les tartes la garniture à la pâte, j'ai cette fois-ci regretté de ne pas en avoir fait de petites tourtes pour en avoir plus! Seule ombre au tableau : comme toutes les pâtes sans gluten, celle-ci est un peu friable et peut être difficile à travailler.
Pour 4 tartelettes :
Pour la pâte :
  • 150 g de farine de souchet
  • 50 g de chair d'avocat
  • 1 c. à s. de purée d'amandes
  • 1 c. à s. de sirop d'agave
Pour la rhubarbe :
  • 700 g de rhubarbe
  • 10 cl de vinaigre balsamique
  • 3 c. à s. de sucre complet
La veille, préparer la rhubarbe : Mettre le sucre dans une casserole et faire chauffer jusqu'à obtenir un caramel. Hors du feu, verser doucement le vinaigre balsamique, laisser bouillir quelques minutes puis ôter du feu.
Eplucher la rhubarbe et la couper en tronçons de 3 à 4 cm. La placer dans un plat creux, verser le caramel au balsamique dessus et mélanger pour bien enrober.
Laisser mariner au frais 12h, en remuant de temps en temps pour bien imprégner l'ensemble des morceaux.
Le lendemain, préparer la pâte : Tamiser la farine de souchet dans un saladier.
Mixer la chair de l'avocat avec la purée d'amandes et le sirop d'agave pour obtenir une texture bien lisse. Verser ce mélange dans la farine et travailler du bout des doigts jusqu'à obtenir une boule. Réserver au frais.
Faire cuire la rhubarbe : Faire chauffer une poêle, y placer la rhubarbe avec sa marinade et la faire cuire dans son jus en remuant de temps à autre, jusqu'à ce que les morceaux de rhubarbe soient tendres. Si cela attache trop, ajouter un fond d'eau.
Préchauffer le four th 6-7 (200°C).
Confectionner les tartelettes : Séparer la pâte en quatre parts égales, en faire des boules et les étaler en rond sur une épaisseur d'environ 2-3 mm. Placer chaque rond pâte dans un moule à tartelette (ou un petit moule rond) graissé, répartir la rhubarbe au milieu et rabattre les bords sur la garniture.
Faire cuire une dizaine de minutes puis éteindre le four et poursuivre la cuisson encore 10 à 15 minutes.
Laisser reposer un petit peu avant de démouler, le temps que la pâte se raffermisse, puis sortir les tartelettes des moules et les faire refroidir complètement sur une grille avant de déguster.

 Recette réalisée dans le cadre d'un partenariat avec Tigernuts Traders
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 19 juin 2014

Petits rouleaux d'aubergines au fromage de cajou

Enfin le retour des légumes d'été et avec eux l'envie de petites recettes toutes simples, de petits trucs à picorer paresseusement en regardant le soleil se coucher (ou pour les amateurs, devant un des nombreux matchs du Mondial)... En ce genre d'occasion, j'adore préparer des rouleaux de légumes garnis avec tout ce qui me passe par la tête (soit dit en passant, c'est une excellente façon de recycler tout les petits restes de légumes ou autre qui trainent dans le frigo). Les légumes varient selon l'envie du moment et le contenu du réfrigérateur : lamelles de courgettes, de concombre, de carotte ou encore comme ici fines tranches d'aubergines grillées. Certes, l'option que je vous présente ici demande un peu plus de préparation et de planification que mes habituels rouleaux fourre-tout puisqu'il faut penser à mettre les noix de cajou à tremper la veille, mais comme le fromage de cajou se conserve sans problème quelques jours (et qu'il est aussi délicieux tel quel), on peut aisément tout préparer à l'avance et assembler au dernier moment....

