mercredi 30 octobre 2013

Pears pie pops

Cela faisait plusieurs jours qu'une envie me poursuivait : une envie de cannelle, de saveurs chaudes, d'apple pie... Certains ont des envies de chocolat, moi j'ai des envies de cannelle (j'allais même jusqu'à en rêver la nuit, c'est dire). Au bout d'une semaine, j'ai craqué et je me suis mise en cuisine. J'aurais bien tenté les Kanelbullar, ces petites brioches suédoises fourrées d'un mélange sucre-cannelle, mais mon dernier essai en la matière n'ayant pas été très concluant, j'ai préféré ne pas prendre trop de risque et me lancer dans quelque chose de beaucoup plus simple...et tout aussi délicieux.

 
Pour une quinzaine de pie pops :
  • 250 g de pâte sablée
  • 2 poires
  • 3/4 c. à c. de cannelle en poudre
  • 1/2 c. à c. de 4 épices (ou 1/4 de c. à c. de muscade et 1/4 c. à c. de gingembre en poudre)
  • 1/2 citron


Et en plus : une quinzaine de bâtonnets en bois

Préparer la garniture : Peler les poires, les couper en tout petits dés et les placer dans une casserole avec les épices. Prélever le zeste du 1/2 citron en longues bandes, l'ajouter aux poires épicées. Presser le 1/2 citron et verser le jus dans la casserole. Mélanger et laisser mijoter à couvert une dizaine de minutes.
Retirer le couvercle, pousser le feu sur fort et faire réduire la compote jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de jus en remuant souvent pour ne pas qu'elle attache.
Laisser refroidir.
Préchauffer le four th 6-7 (200°C).
Dresser les pies : Etaler la pâte sur le plan de travail fariné sur une épaisseur d'environ 0,3 cm. Découper des petits cercles ou fleurs (ou autre) à l'emporte pièce, en nombre pair.
Placer la moitié des ronds sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier anti-adhésif. Placer un petit bâtonnet en bois au milieu de chaque fond de tarte.
Retirer les zestes de citron de la compote et à l'aide d'une petite cuillère, en mettre un petit peu sur chaque fond de tarte. Attention de ne pas trop garnir, au risque de voir la garniture déborder à la cuisson : il doit rester au minimum environ 0,3 cm de pâte non garnie sur chaque pie.
Recouvrir chaque fond ainsi garni d'un autre rond de pâte, en appuyant bien sur les bords à l'aide d'une fourchette pour souder.
Placer un bout de papier d'aluminium sur les bâtonnets en bois pour éviter qu'ils ne brûlent.
Enfourner pour 8 minutes environ, jusqu'à ce que les pies soient bien dorées.
Laisser refroidir un peu avant de déguster tiède ou froid.
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 27 octobre 2013

Quiche aux poireaux parfumée au safran

La quiche (aux poireaux, aux épinards, aux courgettes,...) c'est un incontournable du samedi soir à la maison. Pourquoi le samedi soir? parce que le samedi, c'est piscine et que quand on rentre, on est fatigué et on a FAIM. Pas question de se lancer dans des préparations compliquées. Préparé avant de partir, voilà un plat parfait à glisser dans le four au retour. Le temps de mettre la table et de préparer la salade et hop, c'est plié. Mais bon, puisque je suis quand même pas une fan de cuisine pour rien j'aime varier les plaisirs et il est rare que l'on se contente d'une bête quiche lorraine. L'association poireaux safran, que j'avais déjà pu tester en fondue fonctionne très bien ici pour "chicisser" un peu cette tarte somme toute assez banale.



Pour 4 personnes :
Pour la pâte :
  • 150 g de farine complète
  • 50 g de son d'avoine
  • 1 yaourt de soja
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 1 pincée de sel

Pour la garniture :
  • 3 petits poireaux ou 2 gros (voir 1 s'il est vraiment très gros)
  • 20 cl de lait
  • 4-5 pistils de safran
  • 2 petits œufs
Préparer la pâte : Mélanger la farine, le son et le sel. Battre ensemble le yaourt de soja et l'huile d'olive et ajouter dans le mélange sec. Mélanger du bout des doigts jusqu'à former une boule (ajouter éventuellement un peu de farine ou d'eau pour obtenir une pâte non collante).
Réserver au frais.
Préparer la garniture : Faire chauffer le lait sur feu doux et y placer les pistils de safran. Couper le feu et laisser infuser le temps de faire cuire les poireaux.
Couper les poireaux en rondelles, les placer dans un saladier et les laver soigneusement pour enlever toute la terre. Les faire revenir dans une petite poêle une dizaine de minutes jusqu'à ce qu'ils soient bien tendres. Saler légèrement.
Dans un saladier, battre les œufs avec une pincée de sel et ajouter le lait safrané.
Préchauffer le four th 6-7 (200°C).
Assembler la quiche : Etaler la pâte sur le plan de travail fariné sur une épaisseur d'environ 0,3 cm. Graisser un moule à tarte d'une vingtaine de centimètre de diamètre et le foncer avec la pâte. Piquer à  la fourchette.
Placer un papier d'aluminium ou un papier sulfurisé, parsemer de petits cailloux ou de haricots secs et faire cuire la pâte à blanc 8 minutes.
Retirer les cailloux et étaler les poireaux sur le fond de tarte. Verser par-dessus le mélange lait-œufs et enfourner pour une vingtaine de minutes.
 
