lundi 31 décembre 2012

Graham crackers revisités


Les Graham crackers sont une institution aux Etats-Unis, où ils entrent notamment dans le composition du célèbre cheesecake. Enfin, selon certains, car selon d'autres, ce sont les digestives biscuits qui constituent la base de ce légendaire gâteau. Pour ménager la chèvre et le chou, j'ai mélangé les deux recettes pour ces graham crackers revisités. N'ayant jamais mangé de véritables graham crackers (pas plus que de digestive biscuits d'ailleurs) je ne sais pas si ils ont un goût authentique, mais en tout cas, ils sont délicieux.... et parfaits pour réaliser ce fameux cheesecake (recette à venir très bientôt).


  • 160 g de farine T 65
  • 60 g de flocons d'avoine
  • 1/2 c. à c. de cannelle
  • 1/4 c. à c. de levure chimique
  • 1/4 c. à c. de sel
  • 4 c. à s. de sirop d'agave
  • 1 c. à c. d'extrait de vanille
  • 1 c. à s. d'huile
Mixer grossièrement les flocons d'avoine pour obtenir une chapelure grossière.  Mélanger dans un saladier avec la farine, la cannelle, le sel et la levure chimique.
Dans un bol, mélanger tous les ingrédients liquides: le sirop d'agave, l'extrait de vanille et l'huile. Verser dans le mélange sec et assembler pour former une boule (ajouter éventuellement un peu d'eau).
Préchauffer le four à 210°C (th 7).
Étaler la pâte finement sur le plan de travail fariné et découper les biscuits à l'emporte-pièce.
Les poser sur une plaque à pâtisserie préalablement recouverte d'une feuille de silicone ou de papier sulfurisé. Piquer régulièrement les biscuits avec une fourchette.
Glisser dans le four et faire cuire 12 à 15 min.
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 30 décembre 2012

Marrons glacés

C'est tout d'abord le prix devenu exorbitant de ces petites gâteries qui m'a poussée à tenter de les réaliser par moi-même. Après plusieurs essais plus ou moins infructueux, et de longues heures de recherches sur le net,  je crois enfin tenir la recette des marrons glacés bien fondants et vanillés. La marche à suivre n'est pas si compliquée, mais elle demande surtout beaucoup de patience et de rigueur.


Quelques petits conseils donc avant de commencer. Tout d'abord, pour se simplifier la vie et éviter de casser les marrons, les placer dans un panier. Cette année, j'ai utilisé ma friteuse et son panier (sachant que cette dernière n'a absolument jamais servi à faire des frites, pas trop de problème pour la nettoyer...) mais les années passées j'avais pris ma cocotte minute. Le problème est que la cocotte en question est mobilisée pour une semaine minimum et vu l'usage intensif que j'en fais, se passer de cocotte minute une semaine se révèle très difficile. 
De même, toujours pour me simplifier la vie, je choisis des marrons en conserve déjà pelés : moins de risque de casse et exit la corvée d'épluchage. Si vous souhaitez utiliser des marrons crus, les faire blanchir quelques minutes pour pouvoir les éplucher puis les faire cuire environ 15 minutes à l'eau bouillante : ils doivent rester assez fermes pour ne pas se désarceler lors du confisage.
Conclusion: les marrons glacés, ça se mérite !!!!!

  Pour 500 g de marrons glacés :
  • 500 g de marrons pelés en conserve
  • 3/4 de litre d'eau
  • 500 g de sucre
  • 2 sachets de sucre vanillé
  • 1 gousse de vanille

Mélanger l'eau, les sucres et la gousse de vanille dans un grand faitout large. Porter à ébullition et laisser bouillir 5 min. Placer les marrons dans un panier et les plonger dans le sirop bouillant. Réduire le feu au maximum et laisser cuire 5 min. Éteindre le feu et laisser reposer les marrons dans le sirop 24h.