Pour une quinzaine de rouleaux :
  • 1 aubergine
  • 100 g de noix de cajou
  • 3-4 tomates séchées
  • 1/2 c. à c. de graines de cumin
  • 1/2 c. à c. d'herbes de Provence
  • 1/2 c. à c. de sel
  • 1 pincée de piment d'Espelette
  • 1/2 bouquet de ciboulette ciselée.
La veille au soir ou au moins 8 heures à l'avance, mettre les noix de cajou à tremper dans un bol d'eau.
Dans un autre bol, faire tremper les tomates séchées.
Préparer les lamelles d'aubergine : Couper l'aubergine dans le sens de la longueur en lamelles d'environ 0,5 cm d'épaisseur. Les faire cuire à la vapeur 2 minutes, juste le temps qu'elles soient souples.
Faire chauffer un grill et y faire griller les tranches d'aubergine sur les deux faces. Réserver.
Préparer le fromage de cajou : Egoutter les noix de cajou et les tomates. Placer dans le bol du mixer les graines de cumin, les herbes de Provence et le sel et mixer pour réduire en poudre. Ajouter les noix de cajou et les tomates séchées en petits morceaux. Mixer jusqu'à obtenir une pâte lisse, en ajoutant si besoin un peu d'eau. Ajouter le piment et rectifier assaisonnement.
Assembler les rouleaux : Etendre les lamelles d'aubergines et mettre une bonne cuillère de fromage de cajou à un bout. Saupoudrer de ciboulette ciselée et rouler serrer. Recommencer avec l'ensemble des tranches d'aubergines. Couper les rouleaux les plus larges en deux.
Réserver au frais jusqu'au moment de servir.
Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 14 juin 2014

Biscuits au matcha et éclats de dragées

Mai, juin, juillet, voici la saison des mariages, baptêmes et communions où, immanquablement, vous aurez droit à votre petit ballotin de dragées. Alors on en mange une, on en mange deux, mais on fait quoi du reste?? C'est l'éternel casse-tête lorsqu'on est pas un fan absolu de ces petites douceurs. Et quand bien même, une où deux, ça va, le ballotin entier, c'est plus dur! Voici donc une recette pour éviter l'accumulation de ces petites douceurs. Des biscuits tout doux pour prolonger l'heureux événement, quelqu'il soit....

Pour une dizaine de biscuits : 
  • 80 g de son d'avoine
  • 60 g de farine de millet
  • 1 c. à s. de fécule
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 1 belle c. à c. de thé matcha
  • 1 c. à s. de sirop d'agave
  • 2 c. à s. de sucre de fleur de coco ( ou 2 c. à s. supplémentaire de sirop d'agave, mais alors réduire la quantité de lait végétal)
  • 2 c. à s. d'huile de coco fondue* (environ 1 belle c. à s. d'huile solide)
  • 3 c. à s. de lait végétal
  • 50 g de dragées
* Peut être remplacé par une autre huile plus neutre (arachide, colza,...)
Préchauffer le four th 6 (180°C).
Mixer grossièrement le son d'avoine. 
Dans un saladier, mélanger le son d'avoine, la farine de millet, le sucre de coco, la levure chimique et le thé matcha. 
Faire fondre l'huile de coco.
Dans un petit bol, dissoudre la fécule dans 1 c. à s. de lait végétal et l'incorporer au mélange sec avec l'huile de coco fondue et le sirop d'agave.
Mélanger en ajoutant du lait végétal pour obtenir une pâte homogène mais ferme.
Concasser les dragées à l'aide d'un rouleau à pâtisserie et les incorporer à la pâte à biscuits.
Former les petites boules de la taille d'une noix, les écraser légèrement pour obtenir des biscuits d'environ 0,5 cm d'épaisseur et les disposer sur une plaque de cuisson recouverte d'une feuille anti-adhésive en les espaçant.
Enfourner pour 6 à 7 minutes, retirer la plaque du four et laisser reposer au moins 10 minutes, car les biscuits continuent à cuire. Ils vont se solidifier en refroidissant.
Une fois refroidi, conserver les biscuits dans une boîte hermétique.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 11 juin 2014

Petites boules d'energie au souchet (chufas)