Cette recette participe au défi cuisine Safran
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 23 octobre 2013

Lait végétal de sarrasin grillé

Le lait et moi, on n'a jamais été très copains, mais depuis que je suis passée au lait végétal, ma consommation de lait a augmenté de façon vertigineuse. Du coup,  je suis rapidement passée au fait maison. J'aime le fait de pouvoir varier (presque) à l'infini les saveurs et surtout de pouvoir maitriser la quantité de lait fabriquée. Quand on est seule à en boire, devoir finir une brique d'un litre dans la semaine peut vite tourner à l'écœurement. Tandis que là, je ne m'en lasse pas de me préparer mes petites mixtures. Je vous présente donc mon chouchou du moment : le lait de sarrasin grillé (kasha), une merveille au petit goût grillé qui s'accorde parfaitement avec un granola maison ou des tartines de pain grillé.
En prime, toutes mes petites astuces pour faire passer la corvée du filtrage, car il faut bien l'avouer, les premières fois ont été un peu épiques !!!


  • 100 g de kasha (sarrasin grillé)
  • eau minérale ou filtrée
  • sucrant au choix : sucre, sirop d'agave, miel,... (facultatif)
La veille : placer les grains de kasha dans un grand bol et recouvrir généreusement d'eau. Laisser tremper toute une nuit (au minimum 8 heures).
Le jour même : Égoutter la kasha en pressant bien pour éliminer toute l'eau. Mixer les grains ainsi ramollis avec environ 500 mL d'eau minérale : il ne doit plus y avoir aucun morceau.
Recouvrir une passoire ou un chinois d'une gaze (une compresse hydrophile dépliée fait très bien l'affaire) et la placer au-dessus d'un saladier.
Verser le contenu du mixer petit à petit dans la passoire, puis tordre le tissu pour bien éliminer toute l'humidité. Le résidu (okara) doit être presque solide.
Transvaser le lait ainsi obtenu dans une bouteille propre et l'allonger éventuellement un peu si vous le trouvez trop épais.
Ajouter le produit sucrant si vous le souhaitez : personnellement, je préfère laisser le lait nature et sucrer à chaque utilisation.
Conserver au réfrigérateur et consommer dans les 4 jours. N'oubliez pas de bien agiter la bouteille avant de se servir, pour réhomogénéiser la boisson. 

Variante version paresseuse (ou pragmatique, c'est selon)
Verser directement le contenu du mixer dans une carafe et laisser décanter au frais. Au bout de quelques heures, le résidu de kasha s'est déposé au fond. On voit clairement deux phases : le lait surnage sur une sorte de "crème" de sarrasin. Recueillir alors le lait végétal à l'aide d'une louche, en essayant de ne pas remuer pour bien garder les deux phases.


A ce stade, deux choix s'offrent à vous : ou garder la crème telle quelle et l'utiliser comme une crème végétale classique ou filtrer cette dernière pour extraire le reste de lait de l'okara. Si on choisi la seconde option, procéder comme ci-dessus.

Nota : Plus on laisse décanter longtemps, plus la seconde phase sera solide et on aura d'autant moins de mal à l'essorer.
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 20 octobre 2013

Cheesecake butternut-caroube

Ca y est, pour mon plus grand plaisir nous sommes maintenant véritablement entrés dans la saison des courges. A nous potiron, potimarron, pâtisson, courge spaghetti et autres cucurbitacées. Quand il fait gris le soir, rien ne vaut un bon velouté de potiron pour se réconforter non? J'avoue que c'est souvent ainsi que finissent mes courges, en alternance avec l'inévitable gratin... Alors lorsque j'ai vu que le thème des culino versions était ce mois-ci le cheesecake et que ma courge butternut me tendait les bras, je me suis dit : et pourquoi pas un cheesecake pour changer un peu? Avec un peu de caroube en prime, pour accompagner le coté sucré de cette courge à la saveur si douce.... Parfait pour un diner cocoon.