 


Le lendemain, sortir les marrons du sirop, le remettre à chauffer et quand il bout , y réintroduire les marrons, baisser le feu et laisser cuire 5 min. Éteindre et laisser reposer 24 h. Renouveler cette opération au moins 6 fois en tout.
 Le dernier jour, après avoir retirer les marrons du sirop, retirer la gousse de vanille et prélever 3 bonne cuillères à soupe de celui-ci dans un bol. Ajouter du sucre glace pour former un glaçage qui nappe la cuillère.


Plonger les marrons un par un dans le glaçage à l'aide d'une fourchette (sans les piquer cependant) et les faire sécher sur une grille avant de les envelopper.







Les marrons se conservent dans un papier spécial qui les empêche de se dessécher. Pour l'instant j'utilise des papiers de récupération mais si quelqu'un sait où l'on peut trouver un tel papier, n'hésitez pas à me le faire savoir...

Dernier petit truc : si vos marrons se sont un peu desséchés, les passer quelques minutes à la vapeur d'une casserole d'eau bouillante avant de les servir pour leur faire retrouver tout leur moelleux.

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 29 décembre 2012

Minis Banana bread au son

ou comment utiliser les bananes qui pourrissent dans le réfrigérateur.

Je me retrouve souvent avec des bananes trop mûres dans mon panier à fruits et comme je ne supporte pas de jeter de la nourriture, je suis toujours à la recherche de recettes permettant de les utiliser. Ce n'est pas la première recette de banana bread que j'essaie mais je dois dire que je suis assez contente de celle-ci. Je me suis inspirée de la recette de banana bread du blog Chocolate covered Katie (en anglais), en l'arrangeant à ma sauce. Le résultat: bien que sans matière grasse, donc parfait pour un petit déjeuner ou un goûter sain, ces muffins sont moelleux et légers grâce au son d'avoine, avec un délicieux arrière-goût de cannelle. J'ai réalisé deux versions: une assez traditionnelle aux cranberries séchées et une autre plus aventureuse aux graines de grenade fraîche, qui apportent une note de fraîcheur et de croquant surprenante.



Pour 16 muffins:
  • 1 tasse de farine T65
  • 1/2 tasse de son d'avoine
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 1/2 c. à c. bombée de cannelle
  • 1/2 c. à c. de sel
  • 1/3 de tasse de lait au choix (pour moi, lait d'amandes)
  • 1/2 tasse de sirop d'agave ou de sirop d'érable (un peu moins en ce cas)
  • 1 tasse 2/3 de banane réduite en purée grossière (environ 6 petites bananes)
  • cranberries séchées ou graines de grenade
NB: Comme tasse j'ai utilisé un quart de scout (donc contenu de 125 ml)

Préchauffer le four à 210°C (th 7). Si vous utilisez des cranberries, les placer dans un bol d'eau chaude pour les réhydrater.
Mélanger dans un saladier la farine, le son d'avoine, le sel, la levure et la cannelle.
Dans un autre récipient réunissez tous les ingrédients liquides: la purée de banane, le lait et le sirop d'agave. Verser le liquide dans les ingrédients secs et mélanger bien.
Ajouter les cranberries égouttées ou les graines de grenade.
Répartir dans des moules à muffins et faire cuire 20 bonnes minutes. Laisser refroidir dans le four éteint. Ne pas hésiter à couvrir si les muffins dorent trop vite.

Ces muffins se congèlent très bien pour des petits déjeuners express et gourmands...

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 27 décembre 2012

Etoiles aux noisettes

Pour continuer sur ma lignée bredele de Noël, cette recette de petits sablés à la saveur de noisette bien prononcée.