Ces petites boules, on peut dire qu'elles en auront suscité, des commentaires et discussions. Du péremptoire "c'est pas bon" au "délicieux" appréciateur en passant par le suspicieux "y a quoi dedans?"...
Oui, parlons-en de ce qu'il y a dedans tiens! des dattes, du souchet, un parfum. Le souchet, kesako? appelé aussi Noix tigrée ou encore chufas, il s'agit d'une petite tubercule qui entre dans la composition du fameux "horchata de chufa", la boisson de souchet emblématique de la région de Valence. Avec sa haute teneur en fibres insolubles, le souchet et sa farine possède un IG bas (35 pour la farine) qui font de lui un produit particulièrement sain et nutritionnellement intéressant. Bien entendu exempt de gluten, les noix de souchet sont riches en phosphore, magnésium, calcium et fer et constituent aussi d'excellentes sources de vitamines C et E, antioxydantes. les noix tigrées contiennent aussi des enzymes qui facilitent la digestion. Sa teneur élevée en protéines végétales (26g pour 100 g) en font un aliment de choix pour les végétariens, végétaliens ou sportifs.
C'est bien beau tout ça, me direz-vous, mais le souchet, on en trouve où? Cultivée depuis l'Antiquité en Afrique, et tout particulièrement en Égypte, ces petites tubercules sont introduites en Europe par les Arabes lors de leur conquête de la péninsule ibérique. Depuis, cette plante est essentiellement cultivée dans la région de Valence (d'où le fameux horchata de chufas). C'est dans cette région qu'est basée l'entreprise Tigernuts Taders, spécialisée dans l'exportation de souchet et de ses dérivés (farine, huile de souchet mais aussi produits cosmétiques) grâce à laquelle cette recette a pu être réalisée.
Et au goût, ça donne quoi? une saveur douce, un goût naturellement sucré avec une petite note de noisette.. le souchet peut se déguster aussi bien en en-cas sous sa forme brute, après avoir pris soin de réhydrater les noix quelques heures qu'en farine, à saupoudrer sur vos yaourts, compotes et porridges ou à glisser dans vos pâtisseries.
Cette recette m'a été inspirée par les petites boules chufas, vendues par Keimling et forment de petites gourmandises à consommer en cas de petit creux ou pour un coup de boost juste avant le sport.

Pour une vingtaine de boules :
  • 150 g de dattes (idéalement des Medjool)
  • 100 g de souchet entier
  • parfum au choix : gingembre frais ou en poudre, cannelle, écorces d'orange confites, huile essentielle, ...
Vingt quatre heures à l'avance, mettre le souchet à tremper dans un bol d'eau.
Dans un autre bol, faire tremper les dattes.
Le lendemain, égoutter soigneusement le souchet, le sécher et le mixer en poudre fine.
Dénoyauter les dattes et les mixer également jusqu'à obtenir une pâte (au besoin, ajouter un peu d'eau de trempage).
Mélanger la pâte de dattes avec le souchet moulu et ajouter le parfum choisi*.
Détailler la pâte en petits morceaux et les rouler au creux de la paume pour former des boules. Enrober éventuellement d'épice moulue.
Laisser sécher une nuit dehors puis conserver au réfrigérateur.
Remarque : Les boules sont encore meilleures quand elles ont un peu attendu, et comme elles se conservent sans problème une à deux semaines au frais, ne pas hésiter à les réaliser en grandes quantités!

* Quelques exemples testés et approuvés :
Pour des boules oranges-cannelle (ma préférée) :
Ajouter à la pâte de base 50 g d'écorces d'oranges confites détaillées en tout petits dés. Former des boules et les rouler dans un peu de cannelle en poudre.

Pour des boules au gingembre très gingembrées:
Éplucher et râper finement 1 doigt de gingembre frais, l'ajouter à la pâte de base. Une fois les boules formées, les rouler dans du gingembre en poudre.
Sources :
http://www.noixtigrees.com/noixtigree_sante.html
http://www.macuisine-minceur.com/farine-souchet.htm

Recette réalisée dans le cadre d'un partenariat avec Tigernuts traders

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 8 juin 2014

Velouté glacé de betteraves rouges

Les betteraves rouges, toute petite déjà, j'adorais ça! Rien ne pouvait me faire plus plaisir qu'une salade de betteraves rouges et mâche (à part peut-être des carottes râpées...). Et depuis que j'ai découvert les betteraves rouges crues, je m'en donne à cœur joie. Je crois que j'ai expérimenté à peu près toutes les cuissons imaginables : à l'eau, à la vapeur, rôties au four, en croûte de sel, ou comme ici, en papillote.
Pourtant, si la betterave est un classique de mes repas que je n'hésite pas à servir toute seule, encore tiède et accompagnée d'un simple filet de balsamique, je n'avais encore jamais tenté le velouté. Et bien, j'aurais eu tort de m'en priver. Outre sa couleur violine qui donne la pêche, le goût de la betterave explose en bouche. Le Crémeux tartine et cuisine au concombre et menthe de SOY amène onctuosité et fraîcheur, grâce au goût subtil mais présent du concombre. Si l'on n' a pas cet ingrédient, on peut à mon avis le remplacer par la même quantité de tzatziki, ou par un peu de tofu soyeux ou de fromage frais et de concombre.