Pour 2 personnes :
Pour la croûte :
  • 4 c. à s. de son d'avoine
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 1,5 c. à s. de poudre de caroube
  • 1 pincée de sel
  • lait végétal

Pour la garniture :
  • 150 g de purée de courge butternut
  • 1 pincée de sel
  • 200 g de tofu soyeux
  • 1 c. à s. de poudre de caroube
Préchauffer le four th 6 (180°C).
Préparer le socle des cheesecakes : Dans un petit saladier, mélanger le son d'avoine, la poudre de caroube et le sel. Ajouter l'huile d'olive et mélanger du bout des doigts pour former un sable. Si la texture est trop sèche, ajuster avec un peu de lait végétal.
Placer deux cercles à pâtisserie sur une tôle recouverte de papier anti-adhésif et répartir le mélange au fond en tassant bien.
Réserver.
Préparer la garniture : Mixer soigneusement le tofu soyeux et l'incorporer à la purée de butternut. Ajouter la poudre de caroube, saler et mélanger à nouveau. Répartir la préparation dans les cercles.
Enfourner pour une vingtaine de minutes. Sortir du four et saupoudrer de caroube.
Déguster chaud, tiède ou froid.

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 17 octobre 2013

Petites crèmes safranées au parfum d'amande orangé

Ca y est, on est vraiment entré dans l'automne, et avec lui l'envie de petites douceurs réconfortantes aux saveurs chaudes et aux textures fondantes... Pour cela, rien ne vaut de petites crèmes toutes douces comme celles-ci, à base de lait d'amande et délicatement parfumées au safran et à l'orange. Directement inspirées de mes amaretti au safran et à l'orange, pour lesquels j'avais déjà pu apprécié le trio amande-orange-safran, ces petites crèmes font un dessert tout prêt, parfait pour les jours de semaine. En plus, comme elles sont encore meilleures le lendemain, on peut sans problème les préparer la veille au soir pour leur laisser le temps de développer pleinement leur potentiel.

Pour 6 petites crèmes :
  • 500 ml de lait d'amandes
  • 1 bonne c. à s. de fécule
  • 3 bonnes c. à s. de sirop d'agave
  • 1 belle pincée de pistils de safran
  • zeste d'1 orange


Prélever les zeste de l'orange et les enfermer dans une mousseline.
Faire chauffer le lait d'amandes et y mettre à infuser les pistils de safran et les zestes d'orange. Laisser les arômes se développer environ 1h.
Retirer les zestes d'orange et incorporer le sirop d'agave dans le lait safrané.
Délayer la fécule dans un petit peu de lait et mélanger avec le reste de lait safrané.
Placer sur feu moyen-doux et faire épaissir la préparation en remuant constamment. Le mélange doit être épais : la cuillère doit laisser une trace.
Verser la crème dans de petits pots en verre et laisser refroidir avant de placer au frais au minimum 1 nuit. Plus elles attendent, meilleures sont les crèmes, car les arômes de safran seront plus développés.

Cette recette participe au défi cuisine Safran
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 13 octobre 2013

Granola salé

Ce n'est pas un scoop, j'aime créer des recettes de cuisine, tester des associations de saveurs inédites, jouer avec les textures. J'aime mettre un peu de piquant dans mon assiette, essayer de nouvelles associations et surtout rompre avec la monotonie, déguster des fruits en plats principal et des légumes en dessert. En un mot, j'aime surprendre et être surprise.
Pour ce faire, j'adore détourner des classiques "sucrés" en plat salés (et vice-versa). C'est dans cet esprit que j'ai tenté ce granola salé. En gardant la même base que pour la classique version sucrée, on agrémente d'épices et de tomates séchées pour un résultat pas mal du tout.
A ajouter au dernier moment pour donner une petite touche croquante à des salades toutes bêtes ou pour remplacer les croûtons dans la soupe. J'aime bien aussi le déguster tel quel au petit déjeuner, mais c'est à réserver aux amateurs de salé pour ce premier repas de la journée!!