  • 50 g de noisettes décortiquées
  • 210 g de farine
  • 100 g de purée de noisettes
  • 1 œuf (facultatif)
  • 100 g de sucre en poudre
  • 1 c à c de levure chimique
Étaler les noisettes sur une plaque à pâtisserie ou un plat allant au four et les faire torréfier sous le grill du four 5 min en surveillant bien. Laisser refroidir.
Frotter les noisettes entre vos deux mains pour enlever la peau. Réduire les noisettes en poudre au mixer. Il faut qu'elles soient froides sinon vous obtiendrez une espèce de pâte.
Mélanger la farine, le sucre, le levure et la poudre de noisette. Ajouter la purée de noisettes et l’œuf, mélanger pour former une boule. Réserver la pâte au frais enveloppée dans un torchon 1 heure.
Préchauffer le four th 6-7 (180°C).
Étaler la pâte sur une épaisseur de 0,3 mm environ et découper des étoiles à l'aide d'un emporte pièce. Déposer au fur et à mesure sur une plaque recouverte d'une feuille de silicone et enfourner pour 10-12 min en surveillant.
Laisser refroidir sur une grille.

Variante: On peut changer les fruits secs en remplaçant par des amandes ou des noix et en adaptant la purée d'oléagineux en conséquence.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 26 décembre 2012

Bûche mousseuse mangue-chocolat

Depuis que notre pâtissier préféré a fermé, trouver une bûche qui satisfasse nos (hautes) exigences est devenu de plus en plus difficile... C'est pourquoi, comme on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, depuis plusieurs années déjà ma sœur et moi mettons la main à la pâte. 
Cette année, nous avons opté pour une bûche alliant une base biscuitée à l'amande et une couche de bavarois à la mangue enfermée entre deux étages de mousse au chocolat amer, le tout recouvert d'un glaçage à la mangue. Rien de bien compliqué mais un résultat qui en jette. Cela ne demande qu'un peu de temps et d'organisation, avec un moment d'angoisse lors du démoulage (tiendra ? tiendra pas ?).
Je vous livre donc la recette, réalisée en collaboration avec ma sœur dont la mousse au chocolat est l'une des spécialités.
PS: Ne vous découragez pas devant la longueur de la recette, c'est vraiment très simple (si si je vous assure, tout est une question d'ORGANISATION).


Pour 8 personnes environ :
Pour la base biscuitée à l'amande :
  • 2 œufs
  • 50 g de poudre d'amandes
  • 1 c. à s. de sucre roux
  • 1 c. à c.  de maïzena
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à c. d'arôme amandes amères
  • 35 g d'amandes entières non mondées
Pour le bavarois à la mangue et le glaçage :
  • 3 g + 2 g de gélatine en feuille
  • 1 grosse mangue
  • 2 c. à s. de fromage blanc (ou de tofu soyeux pour une version vegan)
  • 1 blanc d’œuf
Pour la mousse au chocolat :
  • 6 œufs
  • 200 g de chocolat à 70 %
  • 3 g de gélatine en feuille
La veille:
Commencer par préparer la mousse : Mettre la gélatine à tremper dans un bol d'eau froide. Faire fondre le chocolat avec 3 c. à s. d'eau sur feu doux, incorporer la gélatine essorée en remuant bien pour la dissoudre complètement. Ajouter les jaunes d’œufs les uns après les autres en remuant vivement entre chaque jaune.
Battre les blancs en neige bien ferme. En incorporer 1/3 vivement à la spatule puis les 2/3 restants délicatement à la maryse.
Tapisser un moule à cake ou une terrine de film alimentaire (pour faciliter le démoulage) en faisant bien attention à ce qu'il aille jusqu'en haut du moule.
Verser un peu plus de la moitié de la mousse et lisser la surface. Faire prendre au congélateur 30 min. Réserver le reste de la mousse.