Pour 4 personnes :
  • 600 g de betteraves rouges crues*
  • 100 g de Crémeux tartine et cuisine SOY concombre et menthe
  • sel
  • 1 trait de vinaigre balsamique
* Pour gagner du temps, on peut utiliser des betteraves rouges déjà cuites, mais le goût sera moins intense.
Envelopper les betteraves rouges dans un papier aluminium et faire cuire au four 40 minutes à 1 heure, selon la taille des betteraves. Vérifier la cuisson de la pointe du couteau : elles doivent être bien tendres.
Laisser refroidir.
Eplucher les betteraves rouges, les couper en gros morceaux et les mixer avec 50 cl d'eau et un peu de sel.
Ajouter le  Crémeux tartine et cuisine, en réservant 1 c. à s. pour la décoration.
Mixer pour obtenir une texture bien lisse, ajouter le vinaigre balsamique et rectifier l'assaisonnement et la consistance.
Réserver au frais au moins deux heures.
Au moment de servir, répartir le velouté dans les assiettes et décorer d'une petite quenelle de Tartine et cuisine.

Remarque : Si l'on manque de temps pour réserver le velouté au frais avant de servir (et que l'on a le mixer qui va bien), on peut remplacer l'eau froide par des glaçons.

PS : Cette recette est la deuxième du concours SOY Recettes et Tartines, la première est par ici
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 2 juin 2014

Tartine printanière aux fraises balsamiques

Le temps a beau être encore incertain, le printemps, lui s'est bien installé sur les étals et dans la tête (et oui, ça commence à sentir l'été, les vacances... ou plutôt, on commence à avoir vraiment envie de les voir arriver ces fameuses vacances!). Dans ces moments-là, mes envies me portent tout naturellement vers des repas simples, frais et colorés. Aussi, lorsque j'ai été contactée par SOY pour son concours Recettes et Tartines, autour de leur nouvelle gamme Crémeux tartine et cuisine, je me sentais tout à fait dans le thème.
Une recette de tartine, c'est vrai que cela peut sembler bizarre, puisque a priori, la tartine est par construction un peu un emblème de la "cuisine du vendredi soir", quand il ne reste plus rien dans le réfrigérateur et/ou qu'on a pas trop envie de cuisiner. Mais du coup c'est aussi le genre de préparation parfaite pour tenter des associations un peu différentes. C'est un peu le cas ici, où les fraises marinées dans le vinaigre balsamique (le grand chouchou de ma cuisine) s'invitent sur un fond de Crémeux au concombre et menthe, avec quelques radis pour le croquant de la chose.... Une tartine très fraîche parfaite pour débuter et compléter un repas de saison. Servie ici en accompagnement d'un consommé d'asperges, je dois dire que là, j'avais ENFIN la sensation d'être au mois de mai!


Pour 4 tartines :
  • 2 grandes tranches de pain de campagne au levain
  • 8 à 10 fraises
  • 4 à 6 radis
  • 1 poignée de fanes de radis
  •  SOY Crémeux tartine et cuisine concombre et menthe
  • 10 cl de vinaigre balsamique
  • 1 c. à s. de sucre complet
Préparer les fraises marinées au balsamique : Placer le vinaigre dans petite casserole avec le sucre. Porter à ébullition et faire réduire de moitié. Réserver.
Laver les fraises et les couper en tranches. Les placer dans une coupelle et verser dessus le sirop de balsamique, mélanger pour bien enrober et laisser mariner au moins 30 minutes.
Laver les radis et les couper en bâtonnets.
Laver les fanes et les couper en lanières.
Faire griller le pain de campagne.
Couper chaque tranche en deux, battre légèrement le Crémeux tartine et cuisine et l'étaler en couche généreuse. Répartir dessus les lanières de verdure, les tranches de fraises marinées et les bâtonnets de radis.
Servir aussitôt

Et au fait, qu'est-ce qu'on gagne avec ce concours? en premier prix, puisqu'on parle de vacances, Ecovoyageurs offre un séjour en Auvergne... et pour la deuxième place, un atelier de cuisine bio chez What's for dinner.
Recette réalisée dans le cadre d'un partenariat avec SOY
Rendez-vous sur Hellocoton !