 
 
Pour un petit pot :
  • 200 g de flocons de céréales mélangés
  • 2 c. à s. de purée de tomate
  • 6 tomates séchées
  • 2 c. à c. de graines de cumin
  • 1 c. à c. d'herbes de Provence
  • 1 c. à c. d'origan
Réhydrater les tomates séchées dans un petit peu d'eau bouillante une quinzaine de minutes.
Dans un grand saladier, mélanger les flocons de céréales, les graines de cumin, les herbes de Provence et l'origan.
Délayer la purée de tomates dans un peu d'eau de trempage des tomates séchées et verser sur le mélange sec. Bien remuer pour humidifier l'ensemble des flocons : des amas de céréales doivent se former.
Faire chauffer une (vieille) poêle, y verser le mélange et faire griller en remuant régulièrement. Lorsque les morceaux de granola sont bien secs et grillés, retirer du feu et ajouter les tomates séchées coupées en petits dés.
Attendre le complet refroidissement avant de le placer dans une boite en fer ou un bocal en verre (surtout pas de plastique, sinon il ramollirai).
 

Par manque de temps, je l'ai réalisé à la poêle mais on peut aussi le faire rôtir dans le four (sous le grill du four, th 4-5 ou alors dans le fond du four utilisé par une autre préparation -plus économique en énergie-).
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 6 octobre 2013

Salade chinoise aux algues lacto-fermentées

Même si la semaine dernière j'ai trouvé par terre mon premier marron, l'automne ne se fait pas encore vraiment sentir. Pourtant, on sent que l'on s'achemine doucement vers la fin des beaux jours. Les jours se raccourcissent, le soleil se fait moins brulant... tout ce que j'aime dans l'été indien, cet entre-deux si particulier. A cette époque de l'année, j'aime déguster de petits plats qui sont eux-mêmes porteur de cette tension entre la chaleur de l'été et la douceur de l'automne. Cette petite salade, à réaliser avec les premières carottes d'hiver réussi le pari d'être à la fois fraiche et réconfortante, juste ce qu'il me faut en ce moment....

Pour 2-3 personnes :
  • 1 boîte de pousses de haricots mungo en conserve
  • 1/2 boite de petits épis de mais en conserve
  • 3 petites carottes
  • 2 c. à s. d'algues lacto-fermentée Le Sojami
  • 2 c. à s. d'assaisonnement japonais
  • 1 petite c. à s. de sauce soja salée
  • 1 c. à s. d'huile de sésame
  • 1 c. à s. de nuoc-mâm (facultatif)
Egoutter les pousses de haricots mungo en réservant le liquide de conservation.
Peler les carottes, les râper grossièrement ou mieux, les couper en filaments très fins.
Egoutter les épis de maïs, les couper en deux dans la largeur puis encore en deux dans la longueur, suivant leur taille.
Rincer brièvement les algues lacto-fermentées.
Dans un saladier, mêler l'ensemble des légumes.
Préparer la sauce dans un petit bol : mélanger l'assaisonnement japonais, la sauce soja, 2 c. à s. de liquide des pousses de haricots, l'huile de sésame et le nuoc-mâm le cas échéant. Goûter et ajuster à votre goût en rajoutant plus ou moins de sauce soja, d'assaisonnement japonais ou de nuoc-mâm.
Verser la sauce sur les légumes et bien mélanger.
Laisser reposer au frais au moins 1 h au frais, pour que les saveurs se mêlent.
Servir bien frais.


Recette réalisée dans le cadre de mon partenariat avec Le Sojami

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 3 octobre 2013

Falafels (cuisson au four)

Voilà quelques temps déjà que fleurissent sur la blogsphère des recettes de falafels, ce qui n'a pas manqué de me mettre l'eau à la bouche. Cette spécialité libanaise m'avait toujours paru extrêmement difficile et compliquée, mais en fait pas du tout! C'est même tout le contraire, puisqu'il faut finalement que très peu d'ingrédients, et aucune épice très étrange (et quasi introuvable) pour obtenir un authentique goût libanais.
Pour ma version, je me suis (fortement) inspirée de celle de Bernard, en suivant son conseil : ne pas choisir des pois chiche en boîte mais utiliser des pois chiche secs réhydratés et bien séchés. Ainsi, pas besoin d'ajouter quoi que ce soit pour avoir une pâte qui se tienne. En vérité, tout le secret est dans le "mixage" des pois chiche : il faut vraiment mixer longuement. Avec mon petit mixer, j'ai d'ailleurs du m'y reprendre à plusieurs fois; ne pas hésiter donc à procéder par petites quantités.
Pour éviter de passer par la case friture, et que le four était allumé pour autre chose j'ai tenté la cuisson au four, et malgré mon appréhension, les falafels ne sont absolument pas secs : tout le plaisir, sans l'odeur (et les mauvaises graisses)!
Parfaits servis arrosés de tahin détendu d'un peu d'eau, avec un peu de taboulé libanais....