Préparer le bavarois à la mangue : Mettre 3 g de gélatine à tremper dans un bol d'eau froide. Eplucher la mangue et couper la chair en morceaux. Mixer finement pour obtenir une "purée" sans morceaux. Réserver la moitié de la pulpe pour le glaçage. Faire chauffer l'autre moitié de la pulpe de mangue quelques instants sur feu doux et incorporer la gélatine essorée en remuant bien pour la dissoudre complètement. Ajouter le fromage blanc et bien mélanger.
Battre le blanc en neige ferme et l'incorporer délicatement à la préparation précédente.
Sortir la bûche du congélateur, verser le bavarois à la mangue et lisser pour égaliser la surface. Remettre au froid le temps que le bavarois se fige (environ 30 min). Ajouter alors le reste de mousse au chocolat : elle peut avoir un peu pris, à ce moment-là, la mélanger un peu pour l'assouplir.
Placer au réfrigérateur jusqu'au lendemain.

Préparer la base biscuitée : Préchauffer le four à 180°C. Hacher très grossièrement les amandes entières non mondées. Réserver.
Battre les jaunes d’œufs avec le sucre jusqu'à ce qu'ils blanchissent et moussent. Parallèlement, mélanger ensemble la poudre d'amandes, la maïzena, la levure chimique, une pincée de sel. Ajouter ce mélange aux jaunes en pluie, puis l'arôme d'amandes amères. Fouetter.
Battre les blancs en neige ferme avec une pincée de sel. Les incorporer en deux temps à la préparation : 1/3 énergiquement à la spatule pour assouplir, puis les 2/3 restants très délicatement, à la maryse, en soulevant bien la pâte. Ajouter les amandes hachées et mélanger délicatement, sans insister.
Verser sur une plaque recouverte d'une feuille de silicone ou de papier sulfurisé sur 1,5 cm d'épaisseur. Enfourner 10-15 minutes à 180°C, le biscuit doit être bien doré. Réserver jusqu'au lendemain.
Préparer le glaçage : Mettre les 2 g de gélatine restants dans un bol d'eau froide. Faire chauffer le reste de pulpe de mangue et y incorporer la gélatine essorée en remuant bien pour la dissoudre (éventuellement passer un coup de mixer). Laisser refroidir et réserver au frais.
Le matin du jour j, il ne reste plus qu'à parer la bûche.
Faire chauffer légèrement le glaçage préparé la veille pour le liquéfier un peu. Sortir la bûche du réfrigérateur, découper un rectangle de base biscuitée de la taille de la bûche et le poser sur le dessus en appuyant un peu pour faire adhérer.
Poser le plat de service à l'envers sur le moule de la bûche, retourner d'un coup sec et attendre quelques instants que la bûche descende sur le plat. Normalement, grâce au film alimentaire, il n'y a pas de problème. Si cependant la bûche reste coincée dans le moule, introduire un peu d'air entre le moule et le film alimentaire à l'aide d'un couteau.
Retirer le moule et enlever le film alimentaire.
A l'aide d'un couteau à beurre, étaler le glaçage en couche uniforme sur le dessus et les côtés de la bûche. Remettre le gâteau au frais.

Juste avant le repas
Fignoler le glaçage, nettoyer le plat de service avec un papier absorbant humide. Découper des étoiles ou autres formes dans les chutes de la base biscuitée et s'en servir pour décorer les côtés de la bûche (et éventuellement cacher les défaut du glaçage). Tenir au frais jusqu'au moment de servir.
 PS : Avec cette recette, je participe au concours concours blogchef n°3 sur les buches de Noël, pour tenter de gagner un bon d'achat chez leur sponsor Sweetly cakes, spécialiste des accessoires et ustensiles de cuisine décorative.
Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 22 décembre 2012

Bredele à l'anis

Ces petits biscuits à l'anis font partie de mes gourmandises de Noël préférées: pour moi leur saveur est indiscutablement liée à l'atmosphère de Noël. Bien qu'un peu techniques, le jeu en vaut la chandelle. Le secret: battre longuement (au moins 15 min ) les œufs et sucre, le temps d'une petite conversation ou de lire le chapitre d'un bon roman...



  • 100 g de sucre en poudre
  • 150 g de farine
  • 2 œufs
  • 1 bonne c. à s. de grains d'anis vert


Casser les œufs  dans un saladier, ajouter le sucre et battre au fouet pendant 15 à 20 min.
Incorporer délicatement la farine et les grains d'anis à l'aide d'une maryse, la pâte doit être aérée et se tenir un peu en même temps.






Verser la préparation dans une poche à douille munie d'un embout rond.
Sur des plaques à pâtisserie recouverte d'une feuille de silicone ou de papier sulfurisé, dresser des petits ronds de 3cm de diamètre environ. Pour éviter les becs, bien positionner l'embout de la poche au ras de la plaque (comme pour les macarons).
Laisser croûter une nuit.

Le lendemain, préchauffer le four th 6 (180°C). Enfourner les plaques pour 10 min. Laisser refroidir avant de décoller de la feuille de silicone.

Ces biscuits se conservent très bien et sont tout aussi bons durs trempés dans un chocolat chaud au lait d'amande (une année, j'en ai retrouvé dans une boite trois mois après Noël et c'est ainsi que je les ai fini...)




Avec cette recette je participe (in extremis) au concours de cuisine "ma recette de cuisine ou de cookies préférée" (http://www.lacuisinedejuliat.com/article-concours-ma-recette-de-biscuits-ou-cookies-preferee-en-partenariat-avec-robin-hood)




Rejoignez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/cuillereetsaladier?ref=hl
Rendez-vous sur Hellocoton !

Chocolats fourrés

Voici déjà quelques années que pour Noël, je n'achète plus de chocolats, je les fait moi-même. Jusqu'ici je m'étais cantonnée aux truffes et mendiants et autres orangettes mais cette année, j'ai voulu aller plus loin et réaliser mes propres chocolats fourrés. D'autant plus que je viens d'acheter des plaques de moules en silicone pour mignardises, parfaits pour cet usage.
Je vous propose donc deux variantes: des chocolats fourrés au pralin au noix et d'autres renfermant une ganache croustillante. La marche à suivre est toujours la même, c'est juste la garniture qui change.
NB: Personnellement, je ne tempère pas mon chocolat (par pure flemme je l'avoue) et mes confiseries ont toujours été bien brillantes et n'ont jamais viré au blanc... Mais pour les puristes, vous trouverez toutes les indications ici ou .


Pour la couverture:
  • Chocolat noir de qualité à 70%
Pour la garniture au pralin:
  • 100 g de pralin aux noix en poudre (recette ici)
  • 2 à 3 c. à s. de chocolat noir fondu
Pour la ganache croustillante:
  • 100 g de lait concentré non sucré
  • 100 g de chocolat à 70%
  • Gaufrettes natures
Commencer par réaliser les coques:  hacher le chocolat et le faire fondre au bain-marie. Quand il est bien liquide (ou après tempérage) badigeonner les moules bien propres de chocolat fondu à l'aide d'un pinceau. Placer les moules bien droits au congélateur pour une trentaine de minutes : le chocolat doit être bien dur.
Selon l'épaisseur souhaitée de la coque, renouveler ou pas l'opération.
Pour la garniture au pralin: Mixer le pralin pour obtenir une pâte granuleuse puis ajouter deux à trois cuillères à soupe de chocolat fondu (prélevé sur le chocolat qui a servi pour les coques).
Pour la ganache croustillante: Écraser les gaufrettes au rouleau à pâtisserie pour obtenir une poudre grossière. Hacher le chocolat. Faire chauffer le lait concentré. Quand il bout, éteindre le feu et jeter le chocolat haché, attendre quelques instants avant de mélanger pour bien homogénéiser. Ajouter la poudre de gaufrettes.
Sortir les coques du congélateur et les garnir à l'aide d'une cuillère à café. Replacer au froid pour 30 minutes: là encore, l'objectif est de durcir l'appareil. Attention à placer les chocolats bien à plat, pour avoir une surface bien plane.
Refaire chauffer le reste de chocolat fondu des coques au bain-marie. Sortir les chocolats du congélateur, égaliser éventuellement la ganache à l'aide d'un couteau pour avoir une surface bien lisse. Recouvrir de chocolat fondu et lisser. Le chocolat se fige presque instantanément.
Replacer les chocolats au froid et attendre qu'ils soient bien durs avant de les démouler.