Pour une dizaine de falafels :
  • 100 g de pois chiche secs
  • 1 gousse d'ail
  • 1 petit oignon rouge
  • 5-6 brins de persil plat
  • 5-6 brins de coriandre
  • 1 pincée de sel
  • 2-3 tours de moulin à poivre
  • 1 c. à c. de graines de cumin
  • 1 c. à c. de graines de fenouil

La veille, mettre les pois chiche à tremper dans de l'eau froide.
Le lendemain, bien égoutter les pois chiche qui auront doublé de volume et les sécher soigneusement dans un torchon.
Laver les herbes, les équeuter et les sécher tout aussi soigneusement.
Eplucher, dégermer et hacher la gousse d'ail. Eplucher et hacher l'oignon.
Placer les pois chiche dans le bol du mixer et mixer longuement par à-coup jusqu'à obtenir une masse qui s'amalgame facilement entre vos mains. Ajouter les graines de cumin et de fenouil et redonner un dernier coup de mixer.
Ciseler les herbes et les ajouter au mélange avec l'ail et l'oignon haché. Saler, poivrer et bien mélanger pour tout amalgamer. *
Prélever une cuillère à soupe du mélange et la tasser dans vos mains pour former une petite boulette aplatie. La déposer sur une plaque de cuisson recouverte d'une feuille anti-adhésive. Continuer ainsi pour le reste de la pâte. Si les boulettes sont trop friables, c'est que vous n'avez pas assez mixé, il suffit de remettre dans le bol du mixer et redonner quelques tours de lame.
Allumer le four th 7 et placer les falafels au frais pendant qu'il préchauffe.
Badigeonner le falafels d'un peu d'huile et enfourner pour 10 minutes en surveillant puis retourner les falafels et réenfourner 10 minutes. Si vous trouver que ces derniers ne sont pas assez grillés, les remettre quelques instants sous le grill du four.

* On peut aussi mettre directement tous les ingrédients ensemble dans le bol du mixer pour aller plus vite!

L'un des avantages de falafels est qu'ils peuvent se consommer aussi bien chauds que froids et qu'il est très facile de les réchauffer à four doux, recouvert de papier aluminium pour éviter qu'ils ne se dessèchent (ne compter pas sur moi pour des conseils de réchauffage au micro-ondes, je n'en possède pas!).
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 1 octobre 2013

Pâtes de fruits à la tomate verte vanillée

Ne possédant pas de jardin potager, mon grand regret a été pendant longtemps de ne pas pouvoir goûter la fameuse confiture à la tomate verte. Mais depuis quelques années, entre début septembre et mi-octobre, l'une de mes maraîchères favorites propose des tomates vertes. Après avoir enfin testé la confiture à tomate verte, je me suis lancée dans des réalisations un peu plus audacieuses (je vous donnerais un jour peut-être ma recette de tarte -salée- à la tomate verte). Comme cette année nous n'avons pas vraiment été gâté pour les fruits à noyau type mirabelles ou abricots, je n'ai pas pu réaliser mon habituelle provision de pâte de fruits. C'est chose faite avec ces petites douceurs à la tomate verte, dont le goût délicat est à peine rehaussé par une pointe de vanille.


Pour une vingtaine de pâte de fruits :
  • 500 g de tomates vertes
  • 350 g de sucre en poudre + sucre pour enrober
  • 1 gousse de vanille
  • 1 pointe d'agar-agar

Bien laver les tomates vertes, les couper en quartier sans les épépiner. Recouper les tomates en petits morceaux et les mettre dans une casserole avec le sucre et la gousse de vanille fendue.
Porter à ébullition et faire cuire environ 20 minutes jusqu'à ce que les tomates soient bien tendres. Retirer la gousse de vanille.
Passer les tomates avec le jus qu'elles ont rendu au moulin à légumes (surtout pas au mixer car le moulin à légumes permet d'éliminer la peau et les pépins).
Remettre la préparation sur feu doux dans une casserole en cuivre et porter de nouveau à ébullition. Laisser épaissir en remuant quasi constamment jusqu'à ce que la préparation soit devenue très épaisse et se détache des parois de la casserole.
Saupoudrer alors d'agar-agar et laisser encore bouillir 2 minutes en remuant vivement.
Verser dans un petit moule rectangulaire recouvert de papier sulfurisé (un couvercle de terrine ou même une boîte en plastique conviennent tout à fait). Laisser prendre toute une nuit.
Couper la masse de pâte en carrés ou rectangles de taille égale et les rouler dans un peu de sucre.

Ces pâtes de fruits se conservent longtemps enfermées dans une boîte hermétique. Pour être sûr de garder toute leur fraicheur, placer la boîte au frais.
Rendez-vous sur Hellocoton !