Avec le reste de ganache que j'ai fait durcir, j'ai réalisé ces truffes.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Confiture citron-kiwi

Le citron et moi, c'est une grande histoire d'amour, j'adore tout ce qui est acide. Avec cette confiture citron-kiwi, on allie l'acidité du citron à l'exotisme du kiwi, un must à faire et à refaire.


Pour 2 pots :
  • 5 citrons non traités
  • 5 kiwis
  • 500 g de sucre
Peler les kiwis et les couper en petits dés.
Rincer les citrons, les couper en fines tranches et éventuellement les recouper en deux.
Placer les fruits et le sucre dans une casserole à fond épais (de préférence en cuivre), porter  à ébullition sur feu doux et laisser confire une trentaine de minute en remuant régulièrement.
Ébouillanter les pots et les placer retournés sur un linge. Lorsque la confiture est cuite, remplir les pots et laisser refroidir avant de fermer.
Astuce: Pour vérifier si la confiture est cuite, "le test de l'assiette" qui me vient de ma grand-mère : dès que la confiture arrive à ébullition, placer une assiette au froid. Quand vous pensez qu'elle est cuite, verser quelques gouttes de confiture sur l'assiette bien froide et l'incliner: si la confiture coule très vite, poursuivre la cuisson, si elle se fige légèrement, elle est à point.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 18 décembre 2012

Gratin d'aubergines alla parmigiana

Quand il fait froid dehors, rien de mieux qu'un bon gratin d'aubergines bien chaud pour se réconforter. Certes, la préparation est un peu longue, mais comme réchauffé, il n'en est que meilleur...
 
Pour 4 personnes :
  • 1 aubergine
  • 4 belles tomates (ou 1 boite de tomates pelées au jus)
  • 1 feuille de sauge
  • 2 branches de thym
  • 1 boule de mozzarella
  • 1 petit morceau de parmesan
Couper l'aubergine en tranches dans le sens de la longueur et les faire griller sur un grill anti-adhésif.
Couper les tomates en gros morceaux. Les placer dans une casserole avec la feuille de sauge et les branches de thym, saler légèrement et faire mijoter à feu doux une trentaine de minutes. Une fois les tomates bien compotées, enlever les herbes.
Couper la mozzarella en tranches, râper le parmesan.
Tapisser le fond d'un plat à four haut à couvercle de lamelles d'aubergine grillées. Recouvrir d'une couche de tomates, saupoudrer de parmesan râpé. Remettre une couche d'aubergines, une couche de tomates et recouvrir de mozzarella. Alterner ainsi les différentes couches jusqu'à épuisement des aubergines. Terminer par une couche de tomates et saupoudrer généreusement de parmesan.
Fermer le couvercle et enfourner à four th 6-7 pour une heure minimum. Ne pas hésiter à placer une plaque ou un récipient en dessous du plat car il arrive qu'il déborde un peu. En fin de cuisson, enlever le couvercle et passer quelques minutes sous le grill du four.

Ce plat est encore meilleur réchauffé, préparé la veille pour le lendemain.

Rejoignez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/cuillereetsaladier?ref=hl
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 17 décembre 2012

Pralin aux noix

Pour m'avancer dans ma préparation des chocolats de Noël, j'ai voulu faire mon pralin...mais...mais, pas d'amandes ni de noisettes à la maison. Qu'à cela ne tienne, sur l'étagère, un sac entier de noix me tendait les bras.
Au bout du compte, un pralin certes peu catholique mais fort apprécié: je m'en suis servi dans mes chocolats de Noël et il a convaincu même ceux qui n'aiment pas le praliné.


  • 200 gr de cerneaux de noix
  • 200 gr de sucre
  • 1 c. à s. de vinaigre
Mettre dans une poêle à fond épais le sucre et le vinaigre et faire fondre sur feu vif. Mélanger avec une cuillère en bois préalablement huilée jusqu'à obtenir un caramel.
Jeter les cerneaux de noix dans le caramel, donner encore quelques bouillons en mélangeant pour bien enrober les noix.
Verser sur une feuille de silicone posée sur une surface froide, dans l'idéal un marbre mais une planche en bois mise quelques minutes au congélateur marche aussi. L'intérêt de la feuille de silicone est de permettre un décollage sans souci.
Une fois le caramel bien refroidi (une à deux heures après, voir carrément le lendemain), découper en gros morceaux. Les placer dans le bol du mixer et mixer pour obtenir une poudre. Pour éviter la surchauffe, il vaut mieux procéder par petites quantités et faire des pauses régulières.
Personnellement je trouve plus pratique de conserver mon pralin en poudre, mais certains le préfèrent en pâte. Il suffit alors de mixer plus longuement, toujours en faisant de pauses.
Mettre le pralin dans un bocal hermétique et conserver au réfrigérateur jusqu'à utilisation.
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 16 décembre 2012

Petits sablés à l'orange et au son

Il est de tradition dans notre famille d'offrir à tous nos proches un sachet de petites douceurs de Noël. A l'approche des fêtes, la cuisine se transforme en véritable usine à gâteaux, chocolats et autres confiseries.
D'où l'idée, avec le reste de sirop provenant des écorces d'oranges confites, de réaliser ces petits sablés délicatement parfumés à l'orange, bricolés à partir de ma recette de sablés de base.

  • 200 g de farine T 65
  • 80 g de son d'avoine
  • 10 cl de sirop de sucre parfumé à l'orange
  • 2 c. à s. de sucre roux
  • 25 g de beurre
  • 1 œuf battu (facultatif)
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • le zeste d'une orange non traitée (env. 2 c. à s.)

Faire légèrement chauffer le sirop pour le liquéfier (ajouter éventuellement une cuillère à soupe d'eau).
Mélanger la farine, le son, le sucre, le sel et la levure dans un grand saladier. Râper finement le zeste de l'orange et incorporer au mélange précédent.
Ajouter le beurre coupé en petits morceaux et mélanger du bout des doigts pour l'incorporer.
Une fois la pâte bien sablée, verser le sirop, mélanger grossièrement et ajouter l’œuf battu.
Travailler rapidement la pâte pour former une boule (ajouter éventuellement un peu d'eau).


   Envelopper la pâte dans un torchon propre ou un sac de congélation et placer au réfrigérateur pour une heure environ.










Passé ce temps, préchauffer le four th 7-8. Sortir la pâte du réfrigérateur et l'étendre au rouleau sur une épaisseur de 0,3 cm. Découper à l'emporte pièce.
Placer les biscuits sur une plaque de cuisson recouverte d'une feuille de silicone ou à défaut de papier sulfurisé. Enfourner pour une dizaine de minutes en surveillant la couleur.
Faire refroidir sur une grille.

Une fois refroidis, les sablés se conservent plusieurs semaines dans une boîte en fer bien hermétique.
Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 15 décembre 2012

Ecorces d'oranges confites

J'aime truffer mes gâteaux de morceaux d'écorces d'orange confites, en particulier pendant ces périodes de fêtes de fin d'année et le meilleur moyen d'en avoir toujours sous la main, c'est encore de les réaliser soi-même !!! 
Contrairement aux marrons glacés, cette confiserie est facile à faire soi-même, avec en plus le plaisir d'avoir la cuisine qui embaume...

Rendez-vous sur Hellocoton